A la lumière du Covid : Stephan Zweig et la progression de la tyrannie nazie

ils utilisaient leurs méthodes avec prudence ; à chaque fois la même chose : une dose, puis une courte pause. Une pilule puis un moment d’attente pour voir si elle n’avait pas été trop forte ou si la conscience du monde en supportait la dose. Et puisque la conscience européenne – honte à son ignominie – a insisté avec ferveur sur son désintérêt, car ces actes de la violence se sont produits “de l’autre côté des frontières”, et les doses ont été de plus en plus fortes, à tel point que finalement toute l’Europe a été victime de tels actes.

Lire la suite