Poutine commence à dézinguer son opposition mondialiste – Nicolas Bonnal

Vues : 3747

Par Nicolas Bonnal

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Manu semble en perdition même si on peut faire confiance à LFI et au RN pour lui faciliter la vie au détriment des froncés de souche qui de toute manière y ont pris goût, à la déglingue et à la dictature. Mais on sent sa France trop mal barrée (c’est le cas de le dire) pour être gouvernée à la rentrée ; la presse abjecte de cet hexagone agonisant fera tout son possible mais ce sera de toute manière insuffisant : il faudrait que les journaux soient lus. De même Biden s’écroule dans les sondages : il est à 23% dans les sondages et 88% des Ran-Tan-Plan américains « sentent confusément quelque chose » concernant la situation de leur première impuissance mondiale. Enfin on a le princier Boris Johnson éjecté comme un malpropre au milieu d’une flopée de scandales sexuels et textuels. Je n’aime pas Churchill mais n’est pas Churchill qui veut quand même.

Le départ de Bojo survient quelques jours après le sommet de l’OTAN qui montrait la super-impuissance humanitaire devenue folle défier le reste du monde. La même semaine l’ahuri prétendait changer de sexe ou imposer le changement de sexe pour rétablir la paix en Ukraine (sans rire = Poutine homme viril russe pas beau et pas gentil), oubliant au passage que le grand accroissement de la Russie au siècle des Lumières fut le fait de la tzarine Catherine elle-même d’extraction teutonne comme on sait. Mais du siècle des Lumières nous sommes fort loin maintenant et comme dit Debord : « le destin du Spectacle (de la démocratie occidentale) n’est pas de finir en despotisme éclairé ». Le despotisme éclairé est comme on sait pour d’autres contrées.

Franchement on ne voit pas Biden finir bien ni Macron ni Bruxelles. L’Europe, nous apprend Sannat, va se réunir pour nous couper l’électricité cet hiver. Et ce qui est formidable est que nous ne sommes victimes ni du pic pétrolier ni même de la guerre ; nous sommes victimes de nos sanctions toutes émanées de notre condition de superpuissance humanitaire et donc de notre propre stupidité. Les ploucs Schwab Leyen et Hariri peuvent être des monstres, ils sont surtout des imbéciles. Leur ordre nouveau vert informatique est intenable même à court terme. En Espagne aussi Sanchez le bon élève de Soros et du mondialisme a été ratiboisé aux dernières élections ; et l’ardoise de l’OTAN, du terrorisme basque et de l’inflation (10 ? 20% ?) ne l’a pas rendu populaire.

Poutine sait être patient : en quatre mois la guerre a été gagnée et l’occident ruiné, avec ses élites déconsidérées même par les imbéciles (dont ne font certes pas partie nos « journalistes »). Il lui reste à attendre que le jeu de massacre continue, y compris en Allemagne ou en Ukraine. Et nous retournerons la formule des Illuminati : nous étranglerons le dernier mondialiste avec les tripes du dernier journaliste. Patientez, on se rapproche.

Sources

https://ok.ru/video/1363685739033
https://lesakerfrancophone.fr/bye-bye-boris-jespere-que-nous-nentendrons-plus-jamais-parler-de-toi

8 pensées sur “Poutine commence à dézinguer son opposition mondialiste – Nicolas Bonnal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *