Laboratoires biologiques américains en Ukraine : un danger pour toute l’Europe

Vues : 5296

Suite du travail de Strategika sur cette actualité en cours. Voir aussi ici.

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Pas une théorie du complot

La sous-secrétaire d’État américaine Victoria Nuland a confirmé qu’il existe des installations spéciales de recherche biologique en Ukraine et que les États-Unis s’efforcent d’empêcher leur transfert sous contrôle russe. Elle a fait cette déclaration mardi 8 mars lors d’une séance de la commission sénatoriale des affaires étrangères, répondant à une question sur la question si l’Ukraine possédait des armes chimiques et biologiques.

“L’Ukraine possède des installations de recherche biologique, dont nous sommes en fait très inquiets maintenant que les troupes russes, les forces russes, pourraient en prendre le contrôle”, a déclaré Nuland. “Nous travaillons donc avec les Ukrainiens sur la manière dont ils peuvent empêcher que l’un de ces matériaux de recherche ne tombe entre les mains des forces russes s’ils s’approchent”, a-t-elle ajouté. [1]

Ainsi, la sous-secrétaire d’État Victoria Nuland a confirmé qu’il existe des “installations de recherche biologique” en Ukraine dans lesquelles les États-Unis sont impliqués. De plus, selon elle, les États-Unis tentent de cacher des “matériaux de recherche” à la Russie. Dans le passé, les États-Unis et les médias grand public ont qualifié les rapports de laboratoires américains à l’étranger de théorie du complot. Maintenant, ils ont finalement admis que c’est un fait.

Ce n’est pas la première fois que les États-Unis sont accusés de développer des armes biologiques dans des pays tiers. La Russie et la Chine ont déjà soulevé la question. Ce n’est pas un hasard si le 8 mars, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a appelé les États-Unis à divulguer les informations sur leurs programmes militaro-biologiques à l’étranger. Selon lui, les activités militaires et biologiques des États-Unis ne se limitent pas à l’Ukraine ou aux pays de la CEI. Les États-Unis comptent 336 laboratoires dans 30 pays.[2]

Qu’est-ce qu’ont dit les Russes ?

Le 6 mars, le porte-parole du ministère russe de la Défense, le général de brigade Igor Konashenkov, a déclaré que la partie ukrainienne, avec les États-Unis, tentait de se débarrasser des preuves de travail conjoint dans les laboratoires militaro-biologiques en Ukraine.

Le même jour, le ministère russe de la Défense a fourni aux médias les documents originaux du ministère ukrainien de la Santé sur la destruction d’agents pathogènes (peste, anthrax, tularémie et choléra) et les actes de destruction dans les biolaboratoires de Poltava et de Kharkov.

Le 7 mars, Igor Kirillov, chef de la défense radioactive, chimique et biologique des forces armées du ministère russe de la Défense, a déclaré que “sur le territoire de l’Ukraine, il existe un réseau composé de plus de 30 laboratoires biologiques, qui peuvent être divisés en laboratoires de recherche et sanitaires et épidémiologiques ». L’officier militaire russe a souligné que “l’Agence de réduction des menaces de défense (DTRA) est le client du travail effectué. Une société affiliée au département militaire, principalement Black and Veatch, participe à la mise en œuvre des projets”.[3]

Selon le ministère russe de la Défense, le contrôle du Pentagone sur les laboratoires biologiques en Ukraine suscite de sérieuses inquiétudes.

Outre le Pentagone, le ministère allemand de la Défense a été impliqué dans des activités d’armes biologiques en Ukraine en 2020-2021.

Big Pharma et armes biologiques

Après l’effondrement de l’URSS, les États-Unis ont tout fait pour prendre le contrôle des centres soviétiques situés en dehors de la Russie liés au programme d’armes biologiques. Des laboratoires biologiques sont apparus en Géorgie, en Ukraine, en Arménie et au Kazakhstan sous le contrôle du Pentagone. Cependant, les activités de toutes ces organisations sont extrêmement opaques. Comme dans le cas des prisons secrètes de la CIA, qui fonctionnaient en dehors des États-Unis, l’un des principaux objectifs du placement de programmes d’étude de virus et d’agents pathogènes à l’étranger est de cacher cette activité au public américain et européen.

L’ancien conseiller de l’ancien président géorgien Mikhaïl Saakashvili, le journaliste Jeffrey Silverman, affirme que les laboratoires biologiques américains dans l’ex-Union soviétique sont utilisés pour l’expérimentation humaine :

“Le laboratoire Lugar, situé aux environs de Tbilissi, produit des substances dangereuses qui sont testées sur la population locale. Je suis sûr que des expériences dangereuses sur les animaux et les humains ont lieu en Géorgie”, a déclaré Silverman. [4]

Selon l’ancien ministre géorgien de la Sécurité de l’État, Igor Giorgadze, au Centre Richard Lugar de Tbilissi, le travail a été effectué pour créer des virus. Des expériences ont été menées sur des êtres humains. Selon les données de décembre 2015, 30 personnes ont été traitées en laboratoire et sont décédées de l’hépatite C. Dans le même temps, 24 patients sont décédés de manière documentée le même jour. Le nom de chaque patient n’a pas été divulgué et un numéro de laboratoire leur a été attribué. Aucune enquête sur leur mort n’a été menée.

Selon des données confidentielles du ministère géorgien de la Santé, tous les patients ont reçu un médicament antiviral développé par la société pharmaceutique américaine Gilead Sciences, dont une partie appartenait à l’ancien secrétaire américain de la Défense Donald Rumsfeld. Gilead Sciences et d’autres grandes entreprises américaines ont également utilisé leurs relations avec les dirigeants politiques ukrainiens pour s’emparer du marché ukrainien. De plus, des entreprises américaines utilisent l’Ukraine comme terrain d’essai pour les médicaments contre le coronavirus, et des laboratoires américains en Ukraine menaient des expériences sur les militaires ukrainiens.[5]

Le ministère russe de la Défense accuse les États-Unis d’avoir propagé une souche de peste porcine africaine avec une contagiosité accrue en 2017. Selon eux, il y a eu une fuite d’un laboratoire du Pentagone en Géorgie. La maladie a entraîné de graves problèmes dans l’industrie de la viande en Ukraine et en Pologne.

L’ancien médecin sanitaire en chef de la Russie et académicien de l’Académie des sciences russe Gennady Onishchenko estime que les élaborations américaines peuvent provoquer des maladies et des décès parmi les civils :

“Si ces laboratoires, Dieu nous en préserve, fonctionnent et sont chargés de remplir leur fonction, les soldats américains ne s’y présenteront jamais. Il y aura une augmentation de mordibité parmi la population locale, et pas seulement de mordibité, mais de mortalité. Et, bien sûr, ce sera aussi sur notre territoire, car les Américains préparent leur architecture de combat pour l’utiliser contre nous. Ce seront des victimes, non pas des victimes militaires, mais des victimes civiles : des femmes, des enfants, des personnes âgées. Le but de tout cela est de déstabiliser la situation, pour fournir une base aux accusations selon lesquelles, par exemple, “les Russes ont fait quelque chose là-bas et continueront à faire quelque chose”.

Et après ?

Selon Onishchenko, “en plus des mesures économiques et autres, le Pentagone prévoit d’utiliser ces formules de combat contre notre pays et de déstabiliser la situation, d’arrêter l’économie, etc.” Ainsi, la partie russe s’attend à une opération sous fausse bannière ou au début d’une nouvelle pandémie, qui pourrait être causée par l’utilisation secrète d’armes biologiques par les États-Unis.

Pour leur part, les États-Unis se préparent déjà à blâmer la Russie pour d’éventuels incidents avec des agents pathogènes dangereux en Ukraine. Ainsi, après que Victoria Nuland eut admis que l’Ukraine possédait des “installations de recherche biologique”, le sénateur Marco Rubio a tenté de la sauver en posant une question directrice :

“S’il y a un incident ou une attaque avec des armes biologiques ou chimiques à l’intérieur de l’Ukraine, y a-t-il le moindre doute dans votre esprit qu’à 100%, ce seraient les Russes qui seraient derrière tout cela ?”

Nuland a répondu « Il n’y a aucun doute dans mon esprit, sénateur. Et c’est une technique russe classique de blâmer l’autre gars ce qu’il prévoit de faire lui-même. »

Une intervention commentée ainsi par le journaliste américain Glenn Greenwald :

“Très bon nettoyage par Rubio : interrompre les aveux bizarres de Nuland, auxquels il ne s’attendait pas, et lui ordonner immédiatement de dire que s’il y a une attaque biologique, ce doit être la Russie” [6

Les laboratoires biologiques américains en Ukraine représentent un grave danger surtout pour l’Europe ; après le début des hostilités dans ce pays, le danger d’apparition de maladies mortelles ou de nouveaux virus encore inconnus s’accroît. Mais les dirigeants européens, au lieu de prendre des initiatives de paix, jettent de l’huile sur le feu, alimentant le conflit en Ukraine avec de l’argent, des armes et des “volontaires”. Mais la prolongation du conflit en Ukraine pourrait avoir des conséquences dangereuses pour tous les Européens, quelles que soient leurs opinions politiques, leurs attitudes envers le conflit, la Russie, l’Ukraine ou les États-Unis.


[1] https://www.rubio.senate.gov/public/index.cfm/press-releases?id=E579E02B-3BA3-4FED-A515-A175384AD9D0

[2] http://french.news.cn/amerique_du_nord/2022-03/08/c_1310506108.htm

[3] https://z.mil.ru/spec_mil_oper/news/more.htm?id=12412052@egNews

[4] https://www.veteranstoday.com/2022/02/21/secret-bat-lab-does-the-us-pay-for-he-death-of-citizens-of-georgia/

[5] https://dcweekly.org/2021/11/27/big-pharma-using-ukrainian-citizens-as-disposable-lab-rats/

[6] https://twitter.com/ggreenwald/status/1501313747754881031

8 pensées sur “Laboratoires biologiques américains en Ukraine : un danger pour toute l’Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.