L’Occident a tendu un piège perfide aux Russes, mais il a fait chou blanc

Vues : 1675

Source : euro-synergies.hautefort.com – 14 janvier 2023 – Peter G. Feher

http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2023/01/14/l-occident-a-tendu-un-piege-perfide-aux-russes-mais-il-a-fait-chou-blanc.html#.Y8MEQYa-Siw.twitter

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

L’Occident se préparait déjà à la guerre contre la Russie en 2015. Il n’avait pas l’intention de persuader l’Ukraine de cesser de se battre contre sa région russophone séparatiste. Il voulait gagner du temps pour préparer l’Ukraine à la guerre. Et en poussant spectaculairement à la négociation, il tendait un piège de diversion à Moscou.

L’Occident a tendu un piège perfide aux Russes, mais il fait froid dans le dos.

0602434755787-web-tete.jpg

C’est vraiment comme jeter de l’huile sur le feu. La Commission européenne a accepté la proposition du président ukrainien Zelensky et a convoqué un sommet européen à Kiev au début du mois prochain, principalement pour discuter d’une aide supplémentaire à l’Ukraine. Les principaux sujets abordés seront le niveau de l’aide militaire, le processus de reconstruction et la base financière de la reconstruction.

Des plans ambitieux, car la reconstruction nécessiterait avant tout la paix, qui n’est pas encore à l’horizon. Les hauts fonctionnaires de l’UE ne sont pas le moins du monde gênés par le fait que Moscou prépare une offensive majeure contre Kiev.

Il y a des années, lors de la Conférence sur la sécurité de Munich, Vladimir Poutine a expliqué pourquoi l’Ukraine devait faire partie de la sphère d’intérêt russe pour des raisons historiques, culturelles, linguistiques et religieuses. Bien sûr, on peut se demander sur quelle base une grande puissance veut-elle établir une sphère d’intérêt pour elle-même? 

Mais il faut aussi se poser la question hypothétique suivante: que dirait Washington si le Mexique commençait lentement à “glisser” vers l’autre côté? Il ne le permettrait sûrement pas; une grande puissance ne permettrait jamais une telle chose. Votre voisin ne peut pas être votre ennemi.

Et c’est ce qui s’est passé. Mais il y avait l’espoir qu’après la tentative de sécession de la région sud-est du Donbass, qui fait toujours partie de l’Ukraine et qui est en grande majorité russophone, et compte tenu que cette population russophone a essayé d’obtenir son indépendance par la lutte armée, les parties viendraient à la table des négociations et qu’une solution pacifique serait trouvée.

petro_poroshenko_1.jpeg

Mais les présages n’étaient pas bons, car en 2014, les États-Unis, pour “à peine” cinq milliards de dollars, ont organisé un coup d’État à Kiev et évincé le président ukrainien légitimement élu, Viktor Ianoukovitch. Seulement parce qu’il a refusé de signer un traité d’association avec l’Union européenne et a commencé à “draguer” Moscou. Et son successeur, Petro Porochenko (photo), a inversé les rouages du gouvernement car il aurait même inscrit dans la constitution ukrainienne que son pays deviendrait membre de l’OTAN et de l’UE.

L’accord entre feu le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev et le président américain de l’époque, George Bush, est maintenant assez bien connu: l’Union soviétique n’interviendrait pas dans les changements sociaux en Europe de l’Est en échange du fait que les États-Unis ne déplaceraient pas l’infrastructure militaire de l’OTAN d’un millimètre vers l’Est. Le pacte n’avait même pas expiré lorsque les deux États allemands ont été réunis.

C’est le président américain Bill Clinton qui a rompu avec la loi coutumière selon laquelle l’occupant de la Maison Blanche doit tenir les promesses de ses prédécesseurs. Aujourd’hui, toute l’Europe de l’Est et les trois anciennes républiques baltes soviétiques sont membres de l’OTAN.

Mais ce n’est pas tout, car après le coup d’État qui a renversé le président ukrainien en 2014, l’Occident a tendu à Moscou un piège qu’il a tardé à exploiter. Sous la forte pression de l’Occident, les parties se sont assises à la table des négociations dans la capitale biélorusse vers la fin de l’année et ont finalement signé un accord à Minsk en février 2015, qui avait alors été modifié à plusieurs reprises. Outre un cessez-le-feu immédiat, l’accord prévoit, entre autres, la séparation entre l’armée ukrainienne et les forces armées séparatistes par une zone tampon de 30 kilomètres, le retrait des armes lourdes, la libération des otages et des prisonniers de guerre, et le départ des forces armées étrangères.

Cependant, l’accord était voué à l’échec dès le départ car il contenait une clause: Kiev doit accepter de dialoguer sur le futur statut de la région de Donetsk et de Luhansk, et doit procéder à une réforme constitutionnelle pour décentraliser l’administration, c’est-à-dire créer une forme de séparation pour le Donbass.

Le temps, cependant, a devancé la réalisation de ces deux dernières conditions. À cette époque, la scène politique de Kiev était dominée par les nationalistes, l’extrême-droite, les néo-fascistes. Même si, sur le papier, l’accord existait, le seul résultat positif était que, bien que les combats armés soient devenus monnaie courante, le conflit ne s’est pas intensifié.

Et c’était cela le piège de l’Occident pour la Russie. Il y avait un conflit “gelé” russo-ukrainien, dont la solution existait sur le papier, mais en réalité la situation restait tendue. En d’autres termes, Moscou a peut-être cru que l’accord de Minsk, négocié par la médiation franco-allemande, serait finalement une garantie suffisante pour la poursuite des négociations en vue de parvenir à un cessez-le-feu et à la paix.

L5EGGLI7OQQSBL3TF5XVQ2FX7E.jpg

Sept ans après l’accord de Minsk, le Kremlin s’est réveillé en constatant qu’une armée puissante associée avec l’OTAN avait été déployée le long des frontières occidentales de la Russie, malgré le fait que l’Ukraine ne fasse pas de jure partie du système de défense occidental. En fait, l’Occident a profité de ce temps de répit pour équiper sérieusement l’armée ukrainienne. Avant même que la guerre n’éclate, Zelensky déclarait avec assurance: “Les accords de Minsk n’existent pas !”.

Mais que s’est-il réellement passé? “L’Occident n’avait aucune intention de forcer Kiev à respecter les accords de Minsk. Au contraire, l’objectif était de gagner du temps et de l’utiliser pour renforcer militairement l’Ukraine” – c’est ce qu’a déclaré l’ancienne chancelière allemande Angela Merkel dans une récente interview au journal allemand Die Zeit. En d’autres termes, dès 2015, l’Occident a décidé de lancer une sorte de conflit armé pour affaiblir la Russie. L’Occident n’a donc pas utilisé les accords de Minsk pour réconcilier les parties, mais pour préparer l’Ukraine à la guerre contre la Russie. Moscou, cependant, confiant dans les bonnes relations économiques que la Russie entretenait avec l’Allemagne à l’époque, a été lent à réagir au piège qui avait été tendu. La Russie est intervenue au dernier moment, lorsqu’elle a compris le danger.

Selon Mme Merkel, les accords de Minsk ont été un succès à un égard, car “l’Ukraine a profité de ce temps pour devenir plus forte, comme nous le voyons aujourd’hui. L’Ukraine de cette époque n’est pas l’Ukraine d’aujourd’hui. Poutine aurait pu facilement gagner à ce moment-là. Et je doute fort que les pays de l’OTAN auraient pu faire autant à l’époque qu’ils le font aujourd’hui pour aider Kiev”, a fait valoir Mme Merkel.

Pour Moscou, la formule est claire : on ne peut faire confiance à l’Occident et il faut lui présenter des faits accomplis. Il n’y a rien d’autre à faire.

Alors qui a commencé cette guerre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *