Remarques sur la prolétarisation des millionnaires aux USA – ou comment leur Reset ruine et affame 99.9% de la population.

Vues : 3629

Par Nicolas Bonnal

“baisser le regard vers les rayons du bas” et de “ne pas faire ses courses quand on a faim » Inciter les Français l’air de rien à accepter de vivre dans la misère et à sucer des cailloux … on est arrivé à un niveau absolument stratosphérique”… En réalité personne ne s’en sortira sauf la frange des milliardaires en dollars et leurs agents politiques et médico-bureaucratiques.

#inflation #misere #pauvreté https://t.co/Vb3McOwJkB— Nicolas Vidal (@nicolasputsch) June 3, 2022

Poignez vilain, il vous oindra.

Zerohedge.com reprend Bloomberg qui pleurniche sur le sort des millionnaires. On peut ainsi gagner 250.000 dollars (autant en euros, bientôt le double) et ne plus joindre les deux bouts. 250.000 dollars c’est un million et demi de francs tout de même (rappel à ceux qui n’ont pas la mémoire du poisson rouge). Il fut un temps où gagner cent mille francs par mois vous faisait considérer comme riche et vivre une vie de footballeur : aujourd’hui cela permet à peine de joindre les deux bouts. Le coût de la vie et du logement, les impôts, l’éducation, les frais médicaux, tout désintègre le niveau de vie.

Tyler Durden donc le 3 juin dernier : « 36 % des Américains qui gagnent 250 000 $ vivent d’un chèque de paie à l’autre…Plus d’un tiers des Américains qui gagnent au moins 250 000 dollars par an disent qu’ils vivent d’un chèque de paie à l’autre, ce que Bloomberg suggère de souligner à quel point l’inflation « prend une plus grande part dans les budgets des Américains à toutes les extrémités de l’éventail des salaires ». » Certes les boomers, les inévitables boomers, qui ont pu ou su acheter leur immobilier à temps s’en sortent mieux que les milléniaux, même s’ils commencent à toussoter eux aussi.

Après on invoque l’idiotie des gens, en se foutant du monde et du lectorat économique et financier, ce qui est typique de Bloomberg et de cette presse économique et financière qui s’est toujours adressée à des cadres-ilotes:

« Une autre interprétation est que les Américains gagnent au moins 250 000 $ – ce qui les place dans les 5% des mieux rémunérés du pays – ont une culture financière épouvantable. »

Mais voyons les data :

« Selon une enquête réalisée par Pymnts.com et LendingClub, quelque 36 % des ménages qui gagnent au moins 250 000 $ – près de 4 fois le salaire médian américain – consacrent la quasi-totalité de leurs revenus aux dépenses du ménage. Les ménages à revenu élevé sont également plus susceptibles d’effectuer des dépenses par carte de crédit, bien qu’ils soient également plus susceptibles d’être en mesure de rembourser intégralement leur solde. »

L’immobilier a augmenté de 30 ou 50% :

« Les dépenses de logement, qui occupent généralement une grande partie du budget des personnes les plus riches, ont grimpé en flèche pendant la pandémie. Par exemple, dans le comté d’Orange, en Californie, une maison de premier plan a coûté 1,7 million de dollars en avril, contre 1,2 million de dollars en février 2020, sur la base des données de Zillow Group Inc. Une hypothèque sur cette maison, en supposant un acompte de 20 %, coûterait environ 100 000 $ par année. C’est 40 % d’un revenu annuel avant impôt de 250 000 $. »

Ces hauts revenus souffrent moins que le reste bien entendu :

« Les hauts revenus, même ceux qui ont du mal à payer les factures, sont bien sûr bien mieux lotis que le reste de la nation, qui fait face à une flambée des prix pour tout, de la nourriture au gaz et à l’électricité (Bloomberg). »

Tout le monde vit à crédit alors (c’est nouveau ça en Amérique, Bloomberg ?) :

« Outre les hauts revenus, 61,3% de tous les consommateurs interrogés ont déclaré vivre d’un chèque de paie à l’autre, en hausse de 9% par rapport à l’année précédente, alors que les emprunts à la consommation aux États-Unis ont grimpé en flèche. En mars, les soldes des cartes de crédit ont atteint leur plus haut niveau jamais enregistré, et le crédit non renouvelable a également bondi. »

La retraite s’éloigne alors dans le temps comme en France (avec l’assentiment extatique des boomers) :

« Pendant ce temps, 25% des Américains retardent leur retraite en raison de l’inflation, selon une nouvelle enquête de BMO. Le report des plans de retraite est principalement dû à une épargne perturbée par la hausse des prix, selon l’enquête. Trente-six pour cent des répondants au sondage ont réduit leur épargne et 21 % mettent moins de côté pour leur retraite afin de faire face à la croissance des coûts, selon le sondage. »

Les crétins comme on sait pensent que l’inflation va ralentir alors que l’on multiplie les sanctions contre la Russie et que l’on met en place pénuries et Reset :

« Nous n’avons pas vu ce niveau d’inflation depuis très longtemps, et c’est très intimidant », a déclaré Paul Dilda, responsable de la stratégie des consommateurs chez BMO Harris Bank, qui a ajouté que de nombreuses personnes à la retraite ou proches de la retraite ne l’ont pas fait compte tenu de la flambée des dépenses. »

Les jeunes sont là pour déguster :

« L’inflation a le plus touché les jeunes Américains – avec plus de 60% des personnes âgées de 18 à 34 ans déclarant qu’elles ont dû réduire leurs cotisations d’épargne afin de compenser la hausse des coûts. »

La solution ? Moins vivre bien entendu :

« Que font les gens pour lutter contre l’inflation ? Les Américains mangent moins au restaurant, font plus attention au magasin, conduisent moins et annulent ou dépensent moins en vacances. »

Et le texte de conclure qu’il faut enseigner la culture économique et financière : c’est ce qu’on fait depuis deux siècles (Thoreau en parle dans son premier et long chapitre de Walden), avec les résultats que l’on sait, prophétisés par Thoreau : quiet desperation.

Les études à trente ou quarante mille euros par an n’aident pas les parents non plus et j’ai des amis chauffeurs de taxi dans mon bled qui travaillent toutes les nuits pour payer les études de droit de leurs filles (l’aînée veut devenir juge féministe).  Bref le cauchemar économiste voulu de A à Z par Macron-Biden-Davos est mis en place, accepté par des populations hébétées qui feront ce qu’il faut pour (sans rire) faire plier la Russie. L’inflation prodigieuse masquée par l’arrivée de l’euro et les instituts économiques et financiers est vieille de deux bonnes décennies. Faites le calcul pour rire. Le plouc moyen a perdu 56.000 euros depuis vingt-cinq ans, vient-on d’apprendre, en fait beaucoup plus.

Quelques données personnelles : j’ai un copain italien millionnaire à Monaco qui m’a dit avant la mise en place du Reset (pardon, avant l’épidémie) qu’il ne se considérait plus comme riche, mais comme faisant partie de la classe moyenne supérieure. Aujourd’hui un riche à Monaco (pour six millions d’euros vous avez un 100m2), vit comme un petit-bourgeois alors que jadis –revoyez vos Guitry –  il avait un hôtel particulier (trente ou cinquante millions maintenant), un butler et un chauffeur. Pour vivre comme un milliardaire en anciens francs il faut être un milliardaire en euros, c’est-à-dire être un oligarque du vaccin, de la bourse ou de la surveillance informatique capitaliste (lisez le livre de Shoshana Zuzoff).

Tout ceci pour dire que le cauchemar dystopique prévu par Dick dans ses visions ou par les films de SF est mis en place et qu’il frappe de plus en plus de monde. La solution ? Voter Macron ou Mélenchon aux législatives comme vont le faire 80% de nos Français ; revoter Biden et raser la Russie.

Et surtout ne vous étonnez de rien : Nietzsche explique dans la Volonté de puissance que chez le petit peuple l’appétit vient en mangeant (§154) ; ils le lui coupent donc cet appétit. Et la liquidation du « useless eater » de nos « élites hostiles » se passera comme à la parade.

Sources :

https://www.zerohedge.com/political/36-americans-making-250000-are-living-paycheck-paycheck

Illustration : Alphonse Legros / Le triomphe de la mort – les bouches inutiles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *