Russie : la formation des réservistes et volontaires dans le Donbass

Vues : 2565

Source : analisidifesa.it – 14 novembre 2022 – Gian Micalessin – traduction strategika.fr

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Lugansk (Donbass)

“Su zu, su zu” (“tout en bas, tout en bas”) – hurle la voix de stentor du sous-officier alors que la rangée de gilets pare-balles et de casques roule vers le sol, crachant des volées de Kalachnikov contre les lignes ennemies. Puis, un par un, les fantassins se relèvent et s’étirent comme des rangées de fourmis vertes dans la cicatrice grise de la tranchée. Nous ne sommes pas sur un nouveau front dans la guerre entre Russes et Ukrainiens. Nous sommes sur un plateau suspendu entre de basses collines à une trentaine de kilomètres de Lugansk, capitale de la république indépendantiste pro-russe du même nom.

Devant nous, une centaine de rappelés prêts à rejoindre les lignes de front dans le nord-est de la république. Six cents mètres plus loin, deux chars T-72 B3 recouverts de plaques de blindage réactives se poursuivent comme des dragons écailleux dans la brume de la plaine.

MobRussiTankSpara

De temps en temps, l’un des deux chars s’arrête, fait pivoter son canon et crache un souffle tonitruant de fumée et de flammes. Des grenades explosent un kilomètre plus loin, mettant le feu aux buissons sur les collines à l’horizon.

Les soldats alignés dans cette tranchée ne représentent qu’une fraction infinitésimale des 300 000 soldats rappelés que le Kremlin s’apprête à intégrer dans ses rangs, mais ils sont certainement les plus proches de rejoindre le champs de bataille. Ces soldats, explique l’instructeur au visage cagoulé qui coordonne les manœuvres, ont déjà servi dans nos forces armées, mais nous devons les habituer au combat le plus tôt possible. Notamment parce qu’ils seront bientôt au cœur de l’action. C’est pourquoi nous essayons de les former à tous les types de combat, de la brousse et de la neige au combat urbain et aux tranchées.

Addestratore

Mais surtout, nous essayons de les familiariser avec toutes les armes disponibles, de la simple Kalachnikov aux lance-grenades antichars”.

Formation de base

En vérité, les activités du camp d’entraînement semblent extrêmement basiques. Après avoir tiré quelques cartouches depuis des positions fixes et depuis les ruines d’anciennes fermes éparpillées dans les collines, les conscrits se lancent dans une série de sauts à travers les champs.

Tout cela pendant que l’instructeur essaie de leur rappeler les procédures pour se couvrir mutuellement lors d’un changement de chargeur ou d’une progression en terrain ouvert. Même les techniques antichars, répétées à la fin de leur entraînement dans les tranchées, ne semblent pas à la hauteur de ce qu’ils trouveront sur les champs de bataille où sévissent les drones et, dans le camp ukrainien, les missiles sophistiqués tels que les Javelin, Nlaw ou T4 américains.

AddMobRussi3

Dans ce camp d’entraînement, l’arme de prédilection pour affronter les véhicules blindés et les chars d’assaut reste le vieux, et désormais largement inefficace, Rpg. Un retard que les formateurs tentent de minimiser.

“Les armes ne sont là que pour prendre confiance et apprendre à bouger. D’ici, vous allez directement sur la ligne de front, donc nous devons travailler dur. Puis, une fois au front, des armes meilleures viendront”, répète le sous-officier sous sa cagoule.

MobRussiTankManovre

Il n’est pas difficile d’imaginer à quel front ces recrues sont destinées. A quelques dizaines de kilomètres d’ici passent les lignes Lysichansk et Kremenoy. Les Russes, leurs alliés tchétchènes et les républiques indépendantistes de Lougansk et de Donetsk y ont établi une nouvelle ligne de défense après la retraite de Lyman fin septembre. A partir de là, aucune retraite n’est plus possible, sous peine de perdre les territoires conquis lors de l’offensive du début de l’été.

Les choix de Surovikin

Le général Sergey Surovikin, le nouveau commandant en chef des forces russes en Ukraine, compte sur ces mêmes hommes pour repousser les Ukrainiens et prendre les quarante pour cent des territoires de la République de Donetsk encore sous le contrôle de Kiev. Réussir signifierait donner à Vladimir Poutine la poids dont il a besoin pour clore un premier chapitre précoce de cette guerre.

Avec la prise de Lugansk, de Donetsk, des territoires occupés de Melitopol et de ce qui reste – après l’abandon de Kherson – des territoires à l’est et au sud du fleuve Dniepr, Moscou pourrait revendiquer la réalisation des objectifs de l’opération spéciale.

MobRussiRuderi

Un résultat essentiel sur le front intérieur pour justifier le coût du conflit et proposer un cessez-le-feu suivi de négociations. Un choix que M. Surovikin a jugé prioritaire par rapport à la défense de Kherson, la capitale de la région du même nom au nord de la Crimée déclarée territoire russe fin septembre, que M. Poutine avait initialement refusé d’abandonner.

La retraite, annoncée à la télévision le mercredi 9 novembre par le ministre de la Défense Sergey Shoigu et par Surovkin lui-même, a été décrite comme dégradante et sans précédent par de nombreux commentateurs russes.

“Cette décision, a écrit Yuri Kotyonol, un blogueur très suivi sur les affaires militaires sur Telegram, est tout simplement choquante pour des millions de personnes qui croient en la Russie, se battent pour la Russie et meurent pour la Russie !”

En vérité, le réalisme stratégique de Surovikin a fini par faire son chemin jusqu au Kremlin. Le retrait de Kherson, expliqué par Shoigu et Surovikin par l’impossibilité d’approvisionner la ville et les troupes après que la pluie de roquettes tirées par les HOMARS soit tombée sur le pont principal la reliant à la rive occidentale du Dniepr, apparaît moins dévastateur que d’autres décisions prises en ces premiers mois de guerre.

Sniper

D’un point de vue stratégique, c’est certainement moins imprudent que les adieux à Kharkiv en septembre dernier, lorsque Moscou a non seulement abandonné des dépôts entiers de véhicules et d’armements, mais a également laissé plusieurs unités de la République indépendantiste de Lougansk à la merci de l’ennemi.

Le retrait de Kherson met également en évidence un changement dans les relations entre le Kremlin et les dirigeants de la Défense. Jusqu’à présent, la principale préoccupation des généraux russes, depuis le chef d’état-major Valery Gerasimov, était d’éviter d’ennuyer Vladimir Poutine en lui faisant part des problèmes d’une armée rongée par la corruption et les détournements de fonds qui en découlent.

MobRussiDietroCasse

Un malaise atténué par la nomination du nouveau commandant des opérations qui a toujours veillé – malgré son surnom de “général Armageddon” – à ne pas faire de choix hasardeux. A plusieurs reprises, Sourovkine aurait rappelé au Kremlin, murmurent des sources proches de la Défense russe, l’impossibilité de corriger les conséquences néfastes des erreurs de ses prédécesseurs en claquant simplement des doigts.

C’est précisément la mobilisation des 300 000 réservistes – marquée par des retards, des lacunes organisationnelles et la désolation des entrepôts et des arsenaux où les vestiges de l’ère soviétique abondent, mais où les moyens, les équipements et les armes récents sont rares – qui a fait comprendre au général que l’arrivée de renforts efficaces sur le front prendrait de nombreux mois.

Doutes sur la mobilisation

Les perplexités, les doutes et les précautions de Surovikin sont évidents lorsque on assiste à la formation des rappelés. La première question qui se pose est de savoir si ces soldats peuvent représenter une véritable force de rupture. Aucun d’entre eux n’est plus très jeune. Sous leurs uniformes et leurs gilets pare-balles, on peut distinguer les courbes arrondies de ceux qui ont depuis longtemps laissé derrière eux leur jeunesse.

Trincea

Les armes, les équipements et les protections ont également passé le cap des vingt ans et contrastent non seulement avec les équipements affichés par les unités ukrainiennes fournies par l’OTAN, mais aussi avec les équipements beaucoup plus modernes de nombreuses unités russes déployées sur la ligne de front.

Ainsi, les mobilisés et les réservistes ont peu de chances de contribuer à une contre-offensive efficace. Au moins à court terme, la majorité d’entre eux serviront à recompacter les deuxième et troisième lignes ou à assurer des remplacements partiels des unités de combat éprouvées par les pertes et les batailles de ces derniers mois.

Le massacre de Makiivka

La tentative de déployer ces renforts en première ligne a déjà montré toutes ses limites le long des lignes de front de la République de Lougansk. Ici, le 1er novembre, selon le site d’investigation russe Verstka, une unité de 570 réservistes et conscrits a été transférée après seulement deux semaines de formation dans un camp près de la ville de Voronezh, dans le sud-ouest de la Russie.

Immédiatement après avoir reçu l’ordre de creuser des tranchées, les 500 réservistes auraient été repérés par des drones ennemis et visés par des tirs de mortier. Cela pendant des heures. “C’était l’enfer. Un drone nous a survolés et peu après, les tirs d’artillerie ont commencé et ont duré des heures sans jamais s’arrêter.

Rpg

Selon le récit désespéré d’Aleksei Agafonov, toute l’unité avait été déployée – malgré la promesse de ne pas être envoyée sur la ligne de front – dans une zone de Lougansk non loin de la ville de Makiivka, battue par les drones ukrainiens et exposée aux tirs de mortier.

MobRussiFuocoDaTerra

J’ai vu des hommes déchiquetés devant moi. La quasi totalité de l’unité a disparu, nous avons été détruits”, a raconté Aganov dans une interview, expliquant que seuls 130 soldats de l’unité ont survécu tandis que lui et une douzaine de ces derniers quittaient Makiivka pour rejoindre les lignes tenues par d’autres unités russes autour de la ville de Svatovo.

Les républiques mobilisées

L etat opérationnel des forces des républiques de Lougansk à l entrainement entraînement dans un autre secteur du camp est encore pire. Ici, les armes et les véhicules (véhicules à chenilles BMP1) sont les mêmes que ceux vus à l’œuvre en Afghanistan dans les années 1980. Contrairement aux réservistes russes mobilisés, ceux de la République de Lugansk sont tous volontaires. Leur âge dépasse souvent la quarantaine et, dans certains cas, même la cinquantaine.

AddCarristiLugansk1

La vraie différence ici est le salaire. Les dernières augmentations décidées par les républiques indépendantes ont fait passer le salaire de 74 000 roubles (un peu plus de 1 000 euros) au début de la guerre à un bon 200 000 roubles aujourd’hui, soit près de 3 000 euros.

Ce n’est pas un hasard si beaucoup des nouveaux enrôlés ont abandonné l’uniforme de mineur porté il y a encore quelques semaines pour porter le camouflage, plus risqué mais certainement plus rémunérateur.

TrainingLMobilitatiuganskjpg

Au delà des salaires très élevés, l’équipement reste approximatif, voire totalement inadéquat. Presque aucune des personnes mobilisées n’a de gilet pare-balles, dans de nombreux cas, même les casques sont absents, tandis que les kalachnikovs sont encore ceux de l’ancienne Armée rouge.

L’entraînement est celui, basique, des recrues qui prennent un fusil d’assaut pour la première fois et apprennent à le tenir sans chargeur inséré (photo ci-dessus).

MobilitRepLugansk

“Jusqu’à il y a deux mois, je travaillais dans une mine de charbon”, raconte Iuri, 36 ans, qui suit un cours de fusilier, “mais quand j’ai vu que beaucoup de mes collègues se précipitaient pour s’engager, j’ai décidé d’essayer moi aussi”. À la maison, je dois penser à mes parents, à ma femme et à nos deux enfants. Au moins, de cette façon, je peux leur garantir un peu d’argent et, en même temps, les défendre ainsi que ma patrie”.

La prochaine offensive

En bref, ni les mobilisés russes, ni ceux recrutés dans les territoires du Donbass contrôlés par les républiques indépendantistes ne peuvent garantir un renversement immédiat du front, et encore moins sauver Kherson, où Moscou avait déployé ses meilleures unités d’infanterie, y compris les forces aéroportées et les fusiliers marins.

Ce sont les maigres avantages garantis à court terme par la mobilisation qui ont convaincu le commandant Surovikin d’opter pour une stratégie de colmatage fondée sur la destruction systématique des structures stratégiques ennemies, laissées jusque-là intactes, par des missiles et des drones kamikazes.

BlindMobLugSpara

En frappant des centrales électriques, des nœuds ferroviaires et les quartiers généraux des services de renseignement, Surovikin vise à paralyser les éventuelles offensives ukrainiennes ainsi qu’à retarder l’acheminement des nouvelles armes occidentales. Entre-temps, il a commencé à déplacer les 50 000 premiers hommes rendus disponibles par la mobilisation. Devant choisir s’il devait les utiliser pour sauver Kherson ou pour achever la prise du Donbass, il n’a pas hésité à sacrifier une capitale désormais impossible à approvisionner et à défendre.

En attendant, les 50 000 soldats mobilisés qui viennent d’arriver garantiront au moins la stabilité de l’arrière et de la logistique dans les régions de Lougansk et de Donetsk. En attendant les 250 000 autres réservistes et une nouvelle offensive russe qui ne sera probablement pas lancée avant février prochain.

Photographies de Gian Micalessin

Traduction Strategika 

2 pensées sur “Russie : la formation des réservistes et volontaires dans le Donbass

  • 7 décembre 2022 à 9 h 07 min
    Permalink

    Une tentative de désinformation sur la Russie venue d’ Italie, elle-même sous contrôle otanien.

    Répondre
  • 7 décembre 2022 à 19 h 06 min
    Permalink

    Quant on voit tous les trains de matériels qui se dirigent sur le front, dont des matériels récents.. et la formation de réservistes.. cela laisse présager une offensive assez musclée ds les prochaines semaines. Par ailleurs en lisant l’article j’ai cru qu’on parlait de l’armée ukrainienne. Enfin ce qu’il en reste. Car elle est entrain d’être comblée par les mercenaires otaniens, et notamment polonais qui subissent de forte perte.. déjà plus de 1200 soldats hors combats. Et Les sacs qui rentrent en pologne commencent à faire parler.. les russes amassent du matériel lourd.. en plus de 300 000 réservistes. Ils ont plus de 5000 canons d’artillerie sur le front.. en France on en avait 70 CAESAR. Ils suffit de regarder les statistiques du matériel détruits côté ukrainien depuis ces 6 derniers mois.. plus de 2500 chars.. la France en possède entre 220 à 270 en fonction de leur operabilité. Car il y a cannibalisme de pièces détachées.
    Bref on a eu les dividendes de la paix. On aura les intérêts de notre laxisme militaire..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *