L’historien Emmanuel Todd sur les Allemands: “Trahis par l’ami protecteur”

Vues : 2318

Source : euro-synergies.hautetfort.com – 14 janvier 2023

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/01/14/l-historien-emmanuel-todd-sur-les-allemands-trahis-par-l-ami-protecteur.html

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Paris . Le sociologue, historien et journaliste français Emmanuel Todd s’est exprimé dans un entretien publié par l’hebdomadaire suisse Weltwoche, dans lequel il dresse un bilan intermédiaire du conflit Est-Ouest actuel. Il s’y exprime aussi longuement sur la situation de l’Allemagne, dont la souveraineté vis-à-vis des Etats-Unis a quasiment disparu.

Interrogé sur une évaluation globale, Todd constate tout d’abord que les Etats-Unis sont à bien des égards sur le déclin, tandis que la Russie se porte mieux que ne le laisse supposer la couverture médiatique occidentale. Todd: “Les États-Unis se sont retirés d’Afghanistan et d’Irak. Ils n’ont pas pu arrêter l’ascension de l’Iran. Pas plus que celle de la Chine. Les Saoudiens ne prennent plus les Etats-Unis au sérieux. En Amérique, la mortalité augmente et l’espérance de vie diminue. Tous les journaux écrivent: l’Occident est normal et Poutine est un malade mental. Les Russes sont des monstres assoiffés de sang. La démographie dit autre chose: la Russie est plus stable et sa société est devenue plus civilisée”.

Todd_Es-geht_um_Deutschland_Logo_08-01-2023_06-27-38.png

Dans le conflit actuel, les Européens se trouvent dans une situation particulièrement regrettable – ils sont en fait sans défense et, de plus, sans orientation: “Ils ont perdu la pensée géopolitique. Entre la stratégie offensive des Américains et la stratégie défensive des Russes, les Européens sont dans un état de confusion mentale stupéfiant”.

Cela concerne notamment les Allemands, qui doivent actuellement se réveiller de l’illusion qu’ils sont protégés par les États-Unis. En réalité, ils sont les principales victimes de la géopolitique américaine. Washington n’a pas pardonné à Berlin d’avoir misé sur le gaz russe bon marché pour alimenter son industrie et d’avoir cherché à se rapprocher de la Russie: “La lutte contre ce rapprochement est devenue une priorité de la stratégie américaine. Les Etats-Unis ont toujours dit clairement qu’ils voulaient torpiller l’accord gazier. Le développement de l’OTAN en Europe de l’Est n’était pas dirigé en premier lieu contre la Russie, mais contre l’Allemagne. L’Allemagne, qui avait confié sa sécurité à l’Amérique, est devenue la cible des Américains. J’éprouve beaucoup de compassion pour l’Allemagne. Elle souffre de ce traumatisme de la trahison par l’ami protecteur – qui était aussi un libérateur en 1945”.

Par ailleurs, les Allemands “ne savent que trop bien que Nord Stream a été détruit par les Américains. Par une action militaire conjointe des Américains, des Britanniques et des Polonais. Contre l’Allemagne. Mais ils ne peuvent pas le dire”.

A31300.jpg

Dans ce contexte, Todd, qui avait déjà consacré une “nécrologie” remarquée aux Etats-Unis en 2002 (ndt: dans Après l’Empire), considère la politique allemande vis-à-vis de la Chine sous la direction du chancelier Scholz comme l’un des derniers domaines d’une politique allemande indépendante: “Scholz s’est rendu à Pékin. L’Allemagne refuse de couper le cordon avec la Chine pour plaire aux Américains”.

L’Europe dans son ensemble est actuellement de plus en plus sous contrôle américain et souffre également de sa démographie désastreuse. Mais la Russie, bien qu’elle rejette les “valeurs” occidentales, n’est pas mieux lotie démographiquement. “En Ukraine, ils se font la guerre. Si elle n’est pas arrêtée, tout le monde la perdra”, prévient Todd en conclusion.

41P9DeCryQL._SX307_BO1,204,203,200_.jpg

Publiciste et chercheur français, il est diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et titulaire d’un doctorat en histoire de Cambridge. De 1977 à 1984, il a été critique littéraire pour le journal français Le Monde. Depuis, il travaille à l’Institut national d’études démographiques. En 1976, il prédit la fin de l’Union soviétique dans son livre La chute finale (rk).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *