La contre-mesure diplomatique de Poutine pour contrecarrer l’Occident

Vues : 6467

Source : it.insideover.com – 8 mars 2022 – Federico Giuliani

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Des armes pour vaincre la résistance ukrainienne sur le champ de bataille. Une diplomatie, menée en parallèle et avec audace, pour s’assurer un précieux parapluie contre les sanctions occidentales. L’opération militaire de Vladimir Poutine en Ukraine consiste en deux directives qui vont dans le même sens et au même rythme. La tentative de la Russie semble plutôt évidente : créer un nouvel espace géopolitique au sein duquel opérer économiquement avec des acteurs capables de remplacer, en tout ou en partie, les désormais anciens partenaires européens et américains.

Il est impossible de ne pas regarder la Chine, dont le rôle, aux fins de l’avenir de la Russie, est d’une importance vitale. Bien sûr, Pékin condamne la guerre et espère la résolution pacifique de chaque conflit, mais cette opportunité est trop belle pour que Xi Jinping fasse complètement volte-face. D’autre part, le principal rival des Russes et des Chinois est les États-Unis, pris au piège, ou du moins concentrés malgré eux sur le siège de Kiev. Flatter Washington, surtout d’un point de vue psychologique, est trop tentant pour ceux qui voudraient proposer un modèle alternatif à celui des Etats-Unis.

C’est peut-être la raison pour laquelle, lors des derniers Jeux d’hiver Pékin 2022, et avant le 24 février, Xi et Poutine ont conclu quelques accords dont la signification stratégique n’est comprise que maintenant. Anticipant une possible tempête économique de sanctions et d’interdictions, Moscou a préféré être sûr de déverser son gaz et son pétrole dans une nation de 1,4 milliard d’habitants. Une belle clientèle qui, au moins à court terme, pourrait endiguer les effets des sanctions sur les Russes.

Les jeux du pétrole ?

Attention, toutefois, à l’Arabie saoudite. Au cours des dernières heures, bien que peu se soient attardés sur ce détail, il y a eu un appel téléphonique entre Poutine et Mohammed bin Salman Al Saud, le prince héritier saoudien. Selon les rapports du Kremlin, les deux dirigeants ont souligné, et avec satisfaction, que les pays membres de l’Opep+ remplissent leurs obligations.

Obligations contractées et Opec+ : le pétrole et l’Organisation des pays exportateurs et producteurs de pétrole

L’Opec+ implique les 14 membres de l’Opep (Arabie saoudite, Algérie, Angola, Équateur, Émirats arabes unis, Gabon, Guinée équatoriale, Iran, Irak, Koweït, Libye, Nigeria, Qatar, Venezuela) et les producteurs non-OPEP, à savoir l’Azerbaïdjan, le Bahreïn, le Brunei, le Kazakhstan, la Malaisie, le Mexique, Oman, la Russie, le Soudan et le Sud-Soudan. Ce club produit environ 71% du pétrole mondial. Son objectif est, entre autres, de stabiliser les prix du pétrole en contrôlant les quotas de production.

Pour en revenir aux entretiens Poutine-Bin Salman, il est apparu que les membres de l’Opep+ “contribuent à assurer la stabilité du marché mondial du pétrole” et que la Russie et l’Arabie saoudite continueront à coordonner leurs approches dans ce cadre.

Le rôle de l’Arabie Saoudite

Le sujet des sanctions imposées à la Russie par divers pays occidentaux a également été abordé lors de l’appel téléphonique. Les deux dirigeants ont parlé du caractère “inacceptable” que revêt la “politisation” de la question de l’approvisionnement énergétique mondial.  “Les parties ont exprimé leur intérêt mutuel pour la poursuite du développement global du partenariat mutuellement bénéfique entre la Russie et l’Arabie saoudite et sont convenues de poursuivre les contacts à différents niveaux”, peut-on encore lire dans la note du Kremlin.

En bref, en rassemblant tous les points, on ne peut exclure que la Russie ait non seulement cherché à obtenir davantage de certitudes de la part de l’Arabie saoudite, mais qu’elle tente également de trouver un moyen de déclencher une tempête de pétrole contre les pays occidentaux, ou quelque chose de similaire. De quelle manière ? En faisant entrer Ryadh dans le club formé par la Russie et la Chine. Il n’y a pas de certitudes, mais les hypothèses assez fortes ne manquent pas.

Reuters a rapporté deux nouvelles qui méritent d’être étudiées. Tout d’abord, bin Salman ferait pression sur le président américain Joe Biden pour qu’il le reconnaisse comme le véritable dirigeant du royaume et pour obtenir un appui plus fort dans la coûteuse guerre du Yémen. Ce serait l’une des raisons pour lesquelles le prince héritier résiste à la pression américaine pour pomper davantage de brut afin de faire baisser le prix du pétrole, qui a augmenté depuis le début de l’opération militaire russe en Ukraine. En outre, Ryadh souhaite maintenir en vie la relation pétrolière avec Moscou.

Venons-en au deuxième point : l’agence de presse saoudienne SPA, citant bin Salman lui-même, a écrit que l’Arabie saoudite a la possibilité de réduire ses investissements aux États-Unis. Pour mémoire, les investissements saoudiens à Washington et dans ses environs s’élèveraient à quelque 800 milliards de dollars. De même, bin Salman pourrait se rapprocher encore plus de la Chine pour boucler le cercle autour de la Russie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.