Alexandre Dougine : alors que les libéraux échouent, un nouveau monde dirigé par la Russie et la Chine a émergé

Vues : 7660

Source : katehon.com via reseauinternational.net – 17 février 2022 – Alexander Dugin

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

La crise actuelle des relations de la Russie avec l’Occident n’a rien à voir avec le gaz, le pétrole, l’énergie ou l’économie en général. Les tentatives d’expliquer la politique en termes de théorie des « prix », comme le fait Daniel Yergin, sont futiles et superficielles. (Note : Daniel Yergin est un auteur américain qui a écrit un livre sur la relation entre le pétrole et le pouvoir et la richesse intitulé The Prize (= « Le Prix »). Nous avons affaire à des processus civilisationnels et géopolitiques dans lesquels les questions économiques et énergétiques sont secondaires, ce sont simplement des outils à emprunter.

D’un point de vue civilisationnel, tout est question d’idéologie, surtout sous l’administration démocrate de Biden. L’administration américaine actuelle est composée de mondialistes extrémistes, de néoconservateurs et de faucons libéraux. Ils observent que le monde unipolaire, l’idéologie libérale mondiale et l’hégémonie occidentale sont en train de s’effondrer, et ils sont prêts à tout – même à déclencher une troisième guerre mondiale – pour empêcher que cela ne se produise.

Les mondialistes ont de nombreux ennemis – l’islam, le populisme (y compris Trump), le conservatisme, l’islam politisé, etc. Mais seules deux puissances ont un réel potentiel pour défier cette hégémonie – la Russie et la Chine. La Russie est une puissance militaire, tandis que la Chine est une puissance économique.

Cela laisse de la place pour des manœuvres géopolitiques. Pour Biden, il était important de couper la Russie d’une Europe qui voulait son indépendance. Le problème de l’Ukraine est donc apparu et la crise du Donbass s’est aggravée. La Russie et Poutine ont été diabolisés et accusés de vouloir envahir un pays voisin. Bien que l’invasion n’ait pas vraiment eu lieu, Washington a agi comme si c’était le cas.

Il s’en est suivi des sanctions et même la possibilité de mesures militaires préventives dans la région du Donbass. Puisque tous les Occidentaux croient que la Russie va envahir le pays, toute action militaire des Ukrainiens dans le Donbass, soutenue par l’OTAN, sera considérée comme une « légitime défense ». Dans le même temps, on estime également qu’une campagne médiatique contre la Russie empêchera toute réponse appropriée de la part de Moscou. Le conflit sur le gaz et Nord Stream 2 n’est qu’un outil technique pour une guerre de classement.

La situation est la même pour la Chine. Biden a déjà créé une coalition anti-chinoise avec l’accord AUKUS des pays anglo-saxons (Australie, Royaume-Uni) et le mécanisme QUAD des pays asiatiques (Japon, Inde). La pierre d’achoppement préparée pour la Chine cette fois-ci est Taïwan (comme l’Ukraine l’est pour la Russie). L’objectif ultime est de saper et d’empêcher l’ »expansion économique » de la Chine qui y procède par le biais de l’initiative Belt and Road.

L’alliance entre la Russie et la Chine, combinée aux tentatives de la Russie de faire revivre la « Grande Profondeur » en associant l’initiative « Grande Eurasie » à l’initiative Belt and Road (comme annoncé par les dirigeants russes et chinois il y a quelques années). Une nouvelle « Grande Profondeur » signifierait la fin irréversible de l’hégémonie occidentale. La récente rencontre entre Vladimir Poutine et Xi Jinping montre sans aucun doute que le projet de « Grande Eurasie » est sérieux et poursuivi avec détermination. En conséquence, l’ultra-libéral et mondialiste Soros a lancé une attaque féroce contre la Chine.

Tout ceci est un cas classique de géopolitique, répétant le projet atlantiste qui va de Mackinder à Brzezinski, c’est-à-dire qu’il y a un duel entre la puissance maritime (libéraux, mondialistes) et la puissance terrestre (Eurasie).

Dans le même temps, la Russie et la Chine pourraient accueillir dans leur giron d’autres Etats prétendants participer à l’émergence d’un monde multipolaire.

– l’Amérique latine (comme l’a souligné le président argentin Albert Fernandez lors de sa visite à Moscou, et comme l’évoquera certainement le président brésilien Bolsonaro lors de sa visite en Russie).

– le monde islamique (qui rêve de se libérer du contrôle occidental – avec l’Iran, la Turquie et le Pakistan à l’avant-garde), et

– l’Afrique (où la Russie et la Chine ont commencé à purger les régimes fantoches mis en place et consolidés jusqu’ici par les Français),

– et, enfin, le continent européen lui-même (qui est de plus en plus fatigué de subir l’atlantisme et rêve de devenir lui-même un pôle – bien que l’élite libérale atlantiste soit toujours au pouvoir en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne, ces idées sont de plus en plus populaires dans ces pays).

Seuls l’Inde (en raison de ses conflits avec la Chine et le Pakistan), le Japon (toujours sous le contrôle étroit des États-Unis) et certains États fantoches mondialistes restent du côté des perdants de toute évidence. C’est devenu une véritable honte d’être du côté des perdants.

Cela affecte également l’idéologie. Tous ceux qui s’opposent à l’hégémonie américaine et se désintéressent des tentatives de sauvetage du monde unipolaire par Biden (dans l’esprit de la « Ligue des démocraties ») commencent également à prendre leurs distances avec les dogmes libéraux – surtout lorsqu’ils apparaissent sous leur forme actuelle, dégoûtante et pathologique (la légalisation de l’homosexualité, de la bisexualité, du transsexualisme, du mariage homosexuel et d’autres perversions, voire l’application totalitaire radicale de ces lois ; et l’autonomisation de l’intelligence artificielle conduisant à l’émergence des menaces très réelles que la promotion agressive du « post-humanisme » par les grandes entreprises technologiques a engendrées).

Si l’on ajoute à cela l’échec des politiques de prévention des épidémies, les vaccinations douteuses (dont l’épidémie Omicron a prouvé la totale inefficacité), les confinements irrationnels et mal organisés dans les villes, les nouvelles obligations de porter sur soi un passeport sanitaire et quasi biométrique selon les modèles totalitaires des dystopies, le tout assorti d’un système de surveillance totale, il est clair que l’effondrement du libéralisme est plus imminent que jamais. Le succès du groupe rebelle canadien des « Freedom Trucks », qui a forcé le mondialiste libéral Justin Trudeau à aller se cacher, et la popularité des candidats anti-Macron en France (de Zemmour et Marine Le Pen à Mélenchon, qui sont tous du côté anti-libéral et anti-OTAN) ne sont que quelques-uns des symptômes du processus de mondialisation. Ce ne sont là que quelques-uns des symptômes du processus de mondialisation qui annonce la fin de l’hégémonie atlantique.

Tensions à la frontière russo-ukrainienne

La Russie est maintenant confrontée directement à l’atlantisme, et la Russie devrait donc:

– opposer le globalisme à la multipolarité dans la perspective de la géopolitique eurasienne.

– s’opposer au libéralisme en poussant en avant des valeurs civilisationnelles traditionnelles, véritables alternatives constructives ; refuser les dérives LGBT et affirmer l’excellence et la préséance de la famille traditionnelle (inscrite dans la constitution) ; refuser l’individualisme méthodologique du néolibéralisme et affirmer l’État porteur d’une identité historique, etc.

La Chine soutient généralement cette approche tout comme Moscou. Pékin s’oppose également au mondialisme et à l’hégémonie occidentale, tout en défendant les valeurs traditionnelles chinoises.

Ces points de vue ont été clairement exprimés par Poutine et Xi Jinping lors de leur dernière rencontre.

– Moscou et Pékin entendent s’opposer à toute tentative de violation de leur souveraineté (et combattre jusqu’au bout l’hégémonie et le mondialisme).

– La Chine et la Russie ont pris en compte le fait que Biden veut créer un bloc anti-chinois et activer les mécanismes de l’OTAN en Europe de l’Est, et ont l’intention de s’opposer (ensemble) à ces actions.

– Les dirigeants des deux pays ont fait allusion au bioterrorisme américain (une menace connue sous le nom de « biologie militaire américaine »), ce qui signifie en fait que les deux pays pensent que c’est l’Occident (les États-Unis et le Royaume-Uni) qui a déclenché la pandémie du nouveau coronavirus.

– Pékin soutient Moscou en Europe orientale, Moscou soutient Pékin dans l’océan Indien et le Pacifique, et Poutine a explicitement déclaré que « Taïwan est aux Chinois ».

– Les deux pays condamnent l’ »Union des démocraties » (l’alliance visant à maintenir l’unipolarité) et s’engagent à préserver l’ordre mondial multipolaire (ce qui doit être interprété comme une déclaration visant à préserver le système de Yalta et l’ONU).

Le bloc eurasien russo-chinois a pris forme. Tous les autres pays doivent choisir – quel côté prendre.

– Se placer du côté de l’hégémonie américaine agressive et devenue complètement folle.

– ou travailler avec le groupe des pays visant l’avènement d’une réelle multipolarité (dont la Russie, la Chine, l’Iran, le Pakistan, le Belarus, la Corée du Nord, le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, la Syrie, le Mali, la République centrafricaine, le Burkina Faso, la Guinée, et, pas encore totalement rejoints, la Turquie, l’Argentine et le Brésil) qui s’opposent aux États-Unis afin de préserver leur souveraineté nationale et leur identité culturelle.

L’avenir est définitivement multipolaire et le bloc eurasien doit donc l’emporter. Après l’effondrement de l’Union soviétique, le dernier effort pour construire un empire mondial a échoué parce que les libéraux n’ont pas été capables de consolider et de conserver leur succès, et un nouveau monde a émergé.

Cet article est une exclusivité de l’Observer. Le contenu de cet article est purement l’opinion personnelle de l’auteur et ne représente pas les vues de la plateforme. Suivez l’Observateur sur WeChat guanchacn pour lire quotidiennement des articles intéressants.

Une pensée sur “Alexandre Dougine : alors que les libéraux échouent, un nouveau monde dirigé par la Russie et la Chine a émergé

  • 20 février 2022 à 19 h 49 min
    Permalink

    Il faut dire que le réalisme ne peut pas rapprocher sur le long terme deux entités, deux identités, surtout si fondamentalement différentes. Car ce qui les unit pour le moment est un ennemi. Une fois ce dernier disparu l’ours et le tigre vont se crêper le chignon.
    La Chine est athée et est tournée vers un nihilisme historique, donc un mensonge, alors que la Russie se tourne vers son histoire longue, son Orthodoxie, donc Dieu et la Vérité. Vérité et mensonge ne font pas bon ménage même si c’est pour construire un monde multipolaire.
    Mon point de vue est identitaire, religieux, mais la quête de puissance et d’argent a permis la mise en place du système de surveillance, de la bête. Seule la Vérité sauvera le monde.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *