Rapport mensuel de situation Covid planétaire du 29 Octobre 2022 0h00 GMT

Vues : 1612

Par Dominique Delawarde

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Avant propos: «On peut débattre de tout, sauf des chiffres»(lorsqu’ils ne sont pas mensongers, bien sûr) Propagande gouvernementale reprise inlassablement en Octobre et Novembre 2021 par la «meute» des médias mainstream françaiset abandonnée depuis …..

Il convient donc de faire parler les chiffres déclarés par les États eux-mêmes.

AnnéeVACCINSNombre de cas Covid déclarésNombre de décès Covid déclarés
2020Quelques millions en Décembre84,3 millions1,83 millions
20219,2 milliards de doses204 millions3,62 millions
10 mois de 20223,7 milliard de doses346,7 millions1,14 millions
TOTAL Pandémie 2020 + 2021+202212,9 milliards de doses635 millions
6,59 millions

Remarques sur le tableau ci dessus:

Avec près de 347 millions de tests positifs déclarés en dix mois de 2022 dans une population mondiale de 8 milliards d’habitants qui avait déjà reçu 9,2 milliards de doses de vaccin en 2021, on réalise que la contamination n’a jamais été réduite par le vaccin, bien au contraire, puisqu’elle a été 4 fois plus importante en 2022 sur des populations vaccinées qu’en 2020 sans vaccin. Qui ne connaît pas parmi ses proches des gens double ou triple vaccinés qui ont attrapé le Covid en 2022 ?

Le slogan «Tous vaccinés, tous protégés» était donc un énorme mensonge répété ad nauseam par les politiques et leurs relais médiatiques.

La grande majorité des contaminations et des décès de l’année 2022 l’a été dans des pays très vaccinés d’Europe et d’Amérique du Nord (Voir les détails dans les tableaux qui suivront). L’Europe est d’ailleurs restée l’épicentre de l’épidémie depuis plus d’un an, sans discontinuer, ce qui est la preuve que la stratégie du tout vaccinal n’y a pas fonctionné. Elle ne compte que 9,5 % de la population mondiale mais déclare encore, la semaine dernière, 47% des tests positifs et 51 % des décès enregistrés sur la planète. C’est un fait difficilement contestable, même par les « déconneurs » du Monde ou de Libération qui ont réponse à tout.

Où est passé le miracle vaccinal en Europe ? Cherchez l’erreur .

Avec le variant Omicron (et ses sous-variants BA) très contagieux mais très peu létal, surtout et y compris dans les pays très peu vaccinés d’Afrique ou d’Asie, le nombre de nouveaux cas déclarés (pour la plupart Omicron) a été multiplié par 6 entre le 1er décembre 2021 et le 25 janvier 2022 (3,4 millions de cas/j). Il a ensuite été divisé par près de 10 pour s’établir aujourd’hui à 346 000tests positifs /jour, (moyenne sur 7 jours.) au 29 octobre 2022 0h00 GMT

A l’approche du printemps et de l’été septentrional, le nombre de décès hebdomadaire avait fortement baissé entre la 2ème semaine de février 2022 (74 000 décès/sem) et le 21 juin 2022 pour s’établir à 9 400 décès/semaine, un « plus bas » depuis plus de 2 ans Il a connu ensuite un rebond sur trois mois jusqu’à 17 300 décès/semaine en 2ème semaine d’août. Il est redescendu ensuite très doucement depuis 12 semaines pour s’établir à 9 400 décès/semaine aujourd’hui, un plus bas depuis la mi-mars 2020. Les tendances observées dans les deux hémisphères laissent espérer une fin naturelle et prochaine de la pandémie et son évolution vers une maladie respiratoire saisonnière moins létale que la grippe.

Malgré une vaccination de masse menée tambours battants depuis début décembre 2020, l’épidémie aura été deux fois plus meurtrière en 2021 qu’en 2020 (contamination et nombre de décès) sur l’ensemble de la planète. La vaccination n’a donc pas fait reculer l’épidémie partout où elle a été appliquée en 2021 et, pour les10 premiers mois de 2022, les chiffres de contamination ont été bien pire et la mortalité, à peine meilleure,qu’en 2020, sans vaccin. Les pays en développement les moins vaccinés d’Afrique et d’Asie s’en sont, d’ailleurs, beaucoup mieux sortis, et se remettent plus vite que les pays développés les plus vaccinés: c’est un fait.

Alors même que l’efficacité du virus et de ses variants s’atténue avec le temps et que de nouveaux traitements précoces efficaces ont été découverts, la létalité de cette épidémie aurait dû reculer nettement avec l’apport de 12,9 milliards d’injections vaccinales pour une population de 8 milliards d’habitants; injections vaccinales «vendues» par Big Pharma pour une efficacité de 90 à 95% sur les formes graves. Ça n’a manifestement pas été le cas au cours de l’année 2021 et sur les 10 premiers mois de 2022.

Contrairement aux promesses maintes fois répétées par les exécutifs et leurs relais médiatiques, promoteurs du vaccin, celui ci n’a encore rendu à personne «sa vie d’avant». Jamais les contraintes n’ont été aussi nombreuses et fortes, sur une durée de deux ans 10mois, pour un résultat aussi nul.

Et pourtant, comme toutes les autres épidémies avant elle, nouveaux variants ou pas, l’épidémie Covid-19 finit enfin par régresser naturellement sous l’effet de plusieurs facteurs :

– La prolifération des variants rend chacun d’entre eux moins létal au fil du temps. C’est le cas du Omicron et de ses derniers sous-variants.

– Le réservoir de personnes fragiles et atteintes de comorbidité, donc susceptibles de faire des formes graves de la Covid s’est progressivement « vidé » par décès des plus fragiles. On ne meurt pas deux fois..

– Dans de nombreux pays, une meilleure prise en charge des patients et l’apparition et l’application de nouveaux traitements précoces pour les personnes atteintes de la Covid ont réduit considérablement la mortalité liée à ce virus.

– L’immunisation naturelle d’une partie croissante de la population mondiale qui, testée ou non, a contracté la maladie et en a guéri, devrait également contribuer à la baisse de la létalité. A cet égard, le variant Omicron et ses sous-variants, très contagieux mais très peu létaux, ont joué le rôle d’un véritable vaccin naturel pour ceux qui ont contracté la maladie, sans être porteurs de multiples facteurs de co-morbidité.

Notons qu’avec la guerre en Ukraine qui impacte la planète entière, les médias ont un nouvel os à ronger. Les grands titres de l’actualité s’en trouvent considérablement changés mais les médias et les politiques continuent à surfer sur la peur et à manipuler l’opinion sur ce nouveau sujet. C’est d’ailleurs le rôle qui leur est attribué, dans tous les pays du monde, dans le cadre de leur participation à «la guerre de l’information». En France, la campagne présidentielle a été largement occultée, elle aussi, par la crise ukrainienne, dont les conséquences risquent fort d’impacter nos vies beaucoup plus que la Covid 19, surtout si la gestion de cette crise est aussi maladroite et contre-productive que celle de la Covid-19, tant au niveau national qu’européen ou otanien, ce qui semble être le cas.

Vouloir régler les problèmes qui vont se poser en empruntant toujours plus d’argent, en vivant à crédit, en «sanctionnant» toujours plus, sans prendre en compte les effets boomerang, ne sont pas des stratégies efficaces et durables, tant pour la crise sanitaire que pour la crise ukrainienne. L’explosion de la dette aura forcément une limite … et ne pourra qu’accélérer le déclassement de certains pays, dont le notre, déjà en cours.

Pour en revenir à la Covid-19, les données présentées par différents pays (UK, France, Israël, Italie) montrent que seulement 12% environ des décès attribués à la Covid peuvent être attribués uniquement à la Covid et de manière certaine. 88% des décès auraient donc pu être attribués à l’une ou l’autre des multiples comorbidités dont souffraient les patients décédés. Autrement dit, le nombre de 6,59 millions de décès sur deux ans est certainement surévalué, et pas qu’un peu. Il pourrait fort bien être de l’ordre de 1 millions qui, répartis sur deux ans et 10 mois, deviendrait un nombre dérisoire au niveau planétaire. De là à dire que cette «pandémie» a été plus médiatique et politique que réelle, il n’y a qu’un pas que je n’hésite plus à franchir .….

Vidéos et documents « alternatifs » et intéressants sur la vaccination et la gestion de la crise sanitaire s

1 – Sur le professeur Raoult et la corruption de l’exécutif «en marche».

Une vidéo de la matinale de Radio courtoisie de début Octobre nous montre le jusqu’au-boutisme de l’exécutif et des autorités sanitaire soucieux de faire payer au professeur Raoult, désormais en retraite, son combat en faveur du traitement précoce et contre la gestion calamiteuse de l’épidémie par les autorités de santé. 
https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=dZaepJGg-zc

2 – Les victoires du professeur Perronne

https://www.francesoir.fr/sante/pr-perronne-remporte-l-ensemble-de-ses-procedures-devant-la-chambre-disciplinaire-il-avait-l

Son accusateur et calomniateur, le Dr Nathan Peiffer-Smadja écope d’un avertissement.

Par ailleurs, le professeur Perronne, villipendé en France par la caste au pouvoir et par des confrères corrompus est ovationné en début de conférence au parlement européen.

3 – Réintégration des personnels suspendus non injectés :

A quelques jours des élections de mi-mandat, la cour suprême de New York ordonne le 24 octobre la réintégration des personnels suspendus  avec paiement rétroactif des salaires des derniers mois. Des décisions similaires ont été prises au Royaume Uni et en Suisse. L’exécutif français, jusqu’au-boutiste en tout et alors même que son système de santé est à l’agonie, s’accroche au maintien des sanctions prononcées. 

3 – Sur le vaccin et la pandémie :

Un court article argumenté et sourcé du 21 octobre 2022 signé du docteur Schmitz sous le titre : « Le scandale des vaccins remonte. »

Un article du 16 octobre d’Elisabeth Dancet dans France Soir :

https://www.francesoir.fr/une-pandemie-d-impostures

*

Bulletin mensuel de situation Covid planétaire du 29 octobre 2022 GMT

Toutes les annexes (31 pages) en pdf:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *