Ukraine : impunité et corruption, un gouffre financier pour l’Europe

Vues : 1311

Par Vasily Muravitsky, journaliste et analyste indépendant ukrainien

Le système est construit de telle sorte que si vous volez la perceuse électrique de votre voisin, vous allez en prison. Si vous volez une usine de forage électrique au gouvernement, vous risquez fort de vous retrouver au Parlement.

L’auteur de ces lignes a récemment travaillé pour une chaîne de télévision appartenant à un certain fonctionnaire ukrainien. Ce haut fonctionnaire a occupé différents postes dans le système judiciaire ukrainien, a été député du peuple et a même été chef adjoint de l’administration présidentielle. 15 ans d’indépendance ukrainienne et de participation au système gouvernemental plus tard, Forbes estime sa fortune nette totale à plus d’un milliard de dollars.

Quelque temps plus tard, il a essayé de trainer l’un de ses associés devant les tribunaux, demandant une compensation financière de 1 milliard de dollars. Bien qu’il ait perdu l’affaire, cela donne une idée de sa fortune.

Il est essentiel de se rappeler qu’il n’a jamais été impliqué dans le business et qu’il n’a occupé que des postes publics de haut niveau.

Un éminent journaliste ukrainien, Vyacheslav Chechilo, a écrit : « La corruption n’est pas un problème en Ukraine. La corruption est partout, même les pays qui nous enseignent à combattre la corruption sont corrompus. Le véritable problème en Ukraine, c’est ce que j’appelle personnellement « l’inévitabilité de l’impunité ».

La situation est très simple : tout le monde sait tout dans le pays, qui vole où et comment. Les plus grandes fortunes sont faites par ceux qui sont proches du budget de l’Etat. Tous les propriétaires d’entreprise savent que la façon la plus rapide de s’enrichir consiste à soudoyer les responsables des marchés publics et de remporter un appel d’offres, bien qu’injustement. Tous les maires et les ministres soient soudoyés ou reçoivent eux-mêmes un pot-de-vin. La règle de base est assez simple : nationaliser les pertes et privatiser les profits. La richesse du fonctionnaire, mentionnée ci-dessus, s’est soudainement réduite lorsqu’il a perdu l’accès au pouvoir. Une histoire semblable qui se répète avec tous les grands hommes d’affaires d’Ukraine quand ils sont coupés du financement public.

La corruption est fondamentale pour les grandes industries du pays. Sans accès au gouvernement, on ne peut pas amasser une fortune. Il est donc difficile de ne pas être d’accord avec M. Chechilo, qui poursuit :

« Le modèle de corruption ukrainien est transparent. Il y a des sites Web consacrés aux stratagèmes d’oligarques, à la fraude par appel d’offres, et ainsi de suite. Le public sait maintenant à quel point ils sont sortis du grand projet de construction routière et qui fait partie de ce « cartel ». Même les déclarations de revenus en ligne très appréciées sont de simples preuves de corruption, avec des profits déclarés comme des gains de loterie, des bitcoins, ou des cadeaux de la belle-mère. »

Depuis 2014, le principal soutien financier pour l’Ukraine est l’Union européenne.

Au cours des sept dernières années, l’Ukraine a reçu 16 milliards de dollars sous forme de subventions non recouvrables et de prêts préférentiels. Récemment, Kiev a reçu 600 millions d’euros comme deuxième versement de l’aide macro-financière. L’aide financière totale de 1,2 milliard d’euros a été allouée sur seulement 9 ou 10 mois.

En outre, l’UE a confirmé ses projets d’allouer jusqu’à 6,5 milliards d’euros de plus lorsqu’ils ont approuvé le plan d’aide financière en Octobre. Ainsi, l’Union européenne s’est pleinement établie comme le principal contributeur de l’Ukraine pour de longues années à venir. Dans un passé pas si lointain, ce rôle appartenait à d’autres pays.

Poussés par le scandale offshore, impliquant le président Zelensky, les médias du monde entier ont tourné les yeux vers l’état économique du pays, soulignant un climat d’investissement terrible et critiquant la corruption, qui n’a fait qu’empirer ces dernières années. Alors que l’UE s’apprêtait à envoyer 600 millions de dollars supplémentaires pour soutenir l’Ukraine, Forbes a comparé le pays à l’Arabie saoudite, où « la corruption s’écoule au lieu du pétrole ».

Deux jours plus tard, le chinois Huánqiú Shíbào, que l’on peut difficilement accuser de sympathiser avec les Américains ou les Européens, a dénoncé la désindustrialisation dévastatrice de l’Ukraine qui l’a fait passer de la plus grande économie soviétique au pays le plus pauvre d’Europe.

L’aide de l’UE est sans aucun doute importante et poursuit un noble objectif, mais elle est pillée par des processus d’appel d’offres non concurrentiels et des pots-de-vin. Parfois, elle est littéralement volée.

Et plus important encore, chaque fois que les agences de lutte contre la corruption tentent de monter des affaires pénales contre des fonctionnaires corrompus, elles ne parviennent pratiquement jamais à la cour, même si la procédure judiciaire est intentée par le Bureau national de lutte contre la corruption ou le Bureau du procureur de la corruption, qui ont tous deux étés établis sur les subventions européennes.

C’est cela, l’impunité inévitable, le style ukrainien.

Voici quelques exemples : en 2017, l’UE a cessé de financer la reconstruction des points de contrôle des douanes ukrainiennes à la frontière avec la Hongrie, la Roumanie, la Slovaquie et la Pologne, 30 % des fonds alloués à la reconstruction de 19 stations ayant disparu. Les points de contrôle sont toujours délabrés, mais l’argent a disparu.

Personne n’est poursuivi pour détournement des subventions européennes, alors qu’on parle de centaines de milliers d’euros.

La même année, l’agence de presse d’Odessa a signalé que le Service de sécurité de l’Ukraine enquêtait sur le pillage de la subvention de l’Union européenne dans le district de Belyaev, dans la région d’Odessa.

L’argent – près de 225,8 milliers d’euros – que le conseil municipal a reçu pour améliorer l’efficacité énergétique de l’hôpital du district de Belyaev, une intention vraiment louable. Il était destiné à des réparations majeures des services hospitaliers et des services aux enfants pour garder les enfants malades au chaud. Les réparations ont été effectuées par LLC « Alternative energy systems » qui a remporté l’appel d’offres. Très souvent, ces appels d’offres se font entre des entreprises qui pourraient appartenir à un neveu du maire et à une épouse du maire, ce qui signifie qu’il y a très peu de différence. La société a commencé l’isolation de l’hôpital, mais la plupart des fonds alloués, selon les autorités policières, ont été détournés. La direction du conseil de district affirme que le service de sécurité ukrainien a également reçu une partie de cet argent comme un pot-de-vin.

À en juger par les dossiers judiciaires, les services de sécurité ont à peine commencé l’enquête, lorsqu’elle a été fermée sans qu’aucune décision judiciaire ne soit enregistrée sur une période de quatre ans, ce qui indique, à son tour, que l’affaire n’est jamais parvenue au tribunal.

À la fin de 2018, le Bureau national de lutte contre la corruption (remarquez qu’il a été créé grâce à l’aide financière européenne et internationale pour lutter contre la corruption en Ukraine) a annoncé qu’il avait résolu l’affaire, qui impliquait le vol de 1,8 millions d’euros par l’un des fonctionnaires de Kiev.

L’argent était destiné à fournir un logement à ceux, qui ont fui la zone de guerre dans le Donbass. Au lieu de cela, il est allé sur des re-décorations de propriété privée.

Les autorités ont fièrement annoncé la fermeture de cette affaire et couvert les pistes d’enquête. L’affaire est désormais oubliée dès lors qu’il n’y a pas eu de décisions judiciaires.

Une situation similaire s’est produite avec des subventions pour la recherche sur le Danube dans la région d’Odessa, où une entreprise a remporté les appels d’offres pour des études environnementales dans la région. Sachant que le Danube est l’un des fleuves les plus importants d’Europe, le prix de la recherche, financé par l’UE au moyen d’une autre subvention, a été surestimé de 10 fois.

En Ukraine, c’est bien connu : tout le monde sait qui a volé, d’où et combien. Tout cela reste impuni. En réalité, ce n’est pas la corruption qui enlève l’avenir du pays, c’est ce fait même d’injustice totale. Il détruit le pays, démolit ce qui reste et crée un sentiment commun d’apathie et de méfiance. Le système est construit de telle sorte que si vous volez la perceuse électrique de votre voisin, vous allez en prison. Si vous volez une usine de forage électrique au gouvernement, vous risquez fort de vous retrouver au Parlement.

Une pensée sur “Ukraine : impunité et corruption, un gouffre financier pour l’Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *