Un homme d’affaires saoudien tombe raide mort en plein discours. Un autre cas de “mort subite” post-vaccinale ?

Vues : 2308

par Michèle Marie

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Le 9 août dernier, Muhammad Al-Qahtani, homme d’affaires saoudien résidant aux Émirats, est tombé raide mort au beau milieu d’un discours qu’il était en train de prononcer à la conférence arabo-africaine d’une commission économique et sociale relevant de la Ligue arabe. Elle se tenait au Caire pour célébrer les accomplissements du Président égyptien Abdel Fattah el-Sissi dans la lutte contre la fraude, et des représentants d’organisations régionales et internationales y participaient, ainsi que de nombreux ambassadeurs et personnalités du monde arabe.

La cause du décès n’était « pas connue ».

Une vidéo choquante de @Dr. Esam Barak, publiée sur Twitter et relayée par le site arabi21.com, montrait le moment précis où Al-Qahtani s’était soudainement écroulé au sol en plein éloge du Président des Émirats Mohammed bin Zayed, qu’il présentait comme « un modèle d’humanité et un homme de paix ».

Al-Qahtani avait occupé, outre les fonctions de Président du Conseil d’administration de la société de portefeuille Al-Salaam, plusieurs postes honorifiques d’ambassadeur de bonne volonté.

Selon Abdullah El Shérif, l’auteur égyptien d’une autre vidéo publiée également sur Twitter, M. Al-Qahtani avait été emmené par la sécurité de la conférence vers une autre pièce, où il fut prononcé mort. La cause de son décès n’était pas connue mais le blogueur y voyait une rétribution divine pour sa flagornerie : « Tu termineras ton discours le jour de la résurrection, ô Qahtani », avait-il écrit, pensant en se méprenant que l’éloge était adressé au président égyptien el-Sisi. que, visiblement, il ne portait pas dans son coeur.

Un certain @Filalinho avait abondé dans son sens: oui, comment le défunt comptait-il se présenter devant le Tout-Puissant alors qu’il était mort en train de rendre un faux témoignage, car en faveur d’un dictateur ?

Un autre internaute estimait, lui aussi, que le défunt n’avait eu que ce qu’il méritait et que Dieu avait voulu qu’il mourût comme il avait vécu.

Quant à @Dr. Esam Barak, l’auteur de la première vidéo relayée par arabi21.com, il citait dans le même ordre d’idées un verset coranique pour avertir qu’au jour du jugement, il faudrait rendre compte des positions prises durant la vie.

Et comme s’il craignait de ne pas avoir été assez explicite, il citait dans un second tweet un autre verset qui vouait aux flammes de l’enfer ceux qui recherchaient le commerce des hommes injustes.

Des dizaines de tweets se succédaient, tous du même acabit, même si un certain @mohaor1234 avait rappelé à l’ordre les moralisateurs, leur enjoignant de ne pas se réjouir de la mort d’autrui, mais de demander à Dieu la grâce d’une bonne fin pour eux-mêmes, car nul ne pouvait préjuger de la volonté de Celui qui avait le pouvoir de retourner les coeurs.

Ce n’est que quelque pages plus loin que les premiers commentaires en anglais surgirent, très éloignés de la religiosité des tweets en arabe, pour analyser l’incident en termes physiques plutôt que métaphysiques. A un vérificateur de Reuters qui demandait à @DrEsamBaraka la permission d’utiliser sa vidéo,  JulesP@juliepollard71 riposta :

« @ReutersWitness, vous êtes les pires des fact-checkers sur Facebook ! Je suppose que vous projetez d’utiliser la vidéo pour prétendre que la mort a été causée par une balle tirée de derrière une motte de terre ? [NDT – allusion à la thèse bidon dite du « grassy knoll » ou « monticule herbeux », l’endroit mythique d’où aurait été tirée la balle qui avait assassiné John F. Kennedy].

Il est pourtant clair que c’est un AVC ou un infarctus qui ont causé sa « mort subite », et c’est très TRISTE. »

[NDT : jeu de mots intraduisible en français, SAD voulant dire « triste », alors que SADS est l’acronyme de “Sudden Adult Death Syndrome” (Syndrome de mort subite des adultes)*.

*Ce terme de Syndrome de mort subite des adultes est l’appellation mise à contribution, faute de mieux, pour rationaliser la flambée alarmante de morts mystérieuses que les médecins, « perplexes » à ce qu’on nous dit, ne savent comment expliquer.

Un autre internaute anglophone était encore plus explicite :

« La famille de cet homme mérite une réponse à cette question : « s’agit-il d’une mort provoquée par l’injection du Covid-19 ? »

Si cet homme s’est fait injecter un product expérimental à ARNm — qui n’est ni sûr ni efficace — c’est ce produit qui doit être le suspect no 1 dans sa mort inattendue !

VÉRITÉ !!!!! »

Sadeq @oghuz_bey commenta en réponse : « C’était un Saoudien qui avait l’habitude de voyager, il y a donc 99% de chances qu’il ait été hyper-vacciné et boosté. »

Les médias ne pouvaient évidemment pas passer sous silence les incidents de morts subites, au vu de leur multiplication, mais comme il était difficile de les rattacher à une cause plausible, et qu’il était hors de question de mettre en cause les vaccins « sûrs et efficaces », ils piétinaient et tournaient en rond sur eux-mêmes.

News.com.au rapportait, par exemple, les propos du Collège royal australien des médecins généralistes pour qui le SADS était« un terme générique utilisé pour décrire les décès inattendus chez les « personnes jeunes et en bonne santé ». Fort bien, mais on n’était pas plus avancé pour autant.

Le Daily Mail faisait, lui aussi, allusion à un syndrome mystérieux frappant des « personnes jeunes et en bonne santé qui meurent subitement », et relatait l’étonnement des médecins qui cherchaient des réponses en s’aidant d’un registre national nouvellement établi.

Dr. Elizabeth Paratz, cardiologue et chercheuse, avait expliqué la différence entre « crise cardiaque », c’est à dire obstruction d’un vaisseau cardiaque, et « arrêt cardiaque » qui correspondait aux incidents SADS, pour montrer combien il était difficile de proposer un diagnostic dans les cas de SADS: « Si quelqu’un a une crise cardiaque et que vous faites une autopsie, vous pouvez voir un gros caillot, c’est quelque chose de concret, mais dans le cas de ces incidents SADS, le cœur est intact et il est vraiment difficile de savoir ce qu’il faut faire ».

Retour, donc, à la case départ.

Mais pour la Fondation américaine des SADS, très sûre d’elle-même, ce syndrome de mort subite n’avait rien de mystérieux : il était lié à des « maladies cardiaques d’origine génétique, qui pouvaient parfois provoquer une mort subite, même chez des personnes jeunes et en bonne santé apparente ».

La Fondation engageait donc les adultes et les enfants dès l’âge de 12 ans, qui étaient atteints de SADS, c’est à dire d’une condition génétique les prédisposant à des arrêts cardiaques, à se faire vacciner! Et là, ce n’était plus drôle du tout.

Voici ce qu’on peut lire sur le site de la Fondation:

« Si je suis génétiquement prédisposé à un syndrome de mort subite, puis-je sans problème prendre l’injection de Moderna ou Pfizer contre le COVID-19? »

Et la réponse du Dr. Michael Ackerman:

« J’ai dit à tous mes patients et à tous ceux qui sont atteints de maladies cardiaques héréditaires que nous voyons en consultation ici à la Fondation, que s’ils souffraient d’un syndrome SADS (syndrome du QT long, tachycardie ventriculaire polymorphe catécholaminergique (TVPC), ou syndrome de Brugada, etc.), ils devaient se faire vacciner. S’ils ont 16 ans ou plus, je leur dis: vous pouvez vous faire vacciner et vous devriez le faire, cela ne pose aucun danger pour votre cœur. »

Tant de dissonance cognitive (ou de mauvaise foi) est effrayant de la part de personnes qui tiennent la vie et la mort de quantité de leurs congénères entre leurs mains. Et que pense le Dr. Ackerman des gens qui n’ont pas de « condition génétique SADS » mais qui meurent tout de même de mort subite ? Qu’ils sont des cardiaques « génétiques » qui s’ignoraient jusque-là ? Jusqu’où iront le camouflage et la normalisation des maladies cardiaques chez les personnes jeunes? A en croire la Fondation, il y aurait parmi nous un grand nombre de cardiaques à l’état latent, qui n’attendent que d’être révélés à eux-mêmes par un accident ? Et comme l’un des deux signaux d’alerte indiqués pour déterminer si l’on a une prédisposition génétique est justement la mort subite d’un parent, on est assuré, dans cette logique circulaire, de ne jamais avoir besoin d’examiner le rôle du statut vaccinal de quiconque : il suffira de ramener les cas de mort subite à une vulnérabilité génétique, pour justifier par là même les décès ultérieurs de membres de la même famille.

Certains autres experts voient à ces accidents cardiaques une origine psychosociale. plutôt que génétique. Ils estiment que le traumatisme post-covid lié, notamment, aux confinements et à la distanciation sociale, est la cause probable de la flambée des maladies cardiaques. Il faut, disent-ils, s’attendre à une augmentation des décès dûs aux pathologies cardiovasculaires, et notamment aux incidents vasculaires thrombotiques.

Dans ce contexte, deux médecins londoniens cités par le quotidien britannique « The Evening Standard », pensent qu’il faut prévoir une augmentation importante des maladies cardiovasculaires imputables à ce syndrome de « stress post-pandémique », et que la tranche d’âge entre 30 et 45 ans est celle qui sera la plus touchée. En effet, « des patients beaucoup plus jeunes qu’avant le Covid ont désormais besoin d’une prise en charge chirurgicale ou médicale ».  Beaucoup de ces cas sont, selon eux,  « le résultat direct de l’augmentation des niveaux de stress et d’anxiété causés par le PPSD ». [NDT: Post-Pandemic Stress Disorder, ou stress post-pandémique].

Un bémol tout de même : le PPSD n’a pas été officiellement reconnu en tant que trouble de santé mentale. On connaissait le stress post-traumatique mais on n’a jamais entendu parler de stress post-pandémique. L’appellation n’a donc aucune valeur scientifique, elle est juste une étiquette commode qui permet de clore la discussion et de passer à autre chose sans trop se casser la tête à fournir des explications. Un peu comme pour les           « vertus dormitives » de l’opium : « L’opium fait dormir, parce qu’il y a en lui une vertu dormitive dont la nature est d’assoupir les sens »!

Si les journalistes semblent avoir donné leur langue au chat pour justifier l’envolée des maladies cardiaques touchant surtout les moins de 45 ans, ce n’est pas le cas des internautes. Comment se fait-il, s’interroge-t-on sur les réseaux, qu’un syndrome dont on n’avait jamais entendu parler avant 2022, soit soudainement en passe de devenir une cause majeure de mortalité ? Et que cela coïncide, comme par hasard, avec des inoculations massives de « vaccins » géniques à caractère expérimental ?

Autre bizarrerie : l’intervalle compris entre 30 et 45 ans a de tout temps été associé à la force de l’âge, et il formerait à présent le groupe démographique le plus vulnérable ? Faudra-t-il songer à revisiter certaines définitions du Larousse pour les adapter aux nouvelles réalités?

La vérité,  pas l’officielle mais la vraie, a toujours été là pour qui voulait la voir. Elle était l’éléphant dans la pièce, qu’on ne pouvait pas rater à moins de garder les yeux fermés. Et les scientifiques honnêtes ont toujours parlé pour qui voulait entendre. Ils ont pour nom Montagnier, Perronne, Henrion-Caude, Toussaint, Raoult, Fourtillan, Delépine, Yeadon, Vander Bossche, Mikovits, Merritt, Madej, Gold, Stuckelberger, Tenpenny, Mallone, Alexander, Zelenko, Wodarg, Cole, Noack, McCullough, pour ne citer qu’eux.

Traduction : « Peter McCullough, un des cardiologues les plus éminents et le médecin le plus publié pour les traitements du Covid, nous parle de la myocardite, l’un des effets adverses des vaccins du Covid, spécialement chez les jeunes. Pourquoi ces vaccins ne doivent pas être administrés aux jeunes. »

Le Dr. Peter McCullough, le cardiologue le plus publié au monde, n’a pas arrêté de mettre en garde contre le grave danger de myocardites causé par les vaccins Covid.

On peut écouter son plaidoyer ici. Il est on ne peut plus clair:

« Il ne fait pas le moindre doute que les vaccins du Covid provoquent des myocardites. Des études scientifiques ont été présentées à la FDA et au CDC américains, prouvant que les dangers de ces vaccins étaient de loin supérieurs à ceux du Covid lui-même. Ces études n’ont pas été réfutées, ni par la FDA ni par le CDC. Il ne faut donc sous aucun prétexte donner cette injection aux jeunes. Jamais ! Encore moins faire pression sur eux pour la leur administrer. »

C’est d’une voix enroulée par l’émotion qu’il a évoqué la présence dans la salle du père d’un jeune garçon qui avait été emporté par une myocardite post-vaccinale. Il y avait aux Etats-Unis, a dit Dr. McCullough, 21.000 cas avérés de myocardites induites par le vaccin, que le CDC avait vérifiés, et les chiffres continuaient de grimper.

Malheureusement, pour chaque médecin intègre et courageux qui tire sur la sonnette d’alarme, parfois au prix de son poste ou de sa réputation, de sa radiation ou de son incarcération psychiatrique, et voire même de sa vie, il se trouve une armée de vérificateurs à la solde de Big Pharma, qui se tiennent prêts à crier au « complotisme » ou à la « fake news ».

Se rendent-ils seulement compte de leur responsabilité dans ce jeu macabre ? Combien de morts faudra-t-il pour qu’ils se taisent enfin ?

2 pensées sur “Un homme d’affaires saoudien tombe raide mort en plein discours. Un autre cas de “mort subite” post-vaccinale ?

  • 18 août 2022 à 11 h 44 min
    Permalink

    La mort subit du pourrissant.

    Répondre
  • 20 août 2022 à 20 h 35 min
    Permalink

    RE “sudden adult death syndrome”

    Let’s THINK now….

    What does the OBVIOUS sneaky SUDDEN criminal propagandization with their “Sudden Adult Death Syndrome” trickery (just like their prior “Sudden Infant Death Syndrome” fabrication), in conjunction with TONS of similar OBVIOUS evidence, mean really? What does it squarely point to — ONCE AGAIN? What is the TRUE FINAL implication of all that?

    Here’s the answer, here’s what that ULTIMATELY means…

    It means that a mafia network of manipulating PSYCHOPATHS are governing big businesses (eg official medicine), nations and the world (and that Covid is a major planned crime against humanity), the evidence is OVERWHELMING and TOTALLY IRREFUTABLE — study “The 2 Married Pink Elephants In The Historical Room –The Holocaustal Covid-19 Coronavirus Madness: A Sociological Perspective & Historical Assessment Of The Covid “Phenomenon””… https://www.rolf-hefti.com/covid-19-coronavirus.html

    Isn’t it about time for anyone to wake up to the ULTIMATE DEPTH of the rabbit hole — rather than remain blissfully willfully ignorant and play victim like a little child?

    Only psychopaths can come up with such TOTALLY IMMORAL criminal fabrications AND implement such unethical atrocities to cover up the massive harm done by Covid “vaccines”!!!

    And psychopaths are typically NOT how Hollywood propaganda movies have showcased them. And therefore one better RE-learns what a psychopath REALLY is. But global rulership by psychopaths is only ONE part of the equation that makes up the destructive human condition as the article explains because there are TWO pink elephants in the room… and they’re MARRIED (see cited source above).

    If you are in the United States and your employer has mandated the toxic/lethal COVID jabs, you can register to receive a “Medical Exemption Certificate” for free at https://drgastonmedicalexemption.com or https://lc.org/exempt

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.