L’OMS et le traité sur les pandémies : un coup d’Etat pour le monde entier

Vues : 2954

Source : rebelionenlagranja.com – 15 janvier 2023 – Juan Antonio de Castro

https://rebelionenlagranja.com/noticias/oms-y-tratado-de-pandemias-un-golpe-global-por-juan-antonio-de-castro-20230115

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Alors que nous sommes toujours engagés et sérieusement préoccupés par la nature de la surmortalité observée après les vaccinations COVID-19, et que personne ne semble sourciller, surtout pas ce gouvernement inepte, en collusion avec la mafia internationale de la santé, l’Organisation mondiale de la santé prépare un véritable coup d’État mondial. Un coup dur pour notre liberté et peut-être la plus grande menace pour la souveraineté des nations que nous ayons jamais connue.

Les institutions internationales n’ont pas été créées pour être la chasse gardée de groupes privés, sans aucune légitimité démocratique et avec un pouvoir de décision sur les peuples des nations qu’elles représentent. Aujourd’hui, le financement de certains des “acteurs non étatiques” (ANE) de l’OMS, soit directement, soit par l’intermédiaire d’autres ANE, constitue la principale contribution à l’organisation. C’est le cas de la Fondation Bill & Melinda Gates, ainsi que de GAVI The Vaccine Alliance (que la fondation finance également). Ceux-ci agissent en tant qu’acteurs non étatiques avec d’autres comme l’IATA (transport aérien), l’OSF de Soros, etc. Dans ce contexte, il ne faut pas oublier le rôle de l’Agenda pour la sécurité sanitaire mondiale (GHSA), qui comprend la Banque mondiale, le Consortium pour la sécurité sanitaire mondiale, la table ronde du secteur privé (dont ASTRAZéneca et Johnson & Johnson, entre autres), la John Hopkins Bloomberg School of Public Health, les services web AMAZON et l’OMS elle-même.

En bref, lorsque vous êtes le principal financier, vous devenez celui qui crée les règles, subrepticement, dans le cadre de sinistres stratégies diplomatiques et de l’ obscur langage technique international qui caractérise les négociations qui ont lieu dans les institutions de l’ONU. En tout état de cause, il est intéressant de noter que les mêmes acteurs qui ont infiltré l’organisation pour en prendre les rênes ont également réussi à dissimuler leur comportement et leur modus operandi afin de mettre en œuvre – en collusion avec certains des États les plus puissants – ce qui est annoncé comme une dictature mondiale de la santé. Il est intéressant à cet égard de constater que les règles et limites à la participation de ces acteurs, qui auraient dû être suivies dans le Cadre d’engagement avec les acteurs non étatiques (FENSA) au sein de cette organisation, n’ont pas vraiment été suivies. Les objectifs ne sont toujours pas atteints et les procédures, l’enregistrement des acteurs, etc. que cet organisme aurait dû mettre en place et respecter sont retardées. Ce dysfonctionnement de la FENSA permet à ces acteurs non étatiques de continuer à agir à leur guise, en influençant et en s’immisçant dans toutes les décisions et négociations de l’OMS, par le seul poids de leurs importantes contributions financières. On peut dire qu’aujourd’hui, des traités mondiaux contraignants peuvent être imposés d’un simple coup de chéquier par quelques-uns, ouvrant ainsi la voie à la fin de l’indépendance des institutions internationales, de la liberté individuelle dans les décisions de santé et donnant libre cours à l’effondrement de nos souverainetés nationales.

Ce que je viens de dire est absolument vrai et se produit en ce moment même. Une lecture rapide de la documentation de l’OMS elle-même, produite dans le cadre des propositions d’amendements au Règlement sanitaire international (RSI), ainsi que des négociations en cours pour la rédaction d’un nouveau traité sur les pandémies, montre comment l’OMS se transforme rapidement, comme l’indique également l’auteur et chercheur James Roguski : Une transformation en un organe directeur mondial doté de politiques juridiquement contraignantes, c’est-à-dire en un véritable “État totalitaire mondial de police médicale et scientifique”. Des amendements au RSI et au traité sur les pandémies sont négociés en parallèle, avec la participation des États, et bien sûr de l’Espagne, qui a envoyé une scandaleuse délégation de 27 délégués, menée par la ministre de la Santé Carolina Darias, à la dernière assemblée sanitaire de l’OMS en 2022. Ces politiciens, en collusion avec les acteurs non étatiques de l’OMS, sont fiers de contribuer à dépouiller l’Espagne, ainsi que le reste des États, de sa souveraineté nationale. Ils s’apprêtent ainsi à violer les constitutions de leurs pays respectifs, et ce sans que leurs décisions aient à passer par l’aval nécessaire du pouvoir législatif, qui représente, justement, notre souveraineté nationale. Ainsi, 194 États membres accepteront bientôt de céder leur souveraineté nationale à l’OMS.

Il est difficile de décrire en quelques paragraphes ce que représentera l’approbation des amendements introduits par les États-Unis au RSI, dont la négociation a commencé en octobre 2022, ainsi que le “Traité sur les pandémies”, qui vise à devenir une convention internationale contraignante à partir de mai 2024.

Qu’il suffise de rappeler ici quelques-uns des méfaits que ces processus parallèles nous préparent :

  • L’OMS n’aura pas besoin de consulter une nation souveraine avant de déclarer une urgence de santé publique ;
  • le directeur général de l’OMS lui-même pourra déclarer de telles urgences et alertes au niveau mondial et l’OMS sera reconnue comme l’autorité d’orientation et de coordination en cas d’urgence ;
  • l’OMS imposera des politiques nationales en la matière et sera contraignante pour les pays membres. N’oublions pas que ces politiques comprennent l’exigence de preuves de vaccination, des restrictions de voyage, la mise en place de quarantaines et de traçabilité, ainsi que des certificats numériques de santé globale.
  • En outre, l’OMS pourrait mettre en œuvre un “système d’allocation” pour contrôler les moyens de production des produits pharmaceutiques et faciliter l’accès numérique aux dossiers médicaux privés de chacun, ainsi que faciliter la censure de toute opinion dissidente qui pourrait être considérée comme de la désinformation ou de l’information erronée. mésinformation.

Cela dit, l’aspect le plus scandaleux et le plus grave de cette situation est l’atteinte à la légalité internationale que représentera l’entrée en vigueur de ces instruments. L’OMS, avec le soutien des États-Unis et de certains autres États membres, mais surtout de certains des principaux acteurs non étatiques, veut éviter l'”énorme opposition” à certains mandats nationaux et internationaux qui a été enregistrée pendant la pandémie. Comme le fait remarquer à juste titre Francis Boyle, JD, PhD, cité dans Science and Natural Health, Argentine, cette fois, il y a accord entre ces organismes pour violer les règles du droit international afin de rendre la convention ou le traité sur la pandémie juridiquement contraignant pour les États. Ainsi, selon l’article 18 de la convention de Vienne, la signature d’un traité par un État ne signifie pas automatiquement son entrée en vigueur, car il doit être ratifié par les chambres législatives où s’exerce la souveraineté nationale. Ce ne sera pas le cas cette fois-ci. Nos gouvernants accepteront que le traité soit juridiquement contraignant dès lors qu’il sera approuvé et signé par l’OMS et commenceront à l’appliquer sans qu’il soit nécessaire de le ratifier.

En bref, adieu à nos droits et libertés. En particulier celles qui nous permettent de choisir ou de refuser un traitement, d’exprimer des opinions ou de protéger nos enfants, ainsi que la consécration de la discrimination fondée sur le statut vaccinal. Adieu à la souveraineté sanitaire et bienvenue à la nouvelle dictature sanitaire qui sera dirigée par un groupe public-privé d’intérêts corporatifs et surtout pharmaceutiques, que nous n’avons pas élu démocratiquement. Bienvenue au coup d’État mondial de l’OMS qui, si nous ne faisons rien pour l’empêcher, mettra en place la première véritable dictature mondiale. Il est vrai qu’il y aura toujours des gens qui soutiendront qu’ils le font pour notre santé et notre bien. Qu’ils le disent à ceux qui ont souffert des confinements anticonstitutionnels de la pandémie, à ceux qui ont été vaccinés avec des risques connus, à ceux qui ont passé le COVID et acquis une immunité naturelle et qui, malgré cela, ont été sauvagement discriminés ou, enfin, à ces centaines d’Espagnols qui sont morts et à des dizaines de milliers d’autres avec des effets graves, à cause de l’effet des vaccins COVID-19. Au fait, qu’ils le disent aussi à tous ceux qui sont restés bouche bée lorsqu’ils ont commencé à explorer les contrats négociés par la CE avec l’industrie pharmaceutique.

Beaucoup de choses doivent être révélées, et en cela, des initiatives telles que celles de l’Association LIBERUM, pour la défense des libertés et des droits de l’homme, qui présentera bientôt ses résultats au Parlement européen, doivent être soutenues afin de continuer à demander des comptes et à traduire en justice tous les pouvoirs qui ont violé nos droits, en particulier dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et de la post-pandémie. Les victimes de ces violations des droits et des atteintes à leur santé le méritent.

Une pensée sur “L’OMS et le traité sur les pandémies : un coup d’Etat pour le monde entier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *