Guerre biologique et gain de fonction : une nouvelle souche de Covid avec un taux de mortalité de 80% créée en laboratoire

Vues : 5380

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

Par CAITLIN TILLEY et MANSUR SHAHEEN Source : DAILYMAIL.COM – Traduction Pierre-Antoine Plaquevent pour strategika.fr – 18 octobre 2022

Notes du traducteur : 1/ pourquoi le Dailymail nous parle-t-il spécifiquement des recherches de gain de fonction de ce laboratoire ? 2/ cet article rappelle le rôle du biolab de Wuhan dans l’origine humaine du Covid mais “oublie” d’évoquer le rôle de Peter Daszak et d’EcoHealth Alliance 3/ la guerre en Ukraine force-t-elle les USA à conduire des recherches de ce type directement sur son sol ?

– Des chercheurs ont ajouté la protéine spike d’Omicron à la souche originale de Covid de Wuhan.

– La protéine spike d’Omicron a ici hautement muté, ce qui en fait la variante la plus infectieuse jamais créée.

– Huit souris sur dix infectées par la souche créée en laboratoire sont mortes dans un laboratoire de l’université de Boston.

“C’est jouer avec le feu – cela pourrait déclencher une pandémie générée en laboratoire”

Des scientifiques de l’université de Boston sont pointés du doigt pour avoir “joué avec le feu” après avoir découvert qu’ils avaient créé une nouvelle souche mortelle de Covid en laboratoire.

Le DailyMail.com a révélé que l’équipe avait créé un virus hybride – combinant Omicron et la souche originale Wuhan – qui a tué 80 % des souris lors d’une étude.

Cette révélation montre à quel point la recherche sur la manipulation des virus est dangereuse, même aux États-Unis, alors que l’on craint que des pratiques similaires aient déclenché la précédente pandémie.

Le professeur Shmuel Shapira, un scientifique de premier plan du gouvernement israélien, a déclaré : “Cela devrait être totalement interdit, c’est jouer avec le feu”.

La recherche sur le gain de fonction – lorsque les virus sont manipulés à dessein pour être plus infectieux ou mortels – serait au centre de l’origine du Covid.

Un laboratoire chinois situé à quelques kilomètres du premier groupe de cas a effectué des recherches similaires sur des coronavirus de chauve-souris.

Mais cette pratique a été théoriquement largement restreinte aux États-Unis depuis 2017.

La question de savoir si l’épidémie mondiale a commencé par un débordement d’animaux sauvages vendus sur le marché ou s’est échappée du laboratoire de Wuhan, situé à seulement 13 km de l’autre côté du fleuve Yangtze, a suscité un vif débat sur la manière de prévenir la prochaine pandémie.

Le Dr Richard Ebright, chimiste à l’université Rutgers de New Brunswick, dans le New Jersey, a déclaré au DailyMail.com que : « Cette recherche est un exemple clair de recherche sur le gain de fonction ».

Il a ajouté : « Si nous voulons éviter une prochaine pandémie générée en laboratoire, il est impératif de renforcer la surveillance de la recherche améliorée sur les agents pathogènes potentiellement pandémiques. »

Dans cette nouvelle étude, qui n’a pas été examinée par des pairs, une équipe de chercheurs de Boston et de Floride a extrait la protéine spike d’Omicron – la structure unique qui se lie aux cellules humaines et les envahit. Elle a toujours été présente mais elle est devenue plus évoluée au fil du temps. Omicron présente des dizaines de mutations dans sa protéine spike qui l’ont rendu si infectieux. Les chercheurs ont attaché la protéine spike d’Omicron à la souche sauvage originale qui est apparue à Wuhan au début de la pandémie. Les chercheurs ont examiné comment les souris se comportaient sous la nouvelle souche hybride par rapport à la variante originale d’Omicron.
Le National Emerging Infectious Diseases Laboratories de l’université de Boston est l’un des 13 laboratoires de niveau de biosécurité 4 aux États-Unis.
Le type de recherche le plus dangereux peut être effectué dans ces laboratoires, impliquant des virus hautement infectieux tels que Covid et Ebola
Dans les laboratoires de biosécurité 4, les chercheurs effectuent toutes les expériences dans une “enceinte de biosécurité”, un espace de travail fermé et ventilé permettant de manipuler des matériaux contaminés par des agents pathogènes.
Les travailleurs doivent changer de vêtements avant d’entrer et se doucher avant de sortir.
Des chercheurs du National Emerging Infectious Diseases Laboratories de l’université de Boston ont découvert que 80 % des souris étaient mortes de la nouvelle souche artificielle Covid, alors qu’aucune n’était morte de la seule variante Omicron, plus douce.
Le Dr Richard Ebright (en haut), chimiste à l’université Rutgers, a déclaré que ces recherches pourraient déclencher la prochaine pandémie créée en laboratoire. Le professeur Shmuel Shapira (en bas), un scientifique de premier plan au sein du gouvernement israélien, a déclaré que ce type de recherche devrait être interdit car il s’agit ici de jouer avec le feu.

Dans le cadre de cette nouvelle recherche, qui n’a pas fait l’objet d’un examen par les pairs, une équipe de chercheurs de Boston et de Floride a extrait la protéine spike d’Omicron – la structure unique qui se lie aux cellules humaines et les envahit.

Elle a toujours été présente dans le virus mais a évolué au fil du temps. Omicron présente des dizaines de mutations sur sa protéine spike qui l’ont rendu si infectieux.

Les chercheurs ont attaché la protéine spike d’Omicron à la souche sauvage originale qui est apparue à Wuhan au début de la pandémie.

Les chercheurs ont examiné le comportement des souris face à la nouvelle souche hybride par rapport à la variante originale d’Omicron.

En revanche, lorsqu’un groupe similaire de rongeurs a été exposé à la souche Omicron standard, tous ont survécu et n’ont présenté que des symptômes “légers”.

Dans leur article, ils déclarent : “Chez les souris, alors qu’Omicron provoque une infection légère et non mortelle, le virus porteur d’Omicron S inflige une maladie grave avec un taux de mortalité de 80 %“.

Les chercheurs ont déclaré que cela indiquait que si la protéine spike est responsable de l’infectivité, les modifications apportées à d’autres parties de sa structure déterminent son caractère mortel.

Le Dr Ebright a déclaré au DailyMail.com :

“Cette recherche est un exemple clair de recherche sur le gain de fonction préoccupante et de recherche sur les pathogènes pandémiques potentiels améliorés (enhanced potential pandemic pathogen – ePPP).

Il est particulièrement inquiétant que cette nouvelle recherche ePPP du gouvernement américain – tout comme la précédente recherche ePPP du gouvernement américain sur les coronavirus chimériques liés au SRAS à l’Institut de virologie de Wuhan, qui pourraient avoir causé la pandémie – ne semble pas avoir fait l’objet de l’examen préalable des risques et des avantages prévus par les politiques du gouvernement américain.

Si nous voulons éviter une nouvelle pandémie générée en laboratoire, il est impératif de renforcer la surveillance de la recherche sur les ePPP.

Il est impératif que les politiques existantes, qui imposent une évaluation préalable des risques et des avantages de la recherche sur les ePPP, soient suivies, et il est impératif que les responsables des agences gouvernementales américaines qui ont mis le public en danger en violant de manière répétée les politiques existantes soient tenus pour responsables”.

Le professeur David Livermore, professeur de microbiologie à l’université britannique d’East Anglia, a quant à lui déclaré au DailyMail.com :

“étant donné la forte probabilité que la pandémie de Covid ait pour origine la fuite d’un coronavirus manipulé en laboratoire à Wuhan, ces expériences semblent profondément imprudentes”.

N’avons-nous rien appris ? 40 nouveaux laboratoires de biochimie manipulant des virus dangereux sont en cours de construction dans le monde.

La pandémie de coronavirus a entraîné une augmentation du nombre de laboratoires capables de manipuler des virus dangereux dans le monde entier, malgré les inquiétudes suscitées par les expériences risquées de Covid.

Plus de 40 installations certifiées de niveau de biosécurité 3 (BSL-3) ou BSL-4 ont été construites ou sont en cours de construction depuis 2020, principalement en Asie.

De nombreux pays estiment avoir été pris de court par Covid et veulent devancer la prochaine épidémie dévastatrice en étudiant les agents pathogènes qui représentent une menace pour l’homme.

Les expériences menées dans ces laboratoires consistent souvent à manipuler des virus animaux afin de mettre au point des traitements et des vaccins qui pourraient être utilisés lors d’une future épidémie.

Mais de nombreuses personnes s’inquiètent du fait que ces expériences pourraient en fait augmenter le risque de pandémie – ce qui, selon certains experts, a été le cas avec Covid.

Le virus a commencé à se propager à partir d’un marché humide de Wuhan, à environ 13 km de l’Institut de virologie de Wuhan (WIV), un laboratoire biologique de haute sécurité qui travaille sur les dangereux coronavirus de chauve-souris.

Les scientifiques y travaillaient sur certains des plus proches parents de Covid. Il s’est avéré qu’ils ont également effacé des bases de données cruciales et étouffé des enquêtes indépendantes sur les liens entre le laboratoire et la pandémie.

Le professeur Paul Hunter, expert en maladies infectieuses à l’université d’East Anglia en Angleterre, a déclaré au DailyMail.com qu’il s’inquiétait de l’usage qui serait fait de tous ces nouveaux laboratoires.

La question est de savoir à quoi vont servir les laboratoires”, a-t-il déclaré à ce site. S’ils sont utilisés à des fins de diagnostic, alors vous en avez besoin. Mais je ne pense pas que chaque pays ait besoin d’un laboratoire de niveau 4.

Il a ajouté : “S’ils commencent à avoir un double objectif de recherche ayant des implications militaires offensives, c’est là que réside le problème”.

La Russie a présenté ses propositions pour 15 des laboratoires de sécurité maximale et l’Inde vise 18 laboratoires de niveau de sécurité 3 et 4 au total. Les États-Unis ajoutent également un laboratoire de biosécurité de plus haut niveau à leurs 12 laboratoires existants.

La recherche sur le gain de fonction était largement limitée aux États-Unis jusqu’en 2017, lorsque les National Institutes of Health ont commencé à l’autoriser en utilisant des fonds publics.

Auparavant, elle avait été interrompue de 2014 à 2017, car on craignait qu’elle ne conduise à la création par inadvertance d’une pandémie.

La recherche consiste à bricoler des virus pour les rendre plus mortels ou infectieux – dans l’espoir de prendre de l’avance sur une future épidémie.

L’université de Boston a réfuté l’idée que ces expériences soient un gain de fonction, ajoutant que la recherche a été examinée et approuvée par le comité de biosécurité institutionnel (IBC) et la commission de santé publique de Boston.

Un porte-parole a déclaré : “Ces recherches reflètent et renforcent les résultats d’autres recherches similaires menées par d’autres organisations. En fin de compte, cette recherche sera bénéfique pour le public car elle permettra d’améliorer et de cibler les interventions thérapeutiques pour aider à lutter contre les futures pandémies”.

Si l’on pense officiellement que le Covid a été transmis d’un animal à un humain – probablement par une chauve-souris – dans un marché humide de Wuhan, certains spéculent autrement.

L’Institut de virologie de Wuhan (WIV) effectuait des recherches sur des souches similaires avant l’apparition du virus dans la ville.

Certains pensent que l’agent pathogène développé dans le laboratoire a infecté les employés et s’est ainsi échappé dans le monde.

Les scientifiques de Boston effectuaient des recherches similaires et ont examiné les effets de différentes souches sur des cellules pulmonaires humaines cultivées en laboratoire.

Le Covid s’accroche aux cellules humaines avec sa protéine spike, et demande aux cellules saines de produire des copies de lui-même.

Les scientifiques ont mesuré le nombre de copies que chaque variante faisait produire aux cellules saines.

Ils ont constaté que la souche hybride produisait cinq fois plus de particules virales que l’Omicron original.

Les scientifiques admettent qu’il est peu probable que le virus hybride soit aussi mortel chez l’homme qu’il l’a été chez la souris.

En effet, la race spécifique de souris de laboratoire utilisée est très sensible à la maladie grave de Covid. Les souris et les humains ont également des réponses immunitaires très différentes au virus.

Le laboratoire, situé au National Emerging Infectious Diseases Laboratories de l’université de Boston, est l’un des 13 laboratoires de niveau de biosécurité 4 aux États-Unis.

Ces laboratoires sont autorisés à manipuler les agents pathogènes les plus dangereux. Il existe également des installations au Texas, à Atlanta et à Manhattan, au Kansas.

Les expériences menées dans ces laboratoires consistent souvent à manipuler des virus animaux afin de mettre au point des traitements et des vaccins qui pourraient être utilisés lors d’une future épidémie.

Les travaux sur le virus vivant à l’origine du Covid doivent être réalisés dans un laboratoire de niveau de sécurité biologique 3 ou 4.

Dans les laboratoires de niveau de sécurité biologique 3, les chercheurs effectuent toutes leurs expériences dans une “enceinte de sécurité biologique”, un espace de travail fermé et ventilé permettant de manipuler des matériaux contaminés par des agents pathogènes.

Ces laboratoires sont également équipés de portes à fermeture automatique, de fenêtres, de sols et de murs étanches, ainsi que de systèmes de ventilation filtrés.

Dans un laboratoire de niveau de sécurité biologique 4, on porte des combinaisons pressurisées à adduction d’air et les travailleurs doivent changer de vêtements avant d’entrer et se doucher avant de sortir.

Le laboratoire est situé dans une section séparée du bâtiment et dispose de sa propre alimentation en air.

On a longtemps spéculé sur les véritables origines du virus qui s’est emparé du monde au début de 2020.

Officiellement, on pense que le virus a été transmis par une chauve-souris ou un animal similaire à un humain à Wuhan, avant de se propager parmi les gens.

Certains pensent que le virus pourrait être d’origine humaine – avec des explications allant de l’accidentel à l’infâme.

La théorie Covid de la “fuite du laboratoire” prétend que le virus a été créé par le biais d’une recherche sur les gains de fonction entreprise au WIV.

Il est à craindre que le virus en cours de développement ait réussi à infecter un employé et qu’il se soit ensuite échappé dans le monde réel.

La théorie de Covid a d’abord été écartée comme une « théorie de la conspiration » au début de la pandémie en faveur d’une émergence naturelle.  (NDT : ceci grâce au lobbying délirant du zoologue britannique d’origine ukrainienne Peter Daszak, le dirigeantd’EcoHealthAlliance, l’ONG impliquée justement dans le gain de fonction du Covid en collaboration avec l’Institut de Virologie de Wuhan.)

Mais l’hypothèse a pris de l’ampleur par suite d’une série de révélations et de dissimulations.

Des informations cruciales sur les premiers patients infectés ont été effacées de la base de données du laboratoire de Wuhan fin 2019 et l’un de ses employés a disparu après avoir contracté un mystérieux syndrome grippal. 

Le débat acharné sur les origines de la pandémie de Covid a été relancé après que deux études ont prétendu faire remonter l’épidémie à un marché d’abattage d’animaux notoire à Wuhan.

L’une d’elles montre pour la première fois comment les premiers cas humains ont été regroupés dans un petit rayon autour du marché aux fruits de mer de Huanan à l’hiver 2019.

Une analyse plus précise des écouvillons prélevés sur les sols, les cages et les comptoirs permet de remonter la piste du virus jusqu’aux étals situés dans le coin sud-ouest du marché, où des animaux susceptibles d’héberger le Covid étaient alors vendus pour leur viande ou leur fourrure.

Une deuxième étude affirme avoir mis le doigt sur la date exacte de la première infection de l’animal à l’homme – le 18 novembre 2019 – après avoir effectué une analyse génétique sur des centaines d’échantillons des premiers porteurs humains.

Ils disent également avoir trouvé des preuves qu’une autre souche de première génération se propageait sur le marché humide – ce qui, si cela est vrai, placerait les deux lignées originales dans ses murs.

Jusqu’à récemment, les seuls cas de Covid liés au marché concernaient la lignée B, dont on pensait qu’elle avait évolué après la lignée A.

Les partisans de l’hypothèse d’une fuite accidentelle en laboratoire ont utilisé ce fait comme preuve que le virus n’est arrivé au marché qu’après avoir évolué ailleurs à Wuhan.

3 pensées sur “Guerre biologique et gain de fonction : une nouvelle souche de Covid avec un taux de mortalité de 80% créée en laboratoire

  • 18 octobre 2022 à 16 h 14 min
    Permalink

    Il y a quelques mois et à propos des laboratoires P4 en Ukraine, j’avais lu qu’il été possible de créer un virus ayant pour cible certaines caractéristiques génétiques…

    Répondre
  • 18 octobre 2022 à 16 h 16 min
    Permalink

    ‘Gain de fonction’, l’euphémisme pour dire ‘augmentation de la nocivité, voire de la létalité’.

    Répondre
  • 18 octobre 2022 à 20 h 01 min
    Permalink

    Bonjour. Tout d’abord je confesse n’avoir pas lu jusqu’au bout cet article.
    Bien sûr que ces “gains de fonction” (et en général toute manipulation génétique d’organisme) est dangereuse.
    Faire que des maladies soient plus fatales ou/et plus infectieuses, ou/et plus ciblées sur telle ou telle population devrait effectivement (et efficacement) interdit.
    Cela semble s’inscrire dans le mode de guerre totale pour acquérir le contrôle total.
    Concentrer toujours plus de pouvoir et instaurer un système totalitaire “pour de bon”…
    Guerre perdue d’avance, même s’il parait plus « aisé «  de faire le mal. Comme si le mal avait l’un avantage (dans les 2 sens).
    Mais bon, ce «gain de fonction »est une transgression parmi tant d’autres en ces temps des plus ténébreux. Inexcusable bien sûr.
    Comment remédier à cela?
    C’est comme se demander comment se débarrasser du “Mal” , du “Malin”.
    Nous semblons bien impuissants.
    Reconnaître cet impuissance est la première étape des « twelve steps » d’Alcooliques-Anonymes pour se prendre en main face au mal qui se révèle dans l’addiction.
    Et puis s’en remettre au vrai pouvoir du « Créateur » en nous.
    En étant attentif aussi à la “banalité du Mal” que dénonça clairement Hannah Arendt.
    On peut limiter le libre cours du « Mal » en s’en tenant à agir avec cœur.
    Il semble qu’il faille faire preuve de bien des valeurs (ou vertus), comme le courage, pour faire face et traverser ces ténèbres qui jusqu’à maintenant semblaient être gardées hors de portée, ou taboues, par l’éthique, et le niveau technologique aussi.
    Et il s’agit aussi de se reprendre en main après tant de négligence comfortable qui laissa les rennes libres aux « accapareurs de pouvoir ».
    Merci entre autres à Valérie Bugault pour ses éclaircissements et conseils pratiques pour effectivement re-former notre société basée sur des droits, devoirs et autonomie.
    Merci aussi à Cousclard (ou Clouscard?) pour montrer cette manipulation des populations tournées en masses de consommateurs consumant et ,soit disant, données libre cours à leur jeux de désirs, facilitées à rester des enfants irresponsables quelque part.
    Oui, c’est compliqué et complexe aussi.
    La « solution »?
    Briller tout simplement, tout naturellement, cette “lumière”, Source en toute chose.
    Être conscient et conscience de l’ Être.
    Bref, sans me perdre dans les détails (où le diable se cache dit on) ou me bercer d’illusions, accepter ce qui est, se rende a l’évidence, et par là, par un certain “lâché’-prise”, être ouvert et permettre de nouvelles possibilités, des opportunités peut-être inconcevables ou inimaginables. Miracles?
    Victoire de l’âme malgré les apparences de perdition de l’humanité.
    Peut-être comme la carte du jeu de tarot, « le pendu » qui symbolise la victoire inattendue, paradoxale: l’individu inversé, tête en bas, réalise sa Nature divine alors qu’il contemple son reflet dans une flaque.
    De larmes? On dit que les larmes du Phœnix guérissent… l’âme en peine.
    Quelque chose dans le « genre ».
    On peut clamer « le trans humanisme ne passera pas! », ou se dire qu’il passera de mode… ou qu’il se passera de nous. Bref, tout passe.
    Et puis: Qui sait?
    Je crois que nous sommes bien en fin de cycle d’une humanité, dans la dernière “tranche de vie” du kali yuga, « âge des conflits ».
    Ce savoir de l’Inde sur les cycles long d’humanités est en partie expliqué par des auteurs tels qu’Alain Danielou, René Guénon, Robert Svoboda…
    Une des « idées » qui émerge de ce cycle, est que tout doit être exploré, tout doit être «révélé », même le plus horrible, laissé de côté, comme tabou jusqu’à maintenant.
    Cette « révélation «  résonne bien sûr avec l’Apocalypse.
    Il semble qu’il « faille » en passer par des expériences d’apparente séparation de l’Esprit et du corps avant de vivre de nouveau pleinement en harmonie, ou l’Esprit danse avec la Nature, comme toujours d’ailleurs.
    La bonne nouvelle dans tout ça, c’est qu’il y a un « renouveau « , une nouvelle humanité qui naît de ses cendres et commence dans un « âge d’or », le « satya yuga », ou « âge de vérité « . Cela dit, il reste pour nous à vivre cette fin de cycle difficile où l’illusion et le faux semblent recouvrir la vérité… qui transparaît malgré tout. Tout est inversé et inversement.
    Il y a aussi ceux qui adhèrent au mouvement de précipitation de la fin des temps, histoire de hâter la venu du Messiah…
    Satanisme pour être sauvé? Se sauver en sacrifiant le plus d’innocents possibles?
    Merci Youssef Hindi pour tes analyses eschatologiques et géopolitiques.
    Et puis, le plus inconfortable, c’est bien de réaliser qu’on est tout ça, qu’on crée tout ça et qu’on ne s’en tire pas comme ça.
    Allez, je remercie l’équipe de Strategika pour étudier et communiquer ce qui se passe avec un « soucis » de vérité, autrement dit, une intégrité.
    Celle ci est essentielle, je crois, pour traverser ces temps où tout semble foutre le camp, où tout semble perdu, même s’il y a aussi, en même temps, un vent de libération et de justice qui s’exprime dans des actes de courage, de cœur. Ceux ci donnent un brin d’espoir.
    Comme un indien Lakota dit lors d’une danse du soleil: « Sincérité, humilité, courage et générosité sont les quatre vertus du cœur ».
    Un vent de vérité avant l’instant de vérité ?
    Comme disait un ami, « on va tous mourir… même moi peut-être « .
    Merci pour le partage et l’écoute.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *