Les trois piliers de l’eurasisme

Vues : 967

Source : geopolitika.ru – 28 octobre 2022 – Zhar Volokhvin

https://www.geopolitika.ru/fr/article/les-trois-piliers-de-leurasisme

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

L’essence de la pensée eurasienne peut être réduite à trois déclarations globales.

La Russie est une civilisation

La première affirmation, la plus importante, est que la Russie est une civilisation indépendante et originale. Cette affirmation est l’axe autour duquel devrait être construite toute pensée conservatrice (absolument toute la pensée conservatrice, et pas seulement la pensée conservatrice eurasienne). Que nous apporte-t-elle ? Premièrement, nous comprenons que le monde n’est pas global, n’est pas uni, n’est pas homogène. Le monde est composé de nombreuses civilisations, qui ne sont pas réductibles les unes aux autres. C’est-à-dire que les civilisations chinoise, indienne, européenne, américaine, russe – toutes ces civilisations sont égales.

Cela semble être une pensée simple et triviale, mais je suggère de s’y attarder. Si nous regardons le courant dominant qui règne actuellement, que voyons-nous ? Il y a un certain mode de développement occidental : il y a des pays du premier monde, du deuxième, du troisième. Et il serait bon, dans l’optique de l’occidentalisme, que tout le monde devienne à terme comme l’Occident, en suivant un chemin préétabli, c’est-à-dire être des pays du premier monde. Même si l’on écarte le côté pratique de la question, si l’on écarte ce que cette rhétorique est destinée à cacher – l’inégalité colossale entre les pays, le fossé monstrueux, le racisme, si vous voulez – il est évident que dans la formulation même de la question, il y a une erreur, une faille : la division des pays en pays de première – deuxième et troisième catégorie.

L’approche civilisationnelle suggère que toutes les civilisations – c’est la civilisation qui est centrale dans cette approche, et non un pays ou un État, c’est donc la civilisation qui est le sujet de la politique mondiale – sont équivalentes et ne peuvent être réduites les unes aux autres. La civilisation est parfois égale à un pays et/ou à un État, comme dans le cas de la Russie à certaines étapes de son histoire : dans l’Empire russe, en Union soviétique, les frontières de l’État étaient approximativement égales aux frontières de la civilisation. Parfois, une civilisation comprend plusieurs États, mais, d’une manière ou d’une autre, c’est la civilisation qui est le véritable sujet actif, sur le plan historique. Et c’est la civilisation qui est la valeur la plus élevée de l’humanité. Les civilisations peuvent différer par leur caractère, leur style, mais il n’y a pas de hiérarchie entre elles. C’est un point fondamental, il est impossible d’affirmer la supériorité de telle ou telle civilisation sur les autres.

Si nous adoptons un tel point de vue, nous verrons alors une image complètement différente de celle communément admise : nous ne pouvons pas être mondialistes – libéraux, communistes, nationalistes ou quoi que ce soit d’autre (à savoir qu’il est désormais habituel de décrire la réalité du point de vue du mondialisme). Mais nous devons reconnaître la diversité et la complexité qui règnent dans le monde.

De plus, l’approche civilisationnelle est une idée absolument russe et, si l’on veut, principalement une idée russe. Pourquoi ? Elle a été formulée par deux remarquables penseurs russes à la fin du 19ème et au début du 20ème siècle: Konstantin N. Leontiev et Nicolas Danilevsky. Peut-on trouver quelque chose de similaire chez d’autres peuples ? Sûrement chez les Européens, par exemple chez les Allemands ? Oui, nous pouvons trouver la phrase du philosophe J. G. Herder, qui ressemble à ceci : “Les peuples émanent des pensées de Dieu”. Cette phrase n’est pas loin de l’approche civilisationnelle. Cependant, il est revenu aux Russes de la formuler comme un concept indépendant.

En nous tournant vers Dostoïevski, qui parle d’humanité universelle, nous trouverons exactement l’idée même qui sous-tend l’approche civilisationnelle. Notons que la toute-humanité de Dostoïevski est souvent comprise de manière simplifiée. La toute-humanité est à la fois un “sens gaulois aigu”, et un “génie allemand lugubre”, et quelque chose d’autre. Mais ce “quelque chose d’autre” vient certainement d’Europe. Peut-être est-ce quelque chose d’espagnol, de portugais, d’anglais. Mais, si nous nous plaçons sur les positions d’une approche civilisationnelle, il devient nécessaire de reconnaître aussi “quelque chose” d’iranien, de brésilien, de japonais, de chinois… C’est cette sorte de toute-humanité qui est une véritable approche civilisationnelle, et c’est la véritable essence d’une personne russe.

Cependant, dans cette toute-humanité, le Russe ne se dissout pas: il s’ouvre au monde. Il est prêt à percevoir le nouveau, le meilleur – et à refuser ce qui est contraire à sa nature. Dans ce cas, il est absolument libre. Comme un tireur de croix eurasien (rose des vents), qui se dirige dans huit directions à la fois, il en va de même pour un Russe : il se déplace en largeur dans toutes les directions à la fois, y compris dans toute l’immensité du monde, tout en restant russe et eurasien.

C’est la première thèse : la Russie est une civilisation indépendante. Indépendante, originale, irréductible aux autres. Et même si nous supprimons le mot “eurasisme” d’ici, nous pouvons réunir sous ce terme un éventail assez large de penseurs conservateurs et traditionalistes ainsi que des tendances et des courants de pensée. L’idée naturelle pour un humain russe est de ressentir son identité.

L’espace de développement : La volonté de l’espace

La deuxième thèse est plus spécifique. Je la désignerais comme “la volonté de l’espace”. Elle signifie que l’espace n’est pas un paysage mécanique, pas une sorte de carte marquée d’une grille sèche et sans vie, où chaque carré individuel est égal à un autre. L’espace est vivant, il respire. Chaque espace a son propre esprit, son propre genius loci : en conséquence, il existe par sa propre volonté.

Cette approche n’est pas spécifiquement eurasienne, mais trouve son expression originale chez les Eurasiens dans le concept d'”espace de développement” (“mestorazvitie”). Il apparaît simultanément chez Peter N. Savitsky et George V. Vernadsky, reflétant l’attitude des Eurasiens vis-à-vis de l’espace. La Russie-Eurasie se distingue parce qu’elle s’est trouvée dans certaines conditions géographiques qui ont façonné le style de notre peuple, qui comprend de nombreux groupes ethniques, slaves et non slaves. Et ce style particulier qui les unit est formé principalement par la géographie et les conditions historiques. Comme le dit le dicton, “la géographie est une phrase”. Ou, plus exactement, la géographie est un destin. Le destin commun de nos groupes ethniques, causé par la géographie (à savoir, par la volonté de l’espace), est la deuxième thèse – “l’espace de développement” (“mestorazvitie”).

Ethnogenèse : L’union de l’esprit et du sang

Enfin, nous nous tournons vers la troisième thèse spécifiquement eurasienne, qui peut être désignée par le mot “ethnogenèse” : par celle-ci, en parlant un peu plus en détail, nous entendons l’union des Slaves et des Turcs (ainsi que d’autres ethnies eurasiennes), des Forêts et des Steppes (et d’autres zones spatiales).

De tous les Eurasiens, Lev N. Gumilev a particulièrement insisté sur cette position. En effet, l’influence sur la culture russe des Turcs, Tatars, Mongols, qui ont traversé le territoire de notre empire comme un tourbillon ardent – est indéniable. Et leur impact n’a pas été que négatif. Nous voyons non seulement les églises détruites laissées par les Mongols, non seulement l’inimitié qui existait autrefois entre les Tatars et l’État russe. Mais nous voyons aussi la noblesse tatare, qui a fait partie du nouvel État russe, moscovite. Nous observons un certain style hérité de l’empire de Gengis Khan, qui a été adopté par les princes moscovites et préservé par les souverains russes jusqu’à ce jour. Nous reconnaissons certaines tâches historiques, une approche particulière de la conduite de la vie de l’État, qui ne peut nous laisser indifférents. C’est de cela que parlent les Eurasiens.

Une autre chose est que le degré d’influence des Turcs (Tatars, Mongols ou autres groupes ethniques) sur le noyau civilisationnel russe est contesté par de nombreux Eurasiens. Lev Gumilev estime que cette influence est exceptionnellement grande, d’autres Eurasiens sont plus méfiants à son égard, mais tout le monde le reconnaît.

Nous pouvons ajouter de notre côté que l’influence des ethnies turques et slaves n’est pas la seule à être exceptionnellement grande. Pour en revenir au “Conte d’antan”, qui décrit le moment de l’organisation de l’État russe, rappelons les tribus qui, selon les annales, s’appelaient Rurik. Qui verrons-nous ? – Les Krivichs, Chud, Merya, Ves’ et Vod’. Ce sont à la fois des tribus slaves et finno-ougriennes. Les peuples finno-ougriens ne devraient pas non plus être privés d’attention: ils étaient au cœur même de l’État russe – et nous avons également adopté d’eux une approche particulière de la vie, un certain style, des mots significatifs, des rituels, des éléments de vêtements et nous conservons encore soigneusement tout cela.

C’est sur ce type d’ethnogenèse, sur l’essence impériale du peuple russo-eurasien, que les Eurasiens insistent. On peut le décrire schématiquement : il existe un certain noyau, fondamentalement slave, et d’autres groupes ethniques sont soigneusement rattachés à ce noyau, ce qui a pour effet de former un seul peuple russo-eurasien, qui existe aujourd’hui – que nous avons porté à travers les siècles.

Il est important de noter que le peuple n’est pas un concept statique. Un groupe de personnes peut se proclamer peuple, mais cela ne suffit pas. Un peuple, c’est un destin commun, des ancêtres communs, des descendants communs, un vecteur commun de développement, un sang commun versé ; parfois ce sang est versé dans des batailles fratricides.

Si nous nous tournons vers l’époque actuelle, nous verrons qu’il n’y a pas si longtemps, les Russes étaient en guerre contre les Tchétchènes, et maintenant les Tchétchènes se disent Russes, et nous les appelons “Russes”. Et quand notre ennemi dit : “Les Russes sont arrivés”, il veut aussi dire les Tchétchènes. Quand nos civils entendent: “Akhmat est le pouvoir”, ils comprennent : “Les Russes sont venus !”. Ainsi, le sang commun qui a été versé sur notre terre a une influence unificatrice. Oui, c’est une tragédie. Oui, souvent elle ne passe pas paisiblement, mais elle donne de grandes semences.

Par conséquent, un destin commun, des guerres communes, un objectif historique commun doivent être traités de manière très responsable. C’est précisément ce sur quoi insistent les Eurasiens, et c’est de là que provient notre troisième thèse spécifique. Et si nous voulons être appelés Eurasiens, nous devons l’accepter.

Conclusion

Reprenons depuis le début. Nous avons identifié trois thèses. Si, après avoir lu ceci, vous voulez devenir des Eurasiens, vous devez accepter non seulement la troisième, mais aussi les deux premières. Quelles sont-elles ?

    – La Russie est une civilisation indépendante, originale, irréductible aux autres : ni pire ni meilleure, une parmi plusieurs.

    – La volonté de l’espace (espace développemental/mestorazvitie) détermine le destin historique du peuple.

    – L’Empire russe est le résultat d’une ethnogenèse, au cours de laquelle s’est produite l’union des groupes ethniques slaves, turcs, finno-ougriens et autres, qui ont constitué un seul peuple russe dans toute sa diversité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *