Du confinement au « Grand Reset »

Vues : 3393

Par Antony P. Mueller – Le 1er août 2020 – Source mises.org via lesakerfrancophone.fr

Le confinement, lié à la pandémie de coronavirus, a accéléré la mise en œuvre de plans de longue date visant à établir un « nouvel ordre mondial ». Sous les auspices du Forum économique mondial (WEF), les décideurs politiques mondiaux plaident en faveur d’un « Grand Reset » dans le but de créer une technocratie mondiale. Ce n’est pas par hasard que le 18 octobre 2019, à New York, le WEF a participé à l’« Event 201 » lors de l’exercice de pandémie « de haut niveau » organisé par le Centre John Hopkins pour la sécurité sanitaire.

Cette technocratie à venir implique une coopération étroite entre les responsables de l’industrie numérique et des gouvernements. Avec des programmes tels que le revenu minimum garanti et les soins de santé pour tous, le nouveau type de gouvernance combine un contrôle sociétal strict avec la promesse d’une justice sociale complète.

La vérité, cependant, est que ce nouvel ordre mondial de tyrannie numérique s’accompagne d’un système de crédit social complet. La République populaire de Chine est le pionnier de cette méthode de surveillance et de contrôle des individus, des entreprises et des entités sociopolitiques.

Pour l’individu, son identité est réduite à une application ou une puce qui enregistre presque toute son activité personnelle. Afin d’obtenir quelques droits individuels, et ne serait-ce que pour se rendre dans un certain lieu, une personne doit trouver un équilibre entre ces privilèges apparents et sa soumission à un ensemble de règlements qui définissent en détail ce qui constitue un « bon comportement » et est considéré comme bénéfique pour l’humanité et l’environnement. Par exemple, lors d’une pandémie, ce type de contrôle s’étendrait de l’obligation de porter un masque et de pratiquer la distanciation sociale à celle d’avoir des vaccinations spécifiques afin de postuler à un emploi ou de voyager.

Il s’agit, en somme, d’une sorte d’ingénierie sociale qui est à l’opposé d’un ordre spontané ou d’un développement. Comme l’ingénieur mécanicien avec une machine, l’ingénieur social – ou technocrate – traite la société comme un objet. À la différence des éliminations brutales du totalitarisme d’autrefois, l’ingénieur social moderne va essayer de faire fonctionner la machine sociale par elle-même, selon la conception qu’il en a. À cette fin, l’ingénieur social doit appliquer les lois de la société comme l’ingénieur mécanicien suit les lois de la nature. La théorie comportementale a atteint un stade de connaissance qui rend possible les rêves de l’ingénierie sociale. Les machinations de l’ingénierie sociale n’opèrent pas par la force brute, mais subtilement par des coups de pouce.

Selon l’ordre envisagé par le « Grand Reset », le progrès technologique n’est pas destiné à servir l’amélioration des conditions du peuple mais à soumettre l’individu à la tyrannie d’un État technocratique. « Les experts savent mieux », telle est la justification.

Ordre du jour

Le projet de refonte du monde est le fruit de l’imagination d’un groupe d’élite d’hommes d’affaires, de politiciens et de leur entourage intellectuel qui se réunissait chaque année en janvier à Davos, en Suisse. Créé en 1971, le Forum économique mondial est devenu depuis lors un événement méga-mondial. En 2020, plus de trois mille dirigeants du monde entier ont participé à la réunion.

Sous la direction du WEF, l’agenda du Grand Reset indique que l’achèvement de la transformation industrielle actuelle nécessite une révision en profondeur de l’économie, de la politique et de la société. Une telle transformation globale nécessite l’altération du comportement humain, et donc la « transhumanisation » fait partie du programme.

Le Grand Reset sera le thème de la cinquante et unième réunion du Forum économique mondial de Davos en 2021. Son ordre du jour est l’engagement à faire évoluer l’économie mondiale vers « un avenir plus juste, plus durable et plus résistant ». Le programme appelle à un « nouveau contrat social » centré sur l’égalité raciale, la justice sociale et la protection de la nature. Le changement climatique nous oblige à « décarboner l’économie » et à mettre la pensée et le comportement humains « en harmonie avec la nature ». L’objectif est de construire « des économies plus égales, plus inclusives et plus durables ». Ce nouvel ordre mondial doit être mis en œuvre « d’urgence », affirment les promoteurs du WEF, et ils soulignent que la pandémie « a mis à nu la non-durabilité de notre système », qui manque de « cohésion sociale ».

Le projet de Grand Reset du WEF est de l’ingénierie sociale au plus haut niveau. Les partisans du Reset affirment que l’ONU n’a pas réussi à établir l’ordre dans le monde et n’a pas pu faire avancer avec force son programme de développement durable – connu sous le nom d’Agenda 2030 – en raison de sa manière bureaucratique, lente et contradictoire de travailler. En revanche, les actions du comité d’organisation du Forum économique mondial sont rapides et intelligentes. Lorsqu’un consensus a été formé, il peut être mis en œuvre par l’élite mondiale partout dans le monde.

Ingénierie sociale

L’idéologie du Forum économique mondial n’est ni de gauche ni de droite, ni progressiste ni conservatrice, elle n’est pas non plus fasciste ou communiste, mais carrément technocratique. En tant que telle, elle reprend de nombreux éléments des idéologies collectivistes antérieures.

Au cours des dernières décennies, un consensus s’est dégagé lors des réunions annuelles de Davos sur le fait que le monde a besoin d’une révolution et que les réformes ont pris trop de temps. Les membres du WEF envisagent un profond bouleversement à brève échéance. Le délai devrait être si court que la plupart des gens auront du mal à se rendre compte qu’une révolution est en cours. Le changement doit être si rapide et si spectaculaire que ceux qui reconnaissent qu’une révolution est en cours n’auront pas le temps de se mobiliser contre elle.

L’idée de base de la Grand Reset est le même principe qui a guidé les transformations radicales de la Révolution française à la Révolution russe et chinoise. C’est l’idée du rationalisme constructiviste incorporé dans l’État. Mais des projets comme le Grand Reset laissent sans réponse la question de savoir qui dirige l’État. L’État lui-même ne gouverne pas. C’est un instrument de pouvoir. Ce n’est pas l’État abstrait qui décide, mais les dirigeants de partis politiques spécifiques et de certains groupes sociaux.

Les régimes totalitaires précédents avaient besoin d’exécutions massives et de camps de concentration pour maintenir leur pouvoir. Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies, on pense que les dissidents peuvent être facilement identifiés et marginalisés. Les non-conformistes seront réduits au silence en disqualifiant les opinions divergentes comme étant moralement méprisables.

Le confinement de 2020 offre peut-être un aperçu du fonctionnement de ce système. Le confinement a fonctionné comme s’il avait été orchestré – et c’est peut-être le cas. Comme s’ils avaient suivi un seul commandement, les dirigeants de grandes et de petites nations – et de différents stades de développement économique – ont mis en œuvre des mesures presque identiques. Non seulement de nombreux gouvernements ont agi à l’unisson, mais ils ont également appliqué ces mesures sans se soucier des conséquences horribles d’un confinement mondial.

Des mois d’immobilité économique ont détruit la base économique de millions de familles. Associé à l’éloignement social, le confinement a produit une masse de personnes incapables de prendre soin d’elles-mêmes. D’abord, les gouvernements ont détruit les moyens de subsistance, puis les politiciens se sont présentés comme les sauveurs. La demande d’aide sociale n’est plus limitée à des groupes spécifiques, mais est devenue un besoin des masses.

Autrefois, la guerre assurait la cohésion de l’État. Aujourd’hui, c’est la peur de la maladie. Ce qui nous attend, ce n’est pas l’apparente convivialité d’un État providence global et bienveillant, avec un revenu minimum garanti, des soins de santé et une éducation pour tous. Le confinement et ses conséquences ont donné un avant-goût de ce qui nous attend : un état de peur permanent, un contrôle comportemental strict, des pertes d’emploi massives et une dépendance croissante vis-à-vis de l’État.

Avec les mesures prises à la suite de la pandémie de coronavirus, un grand pas a été fait pour remettre l’économie mondiale sur les rails. Sans résistance populaire, la fin de la pandémie ne signifiera pas la fin du confinement et de la distanciation sociale. Toutefois, à l’heure actuelle, les opposants au nouvel ordre mondial de la tyrannie numérique ont toujours accès aux médias et aux plateformes pour exprimer leur désaccord. Pourtant, le temps presse. Les auteurs du nouvel ordre mondial ont senti l’odeur du sang. Déclarer le coronavirus comme une pandémie s’est avéré utile pour promouvoir le programme du Grand Reset. Seule une opposition massive peut ralentir et enfin arrêter l’extension de l’emprise de la technocratie tyrannique qui monte.

Antony P. Mueller

Le Dr Antony P. Mueller est un professeur d’économie allemand qui enseigne actuellement au Brésil. Consultez son site web et son blog.

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Une pensée sur “Du confinement au « Grand Reset »

  • 16 octobre 2020 à 11 h 25 min
    Permalink

    Une autre vision du « grand reset », voire du « Grand Ménage ».
    Et là, c’est aux Abeilles que nous laissons le soin de nous l’expliquer.
    Après la fécondation des reines, si le ciel reste clair et l’air chaud, si le pollen et le nectar abondent dans les fleurs, les ouvrières, par une sorte d’indulgence oublieuse, ou peut-être par une prévoyance excessive, tolèrent quelques temps encore la présence importune et ruineuse des mâles. Ceux-ci se conduisent dans la ruche comme les prétendants de Pénélope dans la maison d’Ulysse. Ils y mènent, en faisant carrousse et chère lie, une oisive existence d’amants honoraires, prodigues et indélicats : satisfaits, ventrus, encombrant les allées, obstruant les passages, embarrassant le travail, bousculant, bousculés, ahuris, importants, tout gonflés d’un mépris étourdi et sans malice, mais méprisés avec intelligence et arrière-pensée, inconscients de l’exaspération qui s’accumule et du destin qui les attend. Ils choisissent pour y sommeiller à l’aise le coin le plus tiède de la demeure, se lèvent nonchalamment pour aller humer à même les cellules ouvertes le miel le plus parfumé, et souillent de leurs excréments les rayons qu’ils fréquentent. Les patientes ouvrières regardent l’avenir et réparent les dégâts, en silence. De midi à trois heures, quand la campagne bleuie tremble de lassitude heureuse sous le regard invincible d’un soleil de juillet ou d’août, ils paraissent sur le seuil. Ils font un bruit terrible, écartent les sentinelles, renversent les ventileuses, culbutent les ouvrières qui reviennent chargées de leur humble butin. Ils ont l’allure affairée, extravagante et intolérante de dieux indispensables qui sortent en tumulte vers quelque grand dessein ignoré du vulgaire. Ils affrontent l’espace, glorieux, irrésistible, et ils vont tranquillement se poser sur les fleurs les plus voisines où ils s’endorment jusqu’à ce que la fraîcheur de l’après-midi les réveillent. Alors ils regagnent la ruche dans le même tourbillon impérieux, et, toujours débordant du même grand dessein intransigeant, ils courent aux celliers, plongent la tête jusqu’au cou dans les cuves de miel, s’enflent comme des amphores pour réparer leurs forces épuisées, et regagnent à pas alourdis le bon sommeil sans rêve et sans soucis qui les recueille jusqu’au prochain repas.
    Mais la patience des abeilles n’est pas égale à celle des hommes. Un matin, un mot d’ordre attendu circule par la ruche. On ne sait qui le donne ; il émane tout à coup de l’indignation froide et raisonnée des travailleuses, et selon le génie de la république unanime, aussitôt prononcé, il emplit tous les cœurs. Une partie du peuple renonce au butinage pour se consacrer aujourd’hui à l’œuvre de justice. Les gros oisifs endormis en grappes insoucieuses sur les murailles mellifères sont brusquement tirés de leur sommeil par une armée de vierges irritées. Ils se réveillent, béats et incertains, ils n’en croient par leurs yeux, et leur étonnement a peine à se faire jour à travers leur paresse comme un rayon de lune à travers l’eau d’un marécage. Ils s’imaginent qu’ils sont victimes d’une erreur, regardent autour d’eux avec stupéfaction, et, l’idée-mère de leur vie se ranimant d’abord en leurs cerveaux épais, ils font un pas vers les cuves à miel pour s’y réconforter. Mais il n’est plus, le temps du miel de mai, du vin-fleur des tilleuls, de la franche ambroisie de la sauge, du serpolet, du trèfle blanc, des marjolaines. Avant qu’il se soit rendu compte de l’effondrement inouï de tout son destin plantureux, dans le bouleversement des lois heureuses de la cité, chacun des parasites effarés est assailli par trois ou quatre justicières…
    Suite : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/plusunenfantconnaitsamereplusillaime.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *