La guerre contre la Russie précipite l’effondrement/transformation de l’Occident

Vues : 5612

Source : lesakerfrancophone.fr – 14 mai 2022 – Wayan

https://lesakerfrancophone.fr/revue-de-presse-rt-pour-la-semaine-du-8-au-14-mai-2022

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

L’Occident continue sa course vers le précipice

Ce n’est pas la Russie qui le dit mais l’Agence Internationale pour l’énergie :« Les sanctions occidentales contre la Russie et les mesures de rétorsion de Moscou auront de grandes répercussions sur le marché mondial de l’énergie, a déclaré vendredi à Vienne Fatih Birol, directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

« Je pense que nous sommes au milieu de la première crise énergétique mondiale. Dans les années 70, nous avons connu la crise pétrolière, qui a eu de grandes conséquences sur l’économie et l’inflation. Mais à l’époque, il ne s’agissait que du pétrole », a-t-il déclaré. « Rappelons que la Russie (…) est le premier exportateur mondial de pétrole et de gaz naturel, ainsi qu’un acteur majeur sur le marché des matériaux utilisés par le secteur énergétique », a ajouté M. Birol. « Par conséquent, les sanctions qui ont été imposées à la Russie ou les décisions politiques du Kremlin ont et auront de grandes conséquences sur le marché de l’énergie. » Selon Birol, il serait trop optimiste de croire que la volatilité actuelle du marché de l’énergie pourrait prendre fin bientôt et que le monde pourrait revenir à des périodes de prix bas et de conditions de marché stables. »  

https://www.rt.com/business/555087-energy-warning-russia-sanctions/

On voit bien ici quels sont les priorités des gouvernements, aider sa population ou mettre la Russie à terre :« La Chambre des représentants des États-Unis a approuvé à une écrasante majorité un programme colossal de 39,8 milliards de dollars d’aide militaire et autre destiné à soutenir Kiev contre Moscou – soit plus de 5 % de l’ensemble du budget de sécurité nationale des États-Unis pour 2022. Seuls 57 républicains ont rejeté la mesure lors d’un vote mardi qui a eu lieu quelques heures seulement après la publication du texte du projet de loi. Pour faire passer le projet de loi, les démocrates ont accepté de le détacher d’un programme d’aide Covid-19 de 10 milliards de dollars, auquel les républicains s’opposent farouchement. Le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, a déjà promis d’ »agir rapidement » pour faire passer la loi, qui porterait le soutien total des États-Unis à l’Ukraine cette année à près de 54 milliards de dollars et plus que ce que Washington a dépensé en aide étrangère dans le monde entier en 2019. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (D-Californie), a affirmé que le projet de loi était une question de sécurité nationale américaine, déclarant que « le peuple ukrainien mène le combat pour sa démocratie et, ce faisant, pour la nôtre également. » Les critiques, comme le représentant Andy Biggs (R-Arizona), ont toutefois fait valoir que « nous ne pouvons pas aider l’Ukraine en dépensant de l’argent que nous n’avons pas. » Les législateurs ont approuvé un financement encore plus important que les 33 milliards de dollars demandés initialement par le président Biden. « Nous ne pouvons pas nous permettre de retarder cet effort de guerre vital », a déclaré M. Biden lundi, exhortant le Congrès à agir rapidement avant une échéance « critique ».»  

https://www.rt.com/news/555280-us-house-ukraine-military-aid/

Pourtant les populations auraient bien besoin que l’on s’occupe mieux d’elles :« Les Américains sont nettement plus préoccupés par leurs finances personnelles que l’année dernière, une grande partie d’entre eux déclarant qu’ils sont maintenant « très » ou « modérément inquiets » de pouvoir joindre les deux bouts, selon un sondage Gallup publié lundi. Plus de la moitié (52 %) des personnes interrogées ont exprimé des inquiétudes quant au maintien de leur niveau de vie, soit une augmentation de sept points par rapport à l’année précédente. La hausse la plus importante a été observée chez ceux qui s’inquiètent de pouvoir payer leurs factures mensuelles, avec 40 % – une hausse de huit points depuis 2021 – qui s’inquiètent de ces responsabilités. Les inquiétudes ont également augmenté de cinq points en ce qui concerne les paiements de loyer et d’hypothèque, les factures de carte de crédit et l’épargne-retraite – des préoccupations qui occupent l’esprit de 35 %, 22 % et 63 % des personnes interrogées, respectivement. Les seuls problèmes financiers qui n’ont pas changé sont ceux liés aux frais médicaux et au financement des études de leurs enfants. »   https://www.rt.com/news/555211-americans-financial-insecurity-spikes-poll/  

« Le président du grand supermarché britannique Tesco, John Allan, a déclaré que de nombreux habitants du pays ont du mal à faire face à l’augmentation des coûts de la nourriture et du carburant en raison de l’inflation, comme le cite le Times mardi, « J’étais dans certains magasins [Tesco] vendredi et j’entendais pour la première fois depuis de nombreuses années des clients dire au personnel de caisse ‘Arrêtez-vous quand vous arrivez à 40 £, je ne veux pas dépenser un centime de plus’ », a déclaré M. Allan. « Je pense que beaucoup d’entre eux ont du mal à chauffer leur maison et à nourrir leur famille », a-t-il poursuivi. « Et je pense que nous assistons, vous savez, à une véritable pauvreté alimentaire pour la première fois depuis une génération. » 

https://www.rt.com/business/555323-britons-facing-real-food-poverty/ 

« Les prix des biens de consommation continuent de grimper en flèche dans toute l’Amérique, comme l’a confirmé mercredi le dernier tirage officiel de l’indice des prix à la consommation, qui fait état d’une croissance des prix de 8,3 % au cours des 12 derniers mois, en avril. Il s’agit du onzième mois consécutif d’inflation supérieure à 5 % et ce chiffre dépasse les 8,1 % attendus par les économistes interrogés par Dow Jones, cités par CNBC. Les augmentations de coûts les plus fortes ont été enregistrées dans les catégories du logement, de l’alimentation, des billets d’avion et des véhicules neufs. Alors que l’indice de l’énergie a diminué, l’American Automobile Association a révélé mardi que le prix de l’essence avait atteint des sommets. »

https://www.rt.com/business/555327-consumer-price-index-stimulus-inflation/ 

« Les repas pour nourrissons se font rares aux États-Unis, les grands détaillants limitant les clients à trois articles par transaction. Alors que les prix augmentent et que les rayons se vident, les législateurs républicains ont qualifié la pénurie de « crise nationale » et accusé le gouvernement du président Joe Biden de mauvaise gestion économique.

« La pénurie de lait maternisé est une crise nationale qui frappe le plus durement les mères et les enfants pauvres », a tweeté lundi le sénateur républicain de l’Arkansas Tom Cotton. Exhortant la Food and Drug Administration à établir un plan pour augmenter la production, Tom Cotton a déclaré que « l’administration Biden doit prendre cela au sérieux. » « Près d’un an après que la Maison Blanche ait annoncé son ‘Supply Chain Taskforce’, les parents ne peuvent même pas trouver de la nourriture pour leurs enfants », a ajouté le représentant républicain Jim Banks (Indiana). « C’est une autre crise qui prend de l’ampleur ! » Au milieu de ces appels à l’action, plusieurs journalistes ayant de jeunes enfants ont décrit avoir demandé à des parents d’autres États des paquets de lait maternisé, et ont noté que même le lait maternisé en ligne peut avoir un temps d’attente allant jusqu’à deux mois. « L’inflation, les pénuries de la chaîne d’approvisionnement et les rappels de produits ont entraîné une volatilité sans précédent pour les préparations pour nourrissons », a déclaré Ben Reich, PDG de Datasembly, avertissant qu’il n’y a « aucune indication d’un ralentissement ». »  

https://www.rt.com/news/555213-biden-baby-formula-shortage 

« Plus de 107 600 Américains sont morts d’une surdose de médicaments l’an dernier, ont révélé mercredi les Centres de contrôle et de prévention des maladies. Ce chiffre record, dû à l’abus de fentanyl et d’autres opioïdes de synthèse, représente une augmentation de 15 % par rapport aux 93 655 décès par overdose de l’année précédente. Il s’agit du chiffre le plus élevé enregistré depuis que le CDC a commencé à recenser les overdoses, ce qui représente une overdose toutes les cinq minutes aux États-Unis. »  

https://www.rt.com/news/555335-overdoses-record-setting-opioids-us

Ces sanctions mises en place pour que la population russe se mette à détester Poutine reviennent en pleine poire de Biden :« Selon un nouveau sondage, 53 % des Américains estiment que les sanctions contre Moscou nuisent davantage aux États-Unis qu’à la Russie. Dans un contexte de flambée des prix du gaz et d’augmentation du coût de la vie, les électeurs perdent confiance dans le leadership du président américain Joe Biden, et 43 % se disent « d’accord » pour que l’Ukraine perde le conflit qui l’oppose à la Russie. Avec une inflation qui n’a jamais été aussi élevée depuis 40 ans et des prix de l’essence proches des records, le sondage Democracy Institute/Express.co.uk révèle que Biden est mal perçu dans tous les domaines politiques, la politique étrangère étant la pire. Quelque 56 % des personnes interrogées désapprouvent sa gestion des affaires étrangères, contre 40 % qui l’approuvent. En ce qui concerne l’Ukraine en particulier, seuls 38% approuvent sa gestion, tandis que 52% la désapprouvent. »  

https://www.rt.com/news/555252-biden-sanctions-hurt-america

Pendant que l’Occident souffre économiquement, le commerce entre la Russie et la Chine atteint des sommets :« Le commerce mutuel entre la Russie et la Chine s’est élevé à près de 51,09 milliards de dollars (343,87 milliards de yuans) au cours des quatre premiers mois de l’année en cours, marquant une croissance de 25,9% par rapport à la même période il y a un an, selon les dernières données publiées par le bureau des douanes chinois. Les exportations de la Chine vers la Russie ont augmenté de 11,3% pour atteindre 20,24 milliards de dollars, tandis que les ventes de la Russie à la Chine ont bondi de 37,8% pour atteindre 30,85 milliards de dollars. Le chiffre d’affaires du commerce bilatéral en avril a augmenté de 8,7% par rapport à mars pour atteindre 12,69 milliards de dollars. Le pétrole, le gaz naturel et le charbon représentent près de 70 % de la valeur des marchandises importées de Russie par la Chine. La Russie exporte également du cuivre et du minerai de cuivre, du bois de construction, du carburant et des fruits de mer. La Chine exporte une large gamme de produits vers la Russie, notamment des smartphones, des équipements industriels et à usage spécial, des jouets, des chaussures, des véhicules à moteur, des climatiseurs et des ordinateurs. »  

https://www.rt.com/business/555180-china-russia-trade-surge

Et le rouble continue son ascension : « Le rouble russe a éclipsé 31 grandes monnaies en termes de croissance depuis le début de l’année 2022, devenant ainsi la monnaie la plus performante du monde, a rapporté Bloomberg mercredi. Selon la publication, le rouble s’est renforcé de plus de 11 % par rapport au dollar américain depuis le début de l’année. Sur le marché international des devises, le taux de change du rouble a affiché une croissance encore plus importante, d’environ 12 % jusqu’à présent. Lors des échanges à la Bourse de Moscou le 12 mai, le taux de change est tombé à 63 roubles par rapport au dollar américain – son plus fort depuis février 2020, et à 65 roubles par rapport à l’euro – le plus fort depuis près de cinq ans. »  

https://www.rt.com/business/555354-ruble-named-worlds-best-performing-currency  

Le suicide de l’Europe

Les premiers chiffre des conséquences de ce suicide à petit feu nous arrivent d’Allemagne : « La production industrielle allemande a baissé plus que prévu en mars, selon les données publiées vendredi par l’office des statistiques du pays. Selon Destatis, les problèmes de chaîne d’approvisionnement liés à Covid ont été exacerbés par le conflit en Ukraine. La production a reculé de 3,9 % le mois dernier, après une hausse de 0,1 % en février, dépassant de loin les attentes d’une baisse d’un pour cent. Sur une base annuelle, la production industrielle a chuté de 3,5 % en mars, après un bond de 3,1 % le mois précédent. La production manufacturière a perdu 4,6 % en mars et la production énergétique a baissé de 11,4 %, tandis que la production dans le secteur de la construction a augmenté de 1,1 %, selon les données. Jeudi, il a été signalé que les commandes manufacturières ont enregistré une baisse de 4,7 % en glissement mensuel en mars. La plus forte baisse a été enregistrée pour les biens d’équipement, utilisés par les entreprises dans la production, qui ont chuté de 8,3 %. « En ces temps politiquement et économiquement difficiles, la diminution montre également une réticence croissante à investir », a déclaré l’office des statistiques dans un communiqué. Les commandes étrangères en provenance de l’extérieur de la zone euro ont chuté de 13,2 % en mars, tandis que la demande en provenance de l’intérieur de la zone s’est renforcée de 5,6 %. Les commandes intérieures ont légèrement diminué de 1,8 %. « De nombreuses entreprises ont encore des difficultés à exécuter leurs commandes en raison d’interruptions dans les chaînes d’approvisionnement, ce qui est dû à la poursuite des restrictions liées à la crise Covid-19 et à la guerre en Ukraine », a déclaré Destatis. »  

https://www.rt.com/business/555074-german-industry-output-drop/

Les « solutions alternatives à l’énergie russe » n’ont pas l’air si facile à trouver : « L’Allemagne et le Qatar ne sont pas parvenus à un accord concernant les contrats de fourniture de gaz naturel liquéfié (GNL) à long terme, a rapporté Reuters mardi, citant des personnes proches des discussions. Selon le média, Berlin n’acceptera pas la demande du Qatar de signer des contrats d’une durée d’au moins 20 ans. Bien qu’elle cherche à mettre fin à sa dépendance à l’égard du gaz naturel russe dans le contexte de la situation en Ukraine, Berlin considère que ce délai est en contradiction avec son plan visant à réduire les émissions de carbone de 88 % d’ici à 2040. « La question de la longueur des contrats de GNL, qui pourrait compromettre les objectifs de décarbonisation de l’Allemagne, fait partie des discussions en cours avec le Qatar », a déclaré l’une des sources à Reuters, notant que l’Allemagne n’est pas la seule nation désireuse de s’approvisionner en GNL auprès du Qatar. Le Qatar veut également empêcher contractuellement l’Allemagne de détourner les livraisons de GNL vers d’autres États européens, et cette mesure n’est pas bien accueillie par l’UE, ont ajouté les sources. L’une des sources a déclaré à la publication que l’accord sur le GNL entre le Qatar et l’Allemagne « ne devrait pas être conclu prochainement ». »  

https://www.rt.com/business/555229-qatar-germany-lng-deal  

« Le ministre hongrois des affaires étrangères, Peter Szijjarto, a déclaré que l’UE n’avait pas réussi à trouver un moyen d’atténuer les dommages causés par une proposition d’interdiction des livraisons de pétrole en provenance de Russie dans le cadre des sanctions liées à sa campagne militaire en Ukraine. « Bruxelles n’a pas proposé de solution … qui pourrait gérer les impacts de type bombe atomique de cet embargo pétrolier potentiel contre la Russie sur l’économie hongroise », a déclaré M. Szijjarto mercredi.  

https://www.rt.com/news/555297-hungary-eu-no-solution/  

En mars, les États-Unis ont demandé au Brésil d’augmenter sa production de pétrole brut afin de freiner la flambée des prix dans un contexte de sanctions internationales contre la Russie, mais le Brésil a refusé, rapporte Reuters mardi. Des responsables du gouvernement américain ont approché la compagnie pétrolière publique brésilienne Petrobras, a indiqué l’agence citant ses sources, alors que les prix du brut commençaient à augmenter dans le contexte de l’opération militaire russe en Ukraine et des sanctions internationales qui en découlent.   Les responsables sont toutefois repartis les mains vides, Petrobras ayant déclaré que les niveaux de production étaient déterminés par la stratégie commerciale plutôt que par la diplomatie et qu’une augmentation significative de la production à court terme ne serait pas possible d’un point de vue logistique, indique Reuters. Le Brésil est le 11e exportateur mondial de pétrole, la plupart de son brut étant destiné à la Chine, aux États-Unis et à l’Inde, selon l’Observatoire de la complexité économique (OEC). En mars également, les États-Unis ont proposé au Venezuela, qui possède les plus grandes réserves pétrolières prouvées au monde, d’alléger certaines des sanctions qui pèsent sur le pays en échange d’une augmentation des exportations de pétrole vers les États-Unis. Toutefois, Washington a ensuite fait marche arrière sur ce sujet. »

https://www.rt.com/business/555250-us-oil-request-rejected/

L’hiver prochain risque donc d’être glacial, pour les plus pauvres :« Le PDG de Scottish Power, Keith Anderson, a déclaré au Daily Mail lundi qu’avec la montée en flèche des prix du gaz dans le sillage du conflit en Ukraine et des sanctions occidentales contre la Russie, la facture énergétique des ménages pourrait atteindre 2 900 £ (3 576 $) d’ici octobre. Avec quelque 10 millions de foyers britanniques potentiellement incapables de se chauffer, M. Anderson a appelé le gouvernement à mettre en place un programme de soutien. Les ménages britanniques ont déjà vu leurs coûts énergétiques – y compris l’électricité et le chauffage – augmenter de 700 £ entre octobre et avril, et cette augmentation devrait s’accélérer, a averti M. Anderson. « Cela va frapper incroyablement fort et immédiatement », a déclaré Anderson, dont la société fournit de l’électricité à certaines parties de l’Écosse, de l’Angleterre et du Pays de Galles. « Si rien d’autre ne se passe d’ici octobre, je pense que nous verrons une énorme augmentation des clients à prépaiement qui s’auto-déconnectent de fait – en ne rechargeant pas leur compteur à prépaiement parce qu’ils ne peuvent pas se le permettre ». « Nous verrons également une augmentation massive des niveaux d’endettement des clients à débit direct, et une augmentation massive des personnes poussées des débits directs vers les compteurs à prépaiement afin que les entreprises puissent récupérer la dette », a-t-il poursuivi. « Nous nous dirigeons vers des temps vraiment difficilse qu’aucun d’entre nous ne voudrait subir ».  

https://www.rt.com/news/555258-uk-energy-heating-cost/

Même les riches banques européennes commencent à souffrir :« La nécessité de déprécier des actifs et de mettre de côté des liquidités pour se prémunir contre les ramifications économiques attendues des sanctions anti-russes a entraîné des milliards d’euros de pertes pour les banques européennes. Les prêteurs ont jusqu’à présent encaissé une perte d’environ 9,6 milliards de dollars, avec en tête la Société Générale et UniCredit. ING et Intesa Sanpaolo ont indiqué que l’exposition à la Russie avait réduit leur bénéfice net combiné du premier trimestre de près de 2 milliards de dollars. Plusieurs prêteurs ont déclaré que leurs perspectives pour l’année seraient revues à la baisse si l’impact du conflit entre la Russie et l’Ukraine sur l’économie mondiale s’aggravait. Intesa aurait réduit son objectif de bénéfices pour 2022, prévenant qu’un scénario « très prudent » envisage un coup encore plus dur. Face à cette incertitude extrême, les directeurs des risques de plusieurs grandes banques européennes organisent des réunions avec les régulateurs et entre eux pour évaluer la fiabilité de leurs modèles et de leurs provisions, ont indiqué à Bloomberg des personnes au fait de la situation. « Les défaillances d’entreprises sur nos marchés vont probablement augmenter » en 2022 dans un contexte de flambée des prix de l’énergie, d’inflation élevée et de perturbations de la chaîne d’approvisionnement, selon le directeur général de Commerzbank, Manfred Knof, cité par l’agence. UniCredit a déclaré qu’elle pouvait absorber les derniers effets d’entraînement macroéconomiques dans ses activités plus larges grâce à ses niveaux de capital « solides », à la qualité de ses actifs et à ses réserves prudentes pour pertes sur prêts. L’une des banques européennes les plus présentes en Russie, UniCredit aurait subi une perte de 2 milliards de dollars alors qu’elle envisage une stratégie de sortie. »

https://www.rt.com/business/555082-european-banks-billions-russia-ukraine/

L’Estonie est, pour l’instant, en tête de cette course inflationniste européenne. Un avant-gout de ce qui attend les autres :« L’indice estonien des prix à la consommation a connu une hausse spectaculaire de 18,8 % en glissement annuel en avril, les prix progressant plus rapidement qu’ils ne l’ont fait depuis des décennies, selon les dernières données révélées par Statistics Estonia. L’agence a indiqué que les prix des biens et des services étaient respectivement 14,4 % et 27,8 % plus chers en avril par rapport à la même période de l’année précédente. L’indice des prix à la consommation a été le plus touché par les changements de prix liés au logement, qui ont été responsables de plus de 40 % de la hausse totale, selon Viktoria Trasanov, analyste principal à Statistics Estonia. Les prix de l’électricité auraient connu une hausse énorme de 119 %, tandis que l’énergie thermique est devenue 57,7 % plus chère qu’en avril 2021. Dans le même temps, le gaz a connu une hausse de 237,2 %. Les loyers ont également augmenté de 34,4 %. « En avril, le régime de compensation automatique pour l’électricité, les frais de transport de l’électricité, le chauffage urbain, le gaz par pipeline et les frais de transport du gaz a pris fin », a expliqué M. Trasanov. »

https://www.rt.com/business/555124-estonia-prices-inflation-surge/ 

« Les prix à la consommation au Danemark ont atteint le niveau le plus élevé depuis 38 ans, selon les chiffres officiels de l’Office danois de la statistique. Selon l’agence, l’indice danois des prix à la consommation (IPC) est passé de 5,4 % en mars à 6,7 % en avril. »  

https://www.rt.com/business/555246-denmark-highest-inflation-40-years/ 

« La Grèce est le dernier pays de l’UE à être frappé par une inflation à deux chiffres, atteignant le niveau le plus élevé depuis 1994. Selon l’autorité statistique hellénique (ELSTAT), l’inflation dans le pays a bondi à 10,2 % en glissement annuel en avril, contre 8,9 % le mois précédent. »  

https://www.rt.com/business/555286-greece-inflation-double-digits/

Plutôt que d’aider financièrement sa population, l’Union Européenne préfère alourdir sa dette déjà faramineuse pour aider l’Ukraine. On se souviendra, en lisant cet article, qu’une telle aide à, en 2015, été refusée à la Grèce, pourtant un pays de l’UE. :« L’Union européenne envisage de financer les dépenses de fonctionnement du gouvernement de Kiev pendant au moins trois mois, a rapporté Politico Europe lundi, citant des sources diplomatiques. Les 15 milliards d’euros seraient levés par le biais d’une nouvelle émission de dette, en utilisant le modèle établi pour l’allégement de la dette de Covid-19.   Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré au Fonds monétaire international (FMI) qu’il avait besoin de 7 milliards de dollars par mois (1 dollar = 0,95 euro) pour payer les salaires, les retraites et d’autres dépenses publiques. Les États-Unis se sont engagés à fournir un tiers de cette somme au cours des trois prochains mois. L’UE a l’intention de combler la différence avec des obligations spéciales, selon Politico.   La Commission européenne (CE) a informé les ambassadeurs des pays membres de ce plan vendredi, selon le média. Il s’agit d’émettre une dette en utilisant des garanties des pays membres de l’UE. Le plan est structuré sur le modèle de SURE, le programme utilisé pour lever 100 milliards d’euros d’aide aux citoyens de l’UE qui ont perdu leur emploi en raison des blocages de Covid-19. Cette dette a ensuite été titrisée sous forme d’obligations d’une durée de 5 à 30 ans.   « Dès qu’il y a un problème d’argent, [la Commission] dit SURE ! » a déclaré un diplomate cité par Politico. Le plan pourrait être dévoilé dès le 18 mai et au moins trois pays – dont l’Autriche, l’Allemagne et la Grèce – ont demandé des options alternatives, selon le média. Ils espèrent que des pays non membres de l’UE, comme le Japon, la Norvège et le Royaume-Uni, participeront également à l’effort, ce qui permettrait à l’UE de réduire le poids de sa dette. La France a également proposé que les chefs d’État et de gouvernement de l’UE discutent du problème lors d’un sommet qui se tiendra fin mai.   Entre-temps, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a proposé une autre option pour financer la reconstruction de l’Ukraine : confisquer les réserves de change russes actuellement gelées en vertu des sanctions de l’UE. M. Borrell a cité l’exemple de Washington qui a confisqué les fonds de la banque centrale afghane après le retrait des États-Unis d’Afghanistan et la prise de pouvoir par les talibans. Il est « tout à fait logique » d’utiliser les actifs russes de la même manière, a déclaré M. Borrell au FT dans une interview publiée lundi. »  

https://www.rt.com/news/555214-eu-debt-ukraine-financing

La réponse russe à la proposition de Borrell ne s’est pas fait attendre :« Saisir les réserves de change de l’État russe serait un acte de « non-droit total » et saperait la base même des relations internationales, a déclaré le vice-ministre des affaires étrangères, Alexander Grushko, commentant une idée lancée par le plus haut diplomate de l’UE, Josep Borell. Dans une récente interview accordée au FT, M. Borrell a suggéré de saisir les réserves gelées de la Russie et de les utiliser pour couvrir les coûts de reconstruction de l’Ukraine une fois le conflit terminé. Réagissant à ces remarques, M. Grushko a déclaré à RIA Novosti que « l’appétit de l’UE vient en mangeant » et que la confiscation des avoirs serait « l’anarchie totale, la destruction du fondement même des relations internationales. »   De l’avis de Grushko, une telle décision, si elle est prise, « frappera les Européens eux-mêmes, frappera le système financier moderne et sapera la confiance en Europe et dans l’Occident en général. »   « C’est la loi de la jungle », a-t-il conclu. »  

https://www.rt.com/russia/555184-grushko-borrell-assets-seizure/

Les sanctions sont si douloureuses pour l’Europe qu’elles commencent à créer des dissentions :« Les ambassadeurs de l’UE ne sont pas parvenus jusqu’à présent à un accord sur un nouveau train de sanctions contre la Russie, la Hongrie continuant de s’opposer à une interdiction des importations de pétrole russe, a rapporté Bloomberg dimanche, citant des sources au fait des discussions. …   En début de semaine, la chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyden, a confirmé que les propositions relatives au sixième train de sanctions comprenaient un embargo total sur le pétrole russe, mis en œuvre progressivement. Il s’agit sans doute de la mesure la plus sévère prise jusqu’à présent par l’UE elle-même, étant donné qu’en 2021, l’ensemble du bloc a reçu 25 % de ses importations de pétrole de la Russie, selon les données d’Eurostat.   Prenant acte des objections de la Hongrie et de la Slovaquie, qui dépendent fortement des importations russes, l’UE aurait proposé à ces deux pays, ainsi qu’à la République tchèque, de reporter l’application des sanctions à 2024. Les autres pays sont censés passer à d’autres sources d’approvisionnement au début de l’année prochaine au plus tard.   Toutefois, comme l’affirment les sources de Bloomberg, cette concession n’a pas suffi à convaincre la Hongrie, qui a continué à bloquer l’accord dimanche, lors de la réunion des 27 ambassadeurs de l’UE. Deux jours auparavant, le Premier ministre hongrois Victor Orban avait déclaré que l’interdiction du pétrole serait une « bombe nucléaire » pour l’économie de son pays et avait révélé qu’il souhaitait que l’UE lui donne cinq ans pour remplacer le pétrole russe. L’interdiction du pétrole n’est apparemment pas la seule partie problématique du train de sanctions. L’interdiction proposée de fournir les navires et les services nécessaires au transfert du pétrole russe vers des pays tiers a fait sourciller la Grèce et Chypre qui, selon Bloomberg, « bloquent toujours » cette partie du paquet. »  

https://www.rt.com/russia/555159-russia-eu-sanctions-agreement

Pourtant, les experts ne manquent pas pour dire que les sanctions sont contre productives :« L’interdiction des importations de brut russe proposée par les autorités européennes ne fera qu’augmenter les revenus pétroliers de Moscou, selon Norbert Rucker, responsable de l’économie et de la recherche de nouvelle génération chez le gestionnaire de fortune suisse Julius Baer.   L’impact de l’interdiction sur la Russie est « discutable », a déclaré l’analyste dans une interview accordée au média suisse 20 Minuten, ajoutant que l’UE pourrait avoir de meilleures alternatives pour affaiblir la Russie, comme des tarifs punitifs.   En début de semaine, l’Union européenne a dévoilé un plan visant à interdire les importations de pétrole russe pour l’ensemble de ses 27 États membres. Cette mesure, qui devrait frapper les finances nationales de la Russie, s’inscrit dans le cadre d’une campagne de sanctions sans précédent lancée par l’Occident contre Moscou en raison de son opération militaire en Ukraine.   « La grande question est maintenant de savoir si l’Occident fait pression sur la Chine et l’Inde ; dans ce cas, l’embargo aurait un effet beaucoup plus important », a déclaré M. Rucker, ajoutant qu’une telle mesure rendrait difficile pour la Russie, riche en énergie, de trouver des acheteurs pour son brut dans le monde entier.   Selon l’expert, l’embargo devrait gonfler davantage les prix mondiaux du brut, qui ont grimpé jusqu’à 120 dollars le baril à un moment donné en mars, aidant la Russie frappée par les sanctions à augmenter ses revenus pétroliers. « L’embargo n’affecte la Suisse qu’indirectement », a déclaré M. Rucker, ajoutant que le pays se procure la majeure partie de son pétrole auprès de raffineries européennes qui ont déjà soutenu le passage aux alternatives.   « Toutefois, une nouvelle hausse des prix du pétrole due à l’embargo se ferait sentir en Suisse également », a-t-il ajouté. »  

https://www.rt.com/business/555153-russia-benefit-eu-oil-embargo/

Ce qui n’empêche pas la Grande Bretagne de rajouter d’autre sanctions :« Le Royaume-Uni a annoncé de nouvelles sanctions commerciales contre la Russie : interdictions des exportations de plastique et de caoutchouc et droits de douanes prohibitifs sur les importations de platine et palladium.   Le gouvernement britannique a annoncé le 8 mai un nouveau train de sanctions commerciales contre la Russie et la Biélorussie, avec des interdictions d’exportation visant l’industrie russe et la hausse de tarifs douaniers, notamment sur le palladium.   « Cet important paquet de sanctions infligera encore plus de dommages à la machine de guerre russe », a déclaré la ministre du Commerce international, Anne-Marie Trevelyan, dans un communiqué. Les tarifs douaniers vont augmenter de 35 points de pourcentage, notamment pour le platine et le palladium – utilisé dans l’industrie automobile –, tandis que les interdictions d’exportation visent des biens destinés aux secteurs manufacturier et de machinerie lourde en Russie, comme le plastique, le caoutchouc ou encore des machines.   « La Russie est l’un des principaux pays producteurs de platine et de palladium et dépend fortement du Royaume-Uni pour exporter » ces produits, a souligné le gouvernement britannique. »  

https://francais.rt.com/economie/98410-palladium-caoutchouc-royaume-uni-adopte-nouvelles-sanctions-commerciales-russie

La russophobie des dirigeants polonais atteint des sommets dangereux pour le reste de l’UE :« Le nationalisme russe est une menace mortelle pour le monde et l’Occident doit faire à Moscou ce qui a été fait à l’Allemagne nazie, a écrit le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki dans un article d’opinion publié mardi par le journal britannique Telegraph. Il a omis de mentionner la « dénazification » de l’Allemagne après sa défaite militaire, mais a déclaré que la « dépoutinisation » de la Russie devait commencer « immédiatement », prévenant que l’ »âme » de l’Occident serait en péril dans le cas contraire.   Morawiecki est l’un des critiques les plus virulents de la Russie et du président Poutine, qu’il a comparé à de nombreuses reprises au leader nazi Adolf Hitler et au dictateur soviétique Joseph Staline. Le nouvel article fait la même équation, mais se concentre sur la marque de nationalisme russe que, selon Morawiecki, Moscou utilise comme justification pour poursuivre des politiques malignes et très dangereuses.   Le fonctionnaire polonais a une vision sombre de la vision du monde russe, a-t-il expliqué. Le soi-disant « monde russe » est une idéologie impérialiste, « l’équivalent du communisme et du nazisme du 20e siècle », a-t-il insisté, « par laquelle la Russie justifie des droits et des privilèges inventés pour son pays. »   Le nationalisme russe « est un cancer qui consume non seulement la majorité de la société russe, mais constitue également une menace mortelle pour l’ensemble de l’Europe », a ajouté le Premier ministre. « Par conséquent, il ne suffit pas de soutenir l’Ukraine dans sa lutte militaire contre la Russie. Nous devons extirper entièrement cette nouvelle idéologie monstrueuse. »   Le fonctionnaire polonais a identifié Poutine comme la cheville ouvrière de la position de la Russie. S’il n’est « ni Hitler ni Staline », Poutine est « malheureusement … plus dangereux » grâce aux armes plus mortelles dont il dispose, comme les médias sociaux, a déclaré M. Morawiecki.   « Il n’y a pas si longtemps, la Pologne s’est engagée dans une guerre de l’information avec la Russie sur la genèse de la Seconde Guerre mondiale. Nous avons gagné, mais Poutine a atteint ses objectifs. Il a infecté l’internet avec des millions d’exemples de fausses nouvelles », a-t-il déclaré. Il faisait référence à la position de longue date de Varsovie selon laquelle l’Allemagne nazie et l’Union soviétique sont également responsables du conflit. Moscou qualifie cette position de révisionnisme historique qui insulte les sacrifices consentis par le peuple soviétique pour vaincre les nazis.   Morawiecki n’a pas appelé ouvertement les membres de l’OTAN à entrer en guerre contre la Russie, mais a laissé entendre que c’était la voie à suivre, demandant que la Russie reçoive le même traitement que l’Allemagne nazie après sa défaite.   « Tout comme l’Allemagne a jadis été soumise à la dénazification, aujourd’hui, la seule chance pour la Russie et le monde civilisé est la ‘députinisation’. Si nous ne nous engageons pas immédiatement dans cette tâche, nous ne perdrons pas seulement l’Ukraine, nous perdrons aussi notre âme, notre liberté et notre souveraineté », a-t-il déclaré.   Il a affirmé que la Russie « a entamé une longue marche vers l’Ouest » et que le seul choix qui s’offrait à la Pologne et aux autres nations occidentales était de savoir où arrêter le pays. »  

https://www.rt.com/news/555351-morawiecki-russian-nationalism-cancer/

Quant au Japon, il est beaucoup moins suicidaire que l’Europe :« Le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a déclaré que la suppression progressive de la dépendance à l’égard du pétrole russe prendra du temps, car Tokyo fera de son mieux pour « minimiser » l’impact négatif sur les entreprises et le citoyen moyen. Ces commentaires ont été faits juste après que le Groupe des Sept (G7) a décidé de cibler les importations de pétrole en provenance de Russie dans le cadre des sanctions liées à la campagne militaire en Ukraine.   Le G7 comprend les États-Unis, le Canada, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie et le Japon. « Pour un pays fortement dépendant des importations d’énergie, c’est une décision très difficile. Mais la coordination du G7 est très importante dans un moment comme celui-ci », a déclaré M. Kishida aux journalistes lundi.   « Quant au calendrier de réduction ou d’arrêt des importations de pétrole [russe], nous l’envisagerons en jaugeant la situation réelle », a-t-il ajouté. « Nous prendrons notre temps pour prendre des mesures en vue d’une élimination progressive ».   Le Premier ministre a déclaré que Tokyo « minimisera les effets négatifs » de l’arrêt progressif sur les entreprises et les personnes ordinaires. »  

https://www.rt.com/news/555171-japan-russian-oil-phaseout

Mais, pour faire bonne figure auprès des Etats Unis, ce pays va quand même imposer quelques sanctions symboliques :« Le gouvernement japonais a imposé une nouvelle série de sanctions à la Russie en raison de la poursuite de son action militaire en Ukraine. Les mesures restrictives visent huit responsables russes, des hommes d’affaires et des membres de leur famille, dont le Premier ministre Mikhaïl Mishustin, ainsi que plus de 130 personnes des républiques du Donbass, a déclaré le ministère japonais des Affaires étrangères dans un communiqué mardi.   Les dirigeants des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, Denis Pushilin et Leonid Pasechnik, figurent également sur la liste.   Les mesures restrictives impliquent le gel des avoirs de ces personnes au Japon, a précisé le ministère. Tokyo a également interdit les exportations destinées à 71 entreprises russes, dont des chantiers navals et des installations de recherche, ainsi que des entreprises de défense. Le fabricant public russe de systèmes antiaériens, Almaz-Antey, figure parmi les entreprises visées par les sanctions. »  

https://www.rt.com/news/555264-japan-new-sanctions-russia-ukraine/  

Des nouvelles du front

Avec le témoignage en français d’un mercenaire québécois parti « défendre l’Ukraine » :« Après avoir passé deux mois en Ukraine, Wali tire un bilan « plutôt décevant » du déploiement de combattants volontaires occidentaux, qui a commencé début mars, à la suite d’un appel du président Volodymyr Zelensky. Le nombre de volontaires qui se sont manifestés – plus de 20 000, selon différentes estimations – a été si important que le gouvernement ukrainien a dû créer d’urgence la Légion internationale pour la défense territoriale de l’Ukraine, le 6 mars.   Mais pour la plupart des volontaires qui se sont présentés à la frontière, se joindre à une unité militaire a été une galère. ….   Trois personnes qui ont réclamé l’anonymat ont décrit à La Presse des promesses d’armement et de matériel de protection faites par le chef de la Brigade normande qui ne se sont jamais concrétisées. Certains des volontaires se sont retrouvés à une quarantaine de kilomètres du front russe sans aucun équipement de protection. « S’il y avait eu une percée russe, tout le monde aurait été à risque. C’était une attitude irresponsable de la part de la Brigade », affirme un de ses anciens soldats, qui a demandé qu’on taise son nom pour des raisons de sécurité. »  

https://www.lapresse.ca/actualites/2022-05-06/retour-du-tireur-d-elite-wali/la-guerre-c-est-une-deception-terrible.php

Une guerre est aussi un hall d’exposition pour les constructeurs d’armements, l’occasion de montrer la qualité de leurs productions. En Ukraine c’est, jusqu’à maintenant, bon point pour les armes russes et mauvais point pour les armes occidentales :« Les systèmes antichars Javelin de fabrication américaine ont été loués pour leur efficacité par les responsables de Washington et ont été transformés par les médias occidentaux en un symbole de la résistance de l’Ukraine dans le conflit avec la Russie. Mais un commandant des marines ukrainiens, qui a été capturé pendant les combats pour Mariupol, a révélé à RT que le matériel n’est pas vraiment à la hauteur des allégations.   « Les javelins ne se sont pas avérés utiles, notamment dans la guerre urbaine », a déclaré le colonel Vladimir Baranyuk, commandant de la 36e brigade d’infanterie navale ukrainienne.   « Nous n’avons même pas pu en lancer un. Je pense que c’est complètement inutile dans un environnement urbain, car il y a toujours quelque chose qui gêne », a-t-il expliqué.   L’unité de Baranyuk était également armée d’armes antichars légères de nouvelle génération (NLAW), fournies par la Grande-Bretagne, mais celles-ci avaient également leurs défauts, selon l’officier.   « Quant aux lance-missiles NLAW, nous les avons utilisés plus souvent que les Javelins, mais ils ont leur propre problème : la batterie se vide par temps froid, ce qui rend le lancement impossible », explique-t-il. »  

https://www.rt.com/news/555144-ukraine-javelin-nlaw-mariupol/

Mais si les Javelins ne servent pas à grand-chose pour les militaires ukrainiens, ils permettent au moins de faire tourner l’industrie de l’armement étasunien :« Le complexe militaro-industriel veut plus d’argent pour résoudre le problème des stocks d’armes. Le député Mike Gallagher, un républicain du Wisconsin, a affirmé que la précipitation des États-Unis à armer l’Ukraine a « brûlé » des années de stocks d’armes, entravant la capacité de Washington à armer simultanément Taïwan contre un conflit potentiel avec la Chine. Pendant ce temps, la vaste industrie militaire américaine fait pression sur la Maison Blanche pour obtenir davantage de contrats.   « Nous sommes à court de stocks », a déclaré vendredi Gallagher, qui siège à la commission des services armés de la Chambre des représentants, à Fox News. « Nous venons de brûler sept ans de Javelins et ce n’est pas seulement important alors que nous continuons à essayer d’aider les Ukrainiens à gagner en Ukraine, c’est important alors que nous essayons simultanément de défendre Taïwan contre l’agression du Parti communiste chinois. »   « Ils vont avoir besoin d’avoir accès à certains de ces mêmes systèmes d’armes, et nous n’avons tout simplement pas les stocks actuels pour combler ce que nous avons dépensé en Ukraine », a-t-il poursuivi. »  

https://www.rt.com/news/555167-javelin-weapon-stockpile-low/

Les industries de l’armement européenne ne seront pas en reste :« La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a confirmé, lors d’une visite à Kiev, que son pays, ainsi que les Pays-Bas, fourniront à l’Ukraine des armes lourdes de pointe, notamment le Panzerhaubitze 2000, et commenceront à former les militaires ukrainiens « dans les prochains jours ».   Accompagnée de son homologue néerlandais, Wopke Hoekstra, pour une partie de la visite en Ukraine, Mme Baerbock a déclaré que les sept obusiers que l’Allemagne donne à Kiev pour lui permettre « de protéger ses villes contre de futures attaques » arriveront en Ukraine avant la fin de la formation militaire. Ainsi, a-t-elle expliqué lors d’une conférence de presse avec son homologue ukrainien, Dmitry Kuleba, les soldats seront prêts à utiliser l’équipement immédiatement après leur retour d’Allemagne dans la zone de guerre.   La décision de Berlin d’envoyer des obusiers automoteurs en Ukraine, annoncée il y a trois jours par la ministre de la défense Christine Lambrecht, marque un nouveau revirement dans la politique allemande post-nazie consistant à ne pas envoyer d’armes lourdes dans les zones de guerre.   « Nous continuerons à soutenir l’Ukraine européenne et libre. Les questions humanitaires, financières, économiques, technologiques, politiques et énergétiques », a déclaré M. Baerbock.  

https://www.rt.com/russia/555260-germany-ukraine-weapons-minister

Zelensky et son gouvernement sont un groupe de menteurs invétérés face aux médias et autres gouvernements. Mais il ment aussi à ses propres citoyens et militaires :« L’Ukraine a dit aux troupes assiégées par les forces russes à Marioupol que de l’aide était en route, mais n’a fait aucune tentative réelle pour mettre fin au blocus de la ville, a déclaré à RT le commandant de la 36e brigade d’infanterie navale du pays.   Le colonel Vladimir Baranyuk et son unité ont été chargés de surveiller la périphérie nord de Mariupol, une ville portuaire stratégique du sud-est de l’Ukraine, dans le cadre de l’opération militaire russe dans le pays.   Il a même reçu le titre de Héros de l’Ukraine pour son « courage et ses actions efficaces pour repousser les attaques ennemies ». Kiev a affirmé que le colonel et les autres défenseurs de Mariupol ne se rendraient jamais.   Kiev a affirmé que le colonel et les autres défenseurs de Mariupol ne se rendraient jamais. Mais alors que les forces russes continuaient à gagner du terrain, Baranyuk a fini par se rendre pacifiquement après avoir été capturé lors d’une tentative ratée de fuite de la ville.   Il a été appréhendé alors qu’il se cachait dans les champs avec un certain nombre de ses hommes, à quelques kilomètres au nord de Mariupol.   Le commandant des marines affirme aujourd’hui que le gouvernement ukrainien lui a menti, ainsi qu’à ses troupes, afin de les maintenir au combat.   « Kiev nous a dit de tenir bon, [disant] que les unités qui lèveront le blocus arrivent, qu’elles seront bientôt là », a déclaré Baranyuk à RT.   La promesse a été faite malgré le conseiller du président Volodymyr Zelensky, Alexey Arestovich, qui a ouvertement reconnu dans des interviews que Kiev « ne sera pas en mesure de sauver » ses forces à Mariupol.   « On nous a promis une certaine aide. Naturellement, cette aide n’est pas arrivée. Et cela nous a poussés à sortir », a déclaré le colonel, expliquant sa décision de fuir. Ce fut « douloureux » pour les troupes lorsqu’elles ont réalisé qu’elles avaient été laissées pour mortes, mais « tout le monde, y compris moi-même, a fini par le comprndre », a ajouté Baranyuk. »  

https://www.rt.com/russia/555139-ukraine-mariupol-surrender-baranyuk

Quant au ministre de la défense britannique, il se ment à lui-même :« Le ministre britannique de la défense s’est dit convaincu que l’Ukraine, qui est approvisionnée en armes par le Royaume-Uni et d’autres pays occidentaux, est capable de remporter la victoire militaire dans son conflit avec la Russie.   « Il est très possible que l’Ukraine brise l’armée russe au point qu’elle doive soit revenir à la situation d’avant février, soit se replier sur elle-même », a déclaré Ben Wallace lors d’un discours au National Army Museum de Londres lundi. Le président russe Vladimir Poutine « doit se rendre compte qu’il a perdu sur le long terme, et il a absolument perdu. La Russie n’est plus ce qu’elle était », a-t-il ajouté.Wallace semble être plus optimiste sur les événements sur le terrain que certains responsables de Kiev. Dimanche, le conseiller du président Volodymyr Zelensky, Alexey Arestovich, a reconnu qu’il était actuellement impossible pour l’Ukraine de renverser la situation sur la ligne de front. »  

https://www.rt.com/news/555187-uk-ukraine-wallace-putin

L’Ukraine serait-elle en train d’utiliser le gaz russe comme moyen de chantage ?« L’Ukraine a suspendu mercredi l’acheminement du gaz naturel russe vers l’Europe, tout en accusant Moscou d’être responsable de cette perturbation. Le gaz russe avait jusqu’à présent circulé sans interruption dans les gazoducs traversant l’Ukraine malgré les activités militaires. Dans un communiqué publié mardi en fin de journée, le gestionnaire du réseau de transport de gaz ukrainien a déclaré qu’il avait décidé de suspendre les opérations à un point de transit majeur, Sokhranovka, en raison des « interférences des forces d’occupation ». La station traite jusqu’à 32,6 millions de mètres cubes par jour, soit environ un tiers du gaz russe qui transite par l’Ukraine vers l’Europe, selon l’opérateur.   Pendant ce temps, le géant russe de l’énergie Gazprom a déclaré qu’il ne voyait aucune raison à cette perturbation, ajoutant qu’il ne peut pas réacheminer les fournitures vers un autre point d’entrée, Sudzha, car la reconfiguration serait « techniquement impossible. »   « Le transit par Sokhranovka a été assuré dans son intégralité, il n’y a pas eu de plaintes des contreparties et il n’y en a pas », a déclaré Gazprom sur son canal officiel Telegram. « Gazprom remplit pleinement toutes ses obligations envers les consommateurs européens, fournit du gaz pour le transit conformément au contrat et à l’accord de l’opérateur, les services de transit sont entièrement payés. »   Le porte-parole de Gazprom, Sergey Kupriyanov, a déclaré mercredi que l’Ukraine n’a laissé qu’un seul point d’entrée pour le transit du gaz russe vers l’Europe, ce qui réduit considérablement la fiabilité des approvisionnements. « Sur la base du schéma d’écoulement russe, le transfert de volumes vers Sudzha est technologiquement impossible. C’est clairement écrit dans l’accord de coopération, et la partie ukrainienne en est parfaitement consciente », a déclaré Kupriyanov à la chaîne Rossiya 24.   La société a souligné une diminution de 34 % des fournitures de gaz russe à l’Europe en raison des actions de Kiev. »  

https://www.rt.com/russia/555265-gazprom-gas-ukraine-europe

Du coup :« Le régulateur allemand de l’énergie a déclaré mercredi que les flux de gaz russe au point frontalier de Waidhaus, venant d’Ukraine, avaient diminué de 25 % par rapport à la veille. Cette annonce intervient alors que Kiev a suspendu un tiers des livraisons de gaz russe à l’Europe.   Le commentaire du régulateur fait écho à une déclaration antérieure du ministère allemand de l’économie selon laquelle les flux de gaz russe via le principal point de transit en Ukraine se sont taris. Selon le régulateur, les importations globales de Berlin sont restées stables car elles ont été plus que compensées par des volumes plus élevés en provenance de Norvège et des Pays-Bas.   Les prix du gaz en Europe ont d’abord grimpé après la coupure de l’Ukraine, dépassant 1 100 dollars par millier de mètres cubes de gaz tôt mercredi. Selon les experts, la situation conduira inévitablement à une hausse des prix, les consommateurs européens évaluant la diminution des volumes. »  

https://www.rt.com/business/555302-germany-russian-gas-supply-drop

Pour accentuer cette guerre du gaz qui frappe essentiellement l’Europe :« La major russe de l’énergie Gazprom a déclaré jeudi qu’elle ne pourra pas utiliser la section polonaise du gazoduc Yamal-Europe pour le transit du gaz vers l’Europe en raison des sanctions de rétorsion de Moscou. Le porte-parole de la société, Sergey Kupriyanov, a précisé que le site appartient à EuRoPol GAZ, qui est une coentreprise entre Gazprom et la major gazière polonaise PGNiG. Cette dernière est l’opérateur de la partie polonaise du gazoduc Yamal-Europe.   Mercredi, Moscou a approuvé une liste d’entreprises à l’égard desquelles elle appliquera des mesures économiques spéciales. La liste comprend 31 entreprises, dont l’entreprise polonaise EuRoPol GAZ, ainsi que l’ancienne unité allemande de Gazprom. La filiale appartenant à la Russie a été saisie par les autorités allemandes le mois dernier et pourrait potentiellement être nationalisée.   « Pour Gazprom, cela signifie une interdiction d’utiliser un gazoduc appartenant à EuRoPol GAZ pour transporter du gaz russe à travers la Pologne », a déclaré l’entreprise sur son canal officiel Telegram.   Le président russe Vladimir Poutine a décrété le 3 mai qu’aucune entité russe ne serait autorisée à conclure des accords avec les personnes figurant sur la liste des sanctions, ni même à remplir ses obligations dans le cadre des accords existants. »  

https://www.rt.com/business/555379-russia-stops-gas-transit-poland

Pendant ce temps, il semblerait que le gouvernement Taiwanais soit pressé que son pays ressemble à l’Ukraine :« Le ministre taïwanais des Affaires étrangères, Joseph Wu, espère que le monde imposera des sanctions à Pékin si celle-ci attaque Taipei, à l’instar de celles auxquelles est confrontée Moscou en raison de son offensive en Ukraine. La Chine a déclaré qu’elle ne se laisserait pas intimider par les discussions sur les sanctions et l’isolement, mettant en garde contre le risque de « copier/coller » la crise ukrainienne sur la région Asie-Pacifique.   Vendredi, le ministère taïwanais des affaires étrangères, qui s’était précédemment joint aux pays occidentaux pour sanctionner la Russie, a annoncé des mesures restrictives à l’encontre du Belarus. S’adressant aux journalistes le lendemain, M. Wu a admis qu’il n’y avait pratiquement aucun lien commercial entre Taïwan et ces pays et que cette mesure était donc purement symbolique.   « Si nous sommes menacés ou envahis par la force par la Chine à l’avenir, nous espérons également que la communauté internationale comprendra Taïwan, soutiendra Taïwan et sanctionnera ce type de comportement agressif. Par conséquent, Taïwan se tient aux côtés de la communauté internationale et prend ces mesures », a expliqué le ministre.   Les remarques du ministre taïwanais sont intervenues le lendemain du jour où Pékin a averti les États-Unis et ses partenaires qu’il ne se laisserait pas intimider par des menaces. »  

https://www.rt.com/news/555142-china-taiwan-sanctions-west

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *