Maria Zakharova : «Nous voulons une Ukraine neutre, non alignée et non nucléaire»

Vues : 2039

Source : stratpol.com – 3 juillet 2022

https://stratpol.com/maria-zakharova-nous-voulons-une-ukraine-neutre-non-alignee-et-non-nucleaire/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Propos recueillis par Guy Mettan, journaliste indépendant 

Après presque quatre mois de combats en Ukraine, la parole n’a été que rarement, ou très partiellement, donnée à la partie russe, présentée dans les médias occidentaux comme l’agresseur et l’unique responsable du conflit. Alors que les opérations militaires se poursuivent sur le terrain et que les négociations apparaissent à nouveau comme un moyen possible d’arrêter la guerre, il semble important de comprendre pourquoi la Russie a pris le risque de lancer son « opération militaire spéciale », quels sont ses véritables objectifs, à quelles conditions les hostilités pourraient être arrêtées et comment ce conflit remodèle l’ordre mondial d’un point de vue russe. Comprendre n’est pas justifier mais c’est une condition préalable pour reconstruire la paix et la confiance.

Au terme d’un entretien de 90 minutes avec Mme Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, tenu à la veille du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, nous publions, en partenariat avec la Weltwoche, la synthèse de ces échanges dont vous trouverez des extraits ci-dessous et la version complète sur le site de l’Agefi.

(GM) Pourriez-vous résumer et expliquer à nouveau les causes principales des opérations militaires actuelles en Ukraine ?

MZ : Permettez-moi alors de commencer par le début. En février 2014, un coup d’État anticonstitutionnel directement soutenu par l’Occident a propulsé au pouvoir des nationalistes violents, qui ont entamé une politique dirigée contre leur propre peuple et visant une ukrainisation coercitive et la destruction de tout ce qui est russe. Pendant huit ans, le régime de Kiev a violé de manière flagrante les droits de l’Homme, bafoué la liberté d’expression et des médias, lutté contre la langue russe, qui est la langue maternelle de dizaines de millions d’Ukrainiens, et contre la culture russe, tout en exterminant les opposants politiques.Une guerre civile a été déclenchée dans le Donbass et le plan de paix convenu et approuvé par le Conseil de sécurité de l’ONU, qui était le Paquet de mesures pour mettre en œuvre les accords de Minsk, a été complètement ignoré par Kiev. L’Occident a fermé les yeux sur tout cela pour faire plaisir à ses protégés ukrainiens et, parfois, en les stimulant.Encouragée par leur soutien, Kiev n’a jamais sérieusement envisagé une solution diplomatique au conflit dans l’est du pays. Au lieu de cela, il a imposé un blocus des transports et de l’économie contre le Donbass et a cessé de payer les pensions et les prestations sociales. Pendant toutes ces années, les habitants des Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk ont ​​été soumis à des tirs d’artillerie et de mortier par les forces armées ukrainiennes et les unités nationalistes. Des milliers d’innocents, dont des enfants, ont été tués et des dizaines de milliers blessés, comme l’ont confirmé les rapports officiels de l’OSCE et des Nations Unies. Pourquoi cela, si ce n’est pour anéantir les populations du Donbass ?Apparemment, Washington et ses alliés ont préparé l’Ukraine en vue de représailles dans le Donbass à partir de 2014. Selon des responsables du Pentagone, les États-Unis ont fourni à l’Ukraine 2,7 milliards de dollars d’aide militaire entre 2014 et le début de l’opération militaire spéciale. De plus, les militaires de l’OTAN ont fait un usage intensif du territoire ukrainien. Des instructeurs occidentaux ont activement formé les soldats ukrainiens, y compris de vrais néonazis. Le nombre d’exercices militaires impliquant des pays de l’OTAN en Ukraine n’a cessé d’augmenter. Sept exercices ont été menés en 2021 et neuf étaient prévus en 2022. Leur ampleur a également augmenté. Si l’année dernière 21 000 militaires ukrainiens ont participé à des exercices multilatéraux, le nombre devait être porté à 40 000 cette année. Le nombre de représentants de l’OTAN devait grimper à 22 000 contre 11 000 l’an dernier tandis que les équipements militaires devaient s’élever à 240 avions et hélicoptères contre 37 l’an dernier, et à 160 navires de guerre contre 26 en 2021.Ceci en dépit du fait que la présence de forces armées étrangères en Ukraine contredisait directement le paragraphe 10 du Paquet de mesures de Minsk. Cela ne peut être appelé autre chose qu’une intervention, et cela se passait à proximité immédiate de nos frontières.Le renforcement militaire de l’OTAN près de nos frontières en mer Noire n’a fait qu’aggraver la situation. Les forces de l’Alliance y étaient littéralement en service de combat. Les navires de guerre des puissances non régionales, principalement les États-Unis, n’ont jamais quitté ces eaux. Plusieurs pays de l’OTAN ont mené des exercices imprévus sous le commandement de la Sixième flotte américaine au cours de la première quinzaine de novembre 2021. En fait, les États-Unis ont ouvert la voie à la création d’un groupement multinational des forces armées de l’OTAN en Ukraine et déstabilisé la situation dans la région. Les aspirations de Kiev à obtenir des armes nucléaires, que Vladimir Zelensky a publiquement exprimées en février de cette année, ont également posé un grave risque pour la sécurité internationale.Tout cela pris ensemble a abouti à la reconnaissance par la Russie de la DNR et de la LNR en tant qu’États souverains et indépendants le 21 février 2022. Le président de la Russie a alors pris la décision de lancer une opération militaire spéciale (SMO) en Ukraine le 24 février conformément à l’Article 51 de la Charte des Nations Unies, avec l’autorisation du Conseil de la Fédération et du Parlement de la Fédération de Russie et à la demande des dirigeants du DNR et du LNR. Nous n’avions pas d’autre choix.Nos principaux buts et objectifs sont la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine, la protection des civils du Donbass contre le génocide et l’élimination des menaces contre la Russie depuis le territoire ukrainien en raison de son exploitation par les pays de l’OTAN. 

Quels sont les principaux objectifs que la Russie essaie actuellement d’atteindre en Ukraine ? J’ai retenu trois objectifs principaux : « la dénazification, la démilitarisation et la neutralisation ». Qu’entendez-vous exactement par ces mots ?

MZ : Pour commencer, je voudrais apporter une correction fondamentale. Vous avez mentionné ce qu’on appelle la neutralisation comme l’un des objectifs de l’opération militaire spéciale. Ce n’est pas le bon terme. Ce que nous voulons, c’est restaurer le statut de l’Ukraine en tant qu’État neutre, non aligné et non nucléaire, c’est-à-dire le retour du pays aux origines de son statut d’État, tel qu’énoncé dans sa déclaration de 1990 sur la souveraineté de l’État.Concernant la dénazification, je voudrais vous rappeler qu’en 2014, lorsque les nationalistes radicaux ont usurpé le pouvoir en Ukraine à la suite du coup d’État anticonstitutionnel, la glorification des collaborateurs nazis de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN) et de l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (UPA) – qui ont ouvertement assassiné des Juifs, des Roms, des Polonais, des Russes et des représentants d’autres groupes ethniques, ainsi que les “mauvais” Ukrainiens pendant la Seconde Guerre mondiale – a commencé au niveau de l’État.Au cours des huit années suivantes, les atrocités des combattants de l’OUN-UPA, qui ont tué des milliers de civils, ont été présentées comme une lutte pour la liberté. Les rues et les stades ont été nommés d’après les complices d’Hitler tels que Stepan Bandera et Roman Shukhevych. Les unités nazies – le Secteur Droit, C14, Trizub, Azov, Donbass, Aidar, etc. – ont opéré ouvertement dans le pays. Des processions aux flambeaux ont eu lieu, terrifiant les civils. Certaines de ces unités ont ensuite été intégrées dans les forces armées ukrainiennes. Pendant huit ans, elles ont bombardé les communautés et les infrastructures civiles dans le Donbass ; elles ont pillé, violé et tué. Il y a du sang de civils, nos contemporains, sur leurs mains. Ces débordements nazis devaient être stoppés.C’est pourquoi le président Vladimir Poutine a déclaré la dénazification – l’éradication du nazisme et des nazis – comme l’un des objectifs de l’opération militaire spéciale. La Russie n’a pas l’intention de diviser ou de détruire la nation ukrainienne, comme la propagande occidentale essaie de le montrer, mais elle essaie de la protéger en débarrassant enfin les peuples d’Ukraine, de Russie et du reste de l’Europe de la peste brune du nazisme et du fascisme qui a relevé la tête en Ukraine. Les terribles leçons de la Seconde Guerre mondiale ont amplement montré la nécessité de le faire.La démilitarisation de l’Ukraine est en cours. Les forces armées russes, en collaboration avec les milices populaires de la RPD et de la RPL, détruisent constamment la quantité massive d’armes et de matériels aux mains des forces armées ukrainiennes, y compris ceux fournis de l’étranger. À l’avenir, nous pensons que l’Ukraine – je le répète – sera un État neutre, dénucléarisé et non aligné, et que son territoire cessera d’être un terrain d’entraînement militaire de l’OTAN pour la dissuasion et la confrontation avec la Russie. 

Fin mars dernier à Istanbul, des avancées significatives dans les négociations de paix ont été annoncées de part et d’autre. Mais ensuite les négociations se sont arrêtées. Pourquoi ? Quelles étaient les causes de cette interruption ?

MZ : Oui, nous avons réussi à nous mettre d’accord sur les paramètres d’un éventuel accord lors de la réunion du 29 mars à Istanbul. Les représentants du régime de Kiev ont alors affirmé avoir entamé des consultations avec les pays occidentaux, qui pourraient être les garants potentiels d’un futur accord. Après cela, les négociations ont commencé à stagner et à la mi-avril, elles se sont arrêtées. Nous n’avons reçu aucune réponse à la série de propositions que nous avons faites le 15 avril. Les décideurs occidentaux ont manifestement interdit à Vladimir Zelensky de poursuivre les négociations, ce qui les aurait empêchés de pomper des armes en Ukraine et de poursuivre une guerre par procuration avec la Russie « jusqu’au dernier Ukrainien ». 

A quelles conditions la Russie pourrait-elle accepter de relancer les négociations avec la partie ukrainienne ? Ou quels pourraient être les critères d’un tel redémarrage ?

MZ : Nous avons répété à plusieurs reprises que nous n’avions pas rompu les pourparlers et que nous ne refusions pas de négocier avec Kiev. Nos priorités sont que l’Ukraine soit un État neutre, non aligné et non nucléaire, reconnaisse la réalité territoriale post-2014, y compris la souveraineté russe sur la Crimée et l’indépendance de la DNR et de la LNR, et s’engage à la démilitarisation, à la dénazification et à la non-discrimination de la population russophone, ainsi qu’au rétablissement du statut de la langue russe.Quant à une réunion au plus haut niveau, nous avons souligné à maintes reprises qu’elle doit être minutieusement préparée afin qu’elle ait un ordre du jour significatif et facilite la signature d’accords spécifiques. Nous n’avons pas besoin d’une réunion pour le plaisir d’une réunion. 

Quel pourrait être l’avenir d’une nouvelle Ukraine pacifique et comment l’obtenir ? Avec quelles garanties de sécurité pour les populations du Donbass comme pour les populations de l’ouest de l’Ukraine, ainsi que pour la Russie dans une perspective stratégique plus globale ?

MZ : La décision finale sur toutes les questions concernant l’avenir du pays et l’autodétermination de ses régions appartient uniquement aux peuples de l’Ukraine actuelle. Ils doivent avoir la possibilité de choisir librement le type d’avenir qu’ils souhaitent pour eux-mêmes et leurs enfants. Nous constatons qu’il y a beaucoup de gens dans les territoires abandonnés par les néo-nazis, par exemple dans les régions de Kherson, Zaporozhye et Kharkov, qui ne veulent pas que le régime de Kiev revienne. 

Les réactions de l’Occident en termes de sanctions économiques contre la Russie, d’assistance militaire et économique à l’Ukraine, de livraison massive d’armes, ont été assez fortes, rapides et coordonnées. Était-ce une surprise pour vous ?

MZ : L’imposition de restrictions économiques unilatérales par certains pays contre d’autres États est une violation flagrante du droit international et de la Charte des Nations Unies. Les restrictions introduites en contournant le Conseil de sécurité de l’ONU ne sont rien d’autre qu’une ingérence dans les affaires intérieures d’États souverains. Les instruments utilisés à cette fin se développent rapidement. L’Occident collectif les utilise ouvertement pour faire basculer la situation politique interne, provoquer un étranglement économique et imposer son propre ordre mondial – incontestable et incontesté, basé sur et soumis à ses propres règles et normes.Des pressions sans précédent sont exercées sur nos principales institutions financières, les secteurs de la technologie, du pétrole et du gaz, des mines, des transports et d’autres secteurs économiques. Les réserves d’or et de devises de la Russie à l’étranger ont été gelées, ce qui est une violation flagrante du droit international et une insulte au bon sens.Après avoir fait l’objet d’une campagne massive de sanctions contre notre pays, nous nous concentrons sur l’intensification de la coopération globale avec nos partenaires. Cette coopération vise à étudier de nouvelles opportunités de substitution des importations dans les secteurs sensibles, à renforcer notre souveraineté technologique et à réorienter les chaînes de production et d’approvisionnement vers nos infrastructures nationales.La Russie affronte avec confiance les défis extérieurs grâce à sa politique macroéconomique responsable de ces dernières années et à des solutions systémiques pour renforcer son économie et sécurité technologique et alimentaire. Les marchés monétaires et financiers se sont stabilisés. Il n’y a pas eu de forte baisse de la production, ni de croissance considérable du chômage. Nous avons réussi à éviter les pénuries de matières premières et la vague d’achats de panique est passée. L’inflation ralentit progressivement. Notre politique de réduction du rôle du dollar et de l’euro dans les échanges et le passage à des règlements mutuels en devises non occidentales se sont avérés efficaces.L’Occident collectif a commis des erreurs de calcul majeures dans sa politique financière, économique, énergétique et alimentaire. Elles ont conduit à une croissance rapide des prix et à l’émergence d’une menace pour la sécurité alimentaire mondiale. Les sanctions antirusses ont jeté plus d’huile sur le feu et ont considérablement compliqué la logistique et les accords contractuels pour les produits agricoles et les engrais russes.Nous sommes très conscients de l’importance de l’approvisionnement russe en biens socialement importants, y compris les denrées alimentaires, pour les pays d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine et du Moyen-Orient. Ils sont essentiels pour la sécurité alimentaire et réaliser les Objectifs de développement durable des Nations Unies. La Russie est prête à coopérer avec ses partenaires en vue d’assurer un approvisionnement sûr en produits alimentaires et en engrais russes sur les marchés extérieurs.Nous tenons aussi à souligner qu’en dépit des problèmes de transport et de logistique, la Fédération de Russie reste un acteur de bonne foi sur le marché mondial. Nous avons l’intention de continuer à respecter nos engagements dans le cadre de contrats internationaux sur l’exportation de produits agricoles et industriels, d’engrais, d’énergie et d’autres produits vitaux.Tout cela équivaut à une guerre économique contre notre pays. Les Occidentaux veulent porter le plus grand préjudice possible à l’économie russe, à son potentiel industriel et technologique, déstabiliser la situation socio-économique de la Russie et l’isoler sur la scène mondiale.Rien de tout cela n’a surpris la Russie. L’Occident dirigé par les États-Unis poursuit depuis longtemps la politique d’endiguement de la Russie, et la pression n’a cessé de s’intensifier. Nous savions que de nouvelles sanctions seraient introduites dans tous les cas – il s’agissait juste de trouver un prétexte. L’échelle des sanctions et leur caractère détaillé montrent qu’elles ont été rédigées il y a longtemps. La Russie s’y attendait et a mis en œuvre des programmes de substitution des importations et crée ses propres compétences pour renforcer sa souveraineté économique. 

Ces réactions sont-elles vraiment efficaces ? Comment analysez-vous les réactions européennes ?

MZ : Les tentatives occidentales d’utiliser les sanctions pour influencer notre politique étrangère se sont avérées totalement futiles. Il semble que de plus en plus d’Occidentaux se rendent compte que ces sanctions produisent un résultat nul ou ont même un effet inverse. Nous assistons déjà à une vague croissante de problèmes dans les pays européens, qui a été déclenchée par les actions irresponsables des stratèges bruxellois : une croissance rapide de l’inflation et une flambée des prix des denrées alimentaires, des produits de première nécessité, de l’électricité et du pétrole.De plus, Bruxelles tente ouvertement d’impliquer des pays tiers dans sa politique illégale, recourant parfois au chantage. Nous avons le regret de dire que la Suisse, qui était considérée jusqu’à récemment comme un rempart et un modèle de neutralité, a ainsi abandonné ses principes de politique étrangère et a pleinement soutenu les sanctions de l’UE contre la Russie. Mais les États-Unis sont allés encore plus loin et ont miraculeusement contraint la Finlande, l’Autriche et la Suède à renoncer d’un coup à leur traditionnelle neutralité qu’ils avaient tant chérie jusqu’à récemment.En entraînant les Européens dans cette aventure anti-russe, Washington semble les avoir poussés à supporter le poids des pertes de cette confrontation insensée avec nous. L’objectif est évident : affaiblir l’UE en tant que rival en la poussant dans l’affrontement destructeur avec la Russie, et en même temps renforcer sa propre présence militaire, financière et énergétique dans le Vieux Monde.Passons maintenant à l’aide américaine à l’Ukraine. Permettez-moi de vous rappeler qu’au printemps, l’administration Joseph Biden a alloué 13,6 milliards de dollars à l’Ukraine sous forme d’aide militaire et économique (respectivement 6,5 milliards et 6,7 milliards). Récemment, elle a décidé de donner à l’Ukraine 40,1 milliards de dollars supplémentaires, dont 25 milliards de dollars à des fins militaires.Nous ne sommes pas surpris par cet énorme soutien car les États-Unis ont investi des milliards dans leur projet ukrainien pendant de nombreuses années avant l’opération militaire spéciale. L’ampleur de cet investissement anti-russe montre certainement à quel point les enjeux pour Washington sont élevés. De toute évidence, les événements en Ukraine posent un défi existentiel aux États-Unis eux-mêmes et à l’idéologie néolibérale mondiale. 

De l’autre côté, de nombreux pays comme la Chine, l’Inde et d’autres, ont été réticents à prendre des sanctions contre la Russie. Pensez-vous que ce front est solide et conduira au monde multipolaire que vous prônez ?

MZ : Il est évident qu’un ordre mondial multipolaire démocratique est en train d’émerger. L’ensemble du système des relations internationales est en profonde transformation. Le monde unipolaire est devenu une chose du passé, et cela s’est produit bien avant les événements en Ukraine. De nouveaux centres de pouvoir en Asie, en Afrique, en Amérique latine et au Moyen-Orient, jouent un rôle de plus en plus important dans l’élaboration de l’agenda mondial et se montrent prêts à défendre leurs intérêts, exigeant le respect de leur propre voie de développement.Sommes-nous proches d’une majorité de pays maintenant ? Il est important de comprendre une chose : nous sommes majoritaires. Je pense que nos collègues chinois ont représenté en plaisantant sur une carte la « communauté internationale » au nom de laquelle les dirigeants et les médias occidentaux parlent constamment. L’Occident parle au nom d’une minorité. Plus personne ne se fait d’illusions à ce sujet.Cependant, la multipolarité va à l’encontre de la vision du monde américaine, qui est basée sur le concept d’hégémonie inconditionnelle des États-Unis. L’ordre mondial « basé sur des règles » préconisé par les Etats-Unis et ses satellites a de fortes réminiscences coloniales. En fait, Washington essaie de préserver les éléments de l’ancien ordre mondial qui répondent à ses propres intérêts, ignorant souvent ses obligations en vertu du droit international. L’émergence de nouveaux centres d’influence politique capables de mener une politique étrangère indépendante et d’établir entre eux une coopération multiforme ne correspond pas à l’image du monde centrée sur les États-Unis et est donc considérée comme une menace pour la domination de Washington.La Russie a toujours prôné la construction d’un ordre mondial véritablement multipolaire, où tous les acteurs de la politique internationale démontrent leur ferme attachement aux principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, y compris l’égalité souveraine et la non-ingérence dans les affaires intérieures des États, et d’autres normes juridiques internationales fondamentales. La formation d’une architecture mondiale plus juste s’inscrit pleinement dans les tendances modernes caractérisées par l’émergence de nouveaux centres de pouvoir économiques et politiques parmi les pays en développement qui revendiquent à juste titre un rôle plus important dans les affaires internationales. 

A quelles conditions pensez-vous qu’il est possible de recréer des liens diplomatiques et des relations normales avec les pays “inamicaux”, comme la Suisse ?

MZ : Tout d’abord, je voudrais souligner que les relations diplomatiques entre la Russie et la Suisse n’ont jamais été rompues. Dans le même temps, la Confédération suisse a sérieusement compliqué nos relations en soutenant tous les trains de sanctions antirusses de l’UE, en fermant son espace aérien, en annulant le régime d’exemption de visa pour les titulaires de passeports diplomatiques et de délégations officielles et en votant en faveur de la Résolution contre la Russie à l’Assemblée générale des Nations Unies.Nous notons avec regret que le statut de neutralité de la Suisse a commencé à se fracturer et que cette tendance se poursuit. L’un des derniers exemples en date est la récente décision de la Suisse d’autoriser les livraisons de pièces de rechange et d’accessoires aux fabricants d’armes étrangers dont les produits finis pourraient ensuite être expédiés en Ukraine.Le statut de neutralité de la Confédération suisse, dont elle s’est longtemps flattée et dont elle est fière à juste titre, devient de plus en plus une fiction et une chose du passé. Malheureusement, les évaluations et les approches actuelles de Berne pour régler le conflit en Ukraine ne peuvent en aucun cas être qualifiées de neutres ou bien réfléchies. Naturellement, la Russie en tient compte dans son dialogue avec Berne sur l’agenda tant bilatéral qu’international.Espérons que la Suisse reviendra à ses fondements traditionnels d’une neutralité « permanente, armée et complète ». Cela aiderait la Confédération à reconstruire sa réputation « d’honnête courtier international » qui n’existe malheureusement plus. 

Alors que la Finlande et la Suède veulent devenir membres de l’OTAN, comment y faire face ? Quelle pourrait être la nouvelle architecture d’un futur accord européen de sécurité incluant la Russie ?

MZ : Nous considérons que la décision de la Finlande et de la Suède d’adhérer à l’OTAN est une erreur, car il n’y a aucune menace pour leur sécurité. Le mythe de la menace militaire russe a été imposé à ces pays par l’Alliance de l’Atlantique Nord et certains de ses membres, en premier lieu les États-Unis et le Royaume-Uni, pour faire avancer davantage le bloc militaire jusqu’à la frontière de la Fédération de Russie.Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, le choix d’assurer la sécurité nationale est un droit souverain de chaque État mais ces décisions ne doivent pas créer une menace pour la sécurité des autres pays.Les contre-mesures de la Russie à la suite de l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN – y compris des mesures militaires et techniques – dépendront des conditions de leur adhésion à l’Alliance de l’Atlantique Nord, tels que le déploiement de bases militaires étrangères et de systèmes d’armes offensifs sur leur territoire.L’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN, malgré les déclarations bruyantes, portera un préjudice irréparable à la sécurité européenne. Cela ne renforcera pas leur prestige international mais privera Helsinki et Stockholm de l’opportunité de jouer un rôle de leader dans les initiatives de paix, tout en risquant d’entraîner une militarisation de la région baltique et une escalade des tensions dans l’Arctique.L’histoire montre que l’OTAN est une organisation agressive plutôt que défensive. Son expansion incessante a fondamentalement changé l’architecture de la sécurité européenne ; le bombardement de la Yougoslavie et l’opération honteuse en Libye ont plongé ces pays dans le chaos. L’Alliance a dévasté l’Afghanistan et déverse maintenant des armes en Ukraine.Depuis la fin de la guerre froide et surtout au cours des dernières années, nous avons mis en garde contre les menaces posées par l’élargissement de l’OTAN et indiqué la nécessité de traiter la Russie comme un partenaire égal et de respecter nos intérêts vitaux. Nous avons déployé des efforts actifs pour construire une architecture fiable de sécurité européenne égale et indivisible. Nous avons proposé aux pays occidentaux d’adopter des accords pertinents, notamment le Traité de sécurité européen (2009), l’Accord sur les principes de base régissant les relations entre la Russie et les États membres du Conseil de l’OTAN dans le domaine de la sécurité (2009), le Traité entre les États-Unis d’Amérique et la Fédération de Russie sur les garanties de sécurité et l’Accord sur les mesures visant à assurer la sécurité de la Fédération de Russie et des États membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (2021). L’Occident a décliné toutes nos initiatives. Le futur accord sur la sécurité européenne est impossible sans les principes proposés dans ces documents : indivisibilité de la sécurité européenne et obligation de ne pas renforcer sa sécurité au détriment de la sécurité des autres. Concrètement, cela comprendrait des garanties de non-expansion de l’OTAN, de non-déploiement de systèmes d’armes offensifs près de nos frontières et le retour de la configuration des forces de l’Alliance à l’État qui existait au moment de la signature du Pacte Russie-OTAN en 1997.

3 pensées sur “Maria Zakharova : «Nous voulons une Ukraine neutre, non alignée et non nucléaire»

  • Ping :Maria Zakharova : «Nous voulons une Ukraine neutre, non alignée et non nucléaire» | Raimanet

  • 9 juillet 2022 à 8 h 10 min
    Permalink

    Que la Russie respecte l’intégrité territoriale de l’Ukraine et s’en retire et la paix reviendra dans la seconde suivante .
    Si elle pense que l invasion de l Ukraine respecte la Charte des Nations Unies alors pourquoi le tribunal de l ONU a condamné l’invasion russe ? C’est bizarre elle n’en parle pas . Et les mots civils elle s’en fout on dirait .

    Répondre
  • 9 juillet 2022 à 9 h 38 min
    Permalink

    On remarquera l’ingérence et l’impérialisme de la Russie qui ne respecte pas la souveraineté de l ‘ Ukraine .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *