La contre-offensive n’est pas Ukro, elle est OTAN. Et donc différente

Vues : 3164

Source : reseauinternational.net – 10 septembre 2022 – Bruno Bertez

https://reseauinternational.net/la-contre-offensive-nest-pas-ukro-elle-est-otan-et-donc-differente/

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

De nouvelles phases de la guerre commencent. Le coût de l’extension de cette guerre est devenu beaucoup plus élevé.

• À chaud mais vue de haut, l’analyse de Scott Ritter

• Quelques commentaires sur la situation militaire en Ukraine au 9 septembre 2022

On m’a demandé de commenter la situation dans l’est et le sud de l’Ukraine après le début d’une contre-offensive majeure par le Forces armées ukrainiennes (FAU).

Compte tenu de la fluidité de la situation sur le terrain, j’éviterai d’essayer de faire une analyse détaillée des actions spécifiques qui ont eu lieu, ont lieu et auront lieu. Je suis à des milliers de kilomètres du champ de bataille et je reçois des informations incomplètes et souvent contradictoires. Tout effort pour essayer de brosser un tableau complet de ce champ de bataille serait, dans mon cas du moins, une course folle.

Je vais commencer par les premiers principes. La guerre est une affaire compliquée. Tout effort qui néglige cette réalité lors de la promulgation de « solutions » aux problèmes sur le champ de bataille est auto-annulant.

Les armées ukrainienne et russe sont toutes deux de grandes organisations professionnelles soutenues par des institutions conçues pour produire des guerriers qualifiés. Les deux armées sont bien dirigées, bien équipées et bien préparées pour entreprendre les missions qui leur sont assignées. Ils font partie des plus grandes organisations militaires d’Europe.

L’armée russe est composée d’officiers du plus haut calibre, qui ont suivi une formation approfondie dans les arts militaires. Ce sont des experts en stratégie, opérations et tactiques. Ils connaissent leur métier.

L’armée ukrainienne a subi une transformation radicale au cours des années depuis 2014, où la doctrine de l’ère soviétique a été remplacée par une doctrine hybride qui intègre la doctrine et les méthodologies de l’OTAN. Cette transformation s’est considérablement accélérée depuis le début de l’opération militaire spéciale, l’armée ukrainienne passant virtuellement d’un ancien équipement lourd de l’ère soviétique à un arsenal qui reflète plus fidèlement le tableau d’organisation et d’équipement des pays de l’OTAN qui fournissent des milliards de dollars d’équipement et de formation.

Les Ukrainiens sont, comme leurs homologues russes, des professionnels militaires adeptes de la nécessité de s’adapter aux réalités du champ de bataille. L’expérience ukrainienne, cependant, est compliquée par la complexité associée à la tentative de fusionner deux approches doctrinales disparates de la guerre (l’ère soviétique et l’OTAN moderne) dans des conditions de combat. Cette complexité crée des occasions d’erreurs, et les erreurs sur le champ de bataille entraînent souvent des pertes, des pertes importantes.

La Russie a mené trois guerres de style différent au cours des six mois que l’opération militaire spéciale a été en cours.

La première était une guerre de manœuvre, conçue pour s’emparer du plus de territoire possible afin de façonner militairement et politiquement le champ de bataille. L’opération militaire spéciale a été menée avec environ 200 000 forces russes et alliées, qui étaient confrontées à une armée ukrainienne en service actif de quelque 260 000 soldats soutenus par jusqu’à 600 000 réservistes. Le ratio standard 3:1 attaquant-défenseur ne s’appliquait pas – les Russes ont cherché à utiliser la vitesse, la surprise et l’audace pour minimiser l’avantage numérique de l’Ukraine, et dans le processus espérant un effondrement politique rapide en Ukraine qui empêcherait tout combat majeur entre les Forces armées russes et ukrainiennes.

Ce plan a réussi dans certaines régions (dans le sud, par exemple), et a fixé les troupes ukrainiennes sur place et a provoqué le détournement des renforts loin des zones d’opération critiques. Mais cela a échoué stratégiquement – les Ukrainiens ne se sont pas effondrés, mais se sont plutôt solidifiés, assurant un long et dur combat à venir.

La deuxième phase de l’opération russe a permis aux Russes de se regrouper pour se concentrer sur la conquête/libération de la région du Donbass. Ici, la Russie a adapté sa méthodologie opérationnelle, utilisant sa supériorité en matière de puissance de feu pour mener une avance lente et délibérée contre les forces ukrainiennes creusées dans de vastes réseaux défensifs et, ce faisant, atteignant des ratios de pertes sans précédent qui ont fait dix Ukrainiens ou plus tués ou blessés pour chaque victime russe.

***

par Scott Ritter.

Alors que la Russie avançait lentement contre les forces ukrainiennes enfouies, les États-Unis et l’OTAN ont fourni à l’Ukraine des milliards de dollars d’équipements militaires, dont l’équivalent de plusieurs divisions blindées d’équipements lourds (chars, véhicules blindés de combat, artillerie et véhicules de soutien), ainsi qu’une formation opérationnelle approfondie sur cet équipement dans des installations militaires en dehors de l’Ukraine. En bref, alors que la Russie était occupée à détruire l’armée ukrainienne sur le champ de bataille, l’Ukraine était occupée à reconstituer cette armée, remplaçant les unités détruites par de nouvelles forces extrêmement bien équipées, bien entraînées et bien dirigées.

La deuxième phase du conflit a vu la Russie détruire l’ancienne armée ukrainienne. À sa place, la Russie a fait face à des unités territoriales et nationales mobilisées, soutenues par des forces reconstituées formées par l’OTAN.

Mais le gros des forces entraînées par l’OTAN était gardé en réserve.

Ce sont les forces qui ont été engagées dans la phase actuelle des combats – une nouvelle troisième phase.

La Russie se retrouve dans une guerre par procuration à part entière avec l’OTAN, face à une force militaire de type OTAN qui est soutenue logistiquement par l’OTAN, entraînée par l’OTAN, dotée de renseignements de l’OTAN et travaillant en harmonie avec les planificateurs militaires de l’OTAN.

Cela signifie que la contre-offensive ukrainienne actuelle ne doit pas être considérée comme une extension de la bataille de la phase deux, mais plutôt comme le lancement d’une nouvelle troisième phase qui n’est pas un conflit ukraino-russe, mais un conflit OTAN-russe.

Le plan de bataille ukrainien est estampillé « Made in Brussels » partout. La composition des forces a été déterminée par l’OTAN, tout comme le moment des attaques et la direction des attaques. Les renseignements de l’OTAN ont soigneusement localisé les coutures dans les défenses russes et identifié les nœuds critiques de commandement et de contrôle, de logistique et de concentration de réserve qui ont été ciblés par l’artillerie ukrainienne qui opère selon un plan de contrôle de tir créé par l’OTAN.

Les tactiques utilisées par l’Ukraine semblent complètement nouvelles.

Des attaques de sondage sont lancées pour obliger les Russes à révéler leurs tirs défensifs, qui sont ensuite réprimés par des tirs de contrebatterie ukrainiens dirigés par des drones et/ou des radars de contrebatterie. Ensuite, les forces ukrainiennes très mobiles avancent rapidement à travers les coutures identifiées dans la défense russe, pénétrant profondément dans un territoire largement non protégé. Ces colonnes principales sont soutenues par des raids menés par des troupes montées sur véhicules qui frappent les positions arrière russes, perturbant davantage toute réponse russe.

En bref, l’armée ukrainienne à laquelle la Russie est confrontée à Kherson et autour de Kharkov ne ressemble à aucun adversaire ukrainien auquel elle a déjà été confrontée. Avantage, Ukraine.

La Russie, cependant, est un adversaire militaire capable. La possibilité d’une contre-offensive ukrainienne est connue depuis un certain temps. Penser que la Russie a été complètement prise au dépourvu, c’est mépriser le professionnalisme des forces armées russes.

Mais certaines réalités opérationnelles surviennent lorsque la Russie s’est limitée à une structure de forces d’environ 200 000 hommes, en particulier lorsqu’elle combat sur un champ de bataille aussi vaste que celui qui existe en Ukraine. Il n’y a tout simplement pas assez de forces pour faire le tour et, par conséquent, la Russie a déployé des forces dans des secteurs à faible priorité plus légèrement qu’il ne serait autrement conseillé. Ces forces occupent des points d’appui conçus pour couvrir les lacunes entre les points d’appui avec une puissance de feu. Les Russes ont également identifié des forces qui renforceraient ces zones du front faiblement tenues selon les besoins.

Il est possible d’avoir une situation où la Russie a anticipé le potentiel d’une contre-attaque ukrainienne concertée, et pourtant a été encore prise par surprise par la combinaison de nouveaux facteurs qui se sont présentés une fois cette attaque matérialisée. La rapidité de l’avancée ukrainienne était inattendue, tout comme les tactiques utilisées par l’Ukraine. Le niveau de soutien à la planification opérationnelle et de renseignement fourni par l’OTAN à l’appui de cette contre-attaque semble également avoir pris les Russes par surprise.

Mais l’armée russe est extrêmement adaptative.

Ils ont montré une volonté de sauver des vies en abandonnant du territoire, permettant aux Ukrainiens de dépenser des ressources et des capacités sans mener un engagement décisif avec les troupes russes. Au besoin, les troupes russes ont égalé l’audace et le courage des forces ukrainiennes avec leur propre ténacité pleine de courage, tenant bon pour retarder l’avancée ukrainienne tandis que d’autres forces russes se redéployaient.

En fin de compte, il semble que l’Ukraine ait épuisé ses forces de réserve soigneusement rassemblées avant que l’essentiel de la réponse de la Russie ne s’engage. L’offensive de Kherson semble au point mort, et que ce soit à dessein ou par accident, l’offensive de Kharkov s’annonce comme un piège pour les forces ukrainiennes engagées, qui risquent d’être coupées et détruites.

Au bout du compte, cette contre-offensive se soldera par une défaite stratégique ukrainienne. La Russie restaurera le front à ses positions d’origine et pourra reprendre les opérations offensives. Les Ukrainiens, quant à eux, auront dilapidé leurs réserves, limitant leur capacité à répondre à une nouvelle avancée russe.

Cela ne signifie pas que la guerre est finie.

L’Ukraine continue de recevoir des milliards de dollars d’assistance militaire et compte actuellement des dizaines de milliers de soldats qui suivent un entraînement approfondi dans les pays de l’OTAN. Il y aura une quatrième phase, et une cinquième phase… autant de phases que nécessaire avant que l’Ukraine n’épuise sa volonté de se battre et de mourir, ou que l’OTAN n’épuise sa capacité à continuer à approvisionner l’armée ukrainienne.

J’ai dit en avril que la décision des États-Unis de fournir des milliards de dollars d’assistance militaire avait « changé la donne ».

Ce à quoi nous assistons aujourd’hui en Ukraine, c’est à quel point cet argent a changé la donne.

Le résultat est plus de forces ukrainiennes et russes mortes, plus de civils morts et plus d’équipements détruits.

Mais le jeu final reste le même : la Russie gagnera. C’est juste que le coût de l’extension de cette guerre est devenu beaucoup plus élevé pour toutes les parties impliquées.

3 pensées sur “La contre-offensive n’est pas Ukro, elle est OTAN. Et donc différente

  • 11 septembre 2022 à 14 h 54 min
    Permalink

    POUR QUELLES RAISONS LA RUSSIE N’UTILISE-T-ELLE PAS SES EXCELLENTS ET TRES PERFORMANTS MOYENS DE BROUILLAGE DE COMMUNICATION ?

    G.

    Répondre
    • 11 septembre 2022 à 23 h 57 min
      Permalink

      Pour ne pas s’embrouiller eux même peut être, mais probablement pour ne pas gêner les fréquences civil et puis cette question n’a queue ni tête et qui vous dit qu’ils ne brouillent pas ou que le brouillage n’est pas fait de l’autre coté. Personne ne peut le savoir, sauf les militaires responsables des transmissions et communications sur le terrain. Bon je vois que vous êtes un peu jeune, mais c’est bien de poser la question. Avec tous les moyens de communications existants, y aura toujours une parade et au pire des cas ils leur reste quelques pigeons voyageurs protégés par le droit des animaux de LOTAN et de LONU, impossible de faire un carton, c’est interdit. Sachez jeune homme qu’une guerre n’est gagnée ou perdue que si le secret existe.

      Répondre
  • 11 septembre 2022 à 18 h 25 min
    Permalink

    Bonjour, Pourquoi la Russie n’utilise-t-elle pas des armes de destruction massive localement pour compenser son faible effectif ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *