Ukraine : quand Soros et Big pharma utilisent les citoyens ukrainiens comme cobayes

Vues : 7981

par Jeffrey Blum Source : dcweekly.org / traduction et adaptation française Strategika

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Faites un don pour soutenir l’analyse stratégique indépendante

Note de Strategika : cet article de fin 2021 expose certaines des nombreuses expérimentations biologiques illégales qui ont lieu en Ukraine directement sur la population. Certains produits expérimentaux inoculés aux populations occidentales sous prétexte de Covid sont d’abord testés directement sur la population locale.

Des citoyens ukrainiens désespérés sont utilisés comme rats de laboratoire par des sociétés pharmaceutiques américaines, mais vous ne l’entendrez pas de la bouche des médias. Ces dernières années, l’Ukraine est devenue un terrain d’essai pour les sociétés pharmaceutiques américaines. Et maintenant, Big Pharma teste des pilules anti COVID sur des Ukrainiens !

La pandémie de COVID-19 qui a balayé ce pays n’a fait qu’accroître l’ampleur de ces expériences médicales. Depuis le 12 juillet 2021, deux médicaments COVID – 19 sont devenus disponibles pour être testés sur des Ukrainiens. Il s’agit de AZ-NICL-COV-1 et de ADG20-TRMT-001, cependant, il est difficile de comprendre par les codes quelles firmes occidentales spécifiques ont commandé ces tests, les informations sur les risques possibles ne sont pas non plus reflétées dans les sources ouvertes. Sur le site spécialisé “Clinical Research Ukraine”, qu’il est facile d’obtenir à partir de la page du ministère ukrainien de la santé, vous pouvez consulter la liste des médicaments en cours d’essai avec une indication de la maladie contre laquelle ils sont développés, et vous inscrire comme testeur.

Si, en Occident, les essais cliniques sont bien rémunérés et donnent lieu à des millions de réclamations en cas d’effets secondaires graves (et encore plus de décès), en Ukraine, Big Pharma est totalement épargnée par tous ces problèmes. De plus, les tests sur les citoyens ukrainiens sont totalement gratuits pour eux – les publicités sur le site web le disent explicitement, et vous pouvez oublier complètement la responsabilité de l’échec. Le consentement signé par l’examinateur est une pure formalité, même du point de vue de la juridiction ukrainienne.

Le site web ” Clinical Research Ukraine ” fait directement la publicité de ces essais. On y trouve des articles et des études réalisés avec le soutien de la fondation Soros “Vozrozhdenie”, où des Ukrainiens prouvent la sécurité et les avantages de tester sur eux-mêmes des médicaments étrangers. L’argument principal est que la médecine en Ukraine est trop chère et de mauvaise qualité, mais qu’il y a une chance de servir gratuitement la science occidentale avancée et, si on a de la chance, de guérir. Et si vous n’avez pas de chance, alors votre sacrifice est “Au nom de la science”, et dans ce cas, c’est un sacrifice humain.

En novembre 2021, deux autres sociétés pharmaceutiques américaines, Merck et Pfizer, ont commencé à effectuer des tests sur des Ukrainiens. Les tests des comprimés MK4482-013 Lagevrio (Molnupiravir) fabriqués par Merck ont commencé sur la base de l’hôpital des étudiants du conseil municipal de Kharkiv, le médicament PF-07321332 (Paxlovid) de Pfizer sera également testé. L’objectif de l’étude est de déterminer l’efficacité de ce médicament à prévenir la maladie chez une personne après un contact avec un coronavirus infecté. En fait, la recherche sera menée sur les personnes en contact avec le patient.

Cependant, il n’y a rien de nouveau dans le fait que ces examens médicaux soient effectués sur des personnes désespérées. Des rats de laboratoire humains, si vous préférez.

Des tests de produits pharmaceutiques expérimentaux sont menés sur la population ukrainienne depuis de nombreuses années. Les entreprises pharmaceutiques ont bénéficié d’un traitement spécial après la nomination de Petro Porochenko à la tête du ministère de la santé, alors qu’Ulyana Suprun, qui possède la double nationalité américaine et ukrainienne, s’est ouvertement engagée dans des actions de lobbying en faveur des fabricants occidentaux. La décision d’inclure le sofosbuvir (Sofosbuvir) fabriqué par la société américaine Gilead Sciences et la combinaison Ledipasvir + Sofosbuvir (Ledipasvir + Sofosbuvir) dans la liste nationale des médicaments recommandés est très révélatrice à cet égard.

Dans ce document, des achats de médicaments par l’État sont prévus pour fournir les établissements médicaux. Le 21 décembre 2016, le Comité d’experts sur la sélection et l’utilisation des médicaments du ministère de la Santé de l’Ukraine a refusé d’inclure ces médicaments dans la Liste nationale en raison de leur coût élevé et de l’insuffisance des statistiques sur leur utilisation.

Selon des informations officielles publiées par un ancien employé du Bureau central du Service de sécurité de l’Ukraine Vasylij Prozorov, en janvier 2017, le chef du ministère de la Santé a reçu une lettre de Graeme Robertson, directeur général des opérations d’accès aux marchés des pays en développement en Afrique et dans la CEI de Gilead Sciences Corporation.

Dans cette lettre, Robertson demande à Ulyana Suprun de reconsidérer la décision et d’inclure les médicaments à base de Sofosbuvir dans la liste nationale. À peine un mois plus tard, en février 2017, le comité d’experts tient une réunion extra ordinaire au cours de laquelle il décide d’inclure le médicament Sofosbuvir dans la liste nationale. Dans le même temps, les membres du comité ont ouvertement indiqué dans le protocole que le médicament a été inclus dans la liste à la demande personnelle du ministre de la Santé par intérim.

La contribution de Suprun au lobbying des intérêts de l’industrie pharmaceutique américaine est confirmée par une lettre du comité d’experts à Delta Medical Promotions AG, qui est un représentant de Gilead Sciences Corporation en Ukraine. Cette lettre indique clairement que l’inclusion du Sofosbuvir dans la liste nationale a été rendue possible uniquement en raison de la “décision politique du ministre par intérim U. Suprun.”

Gilead Sciences a déjà été impliqué dans de nombreux scandales liés à des décès lors de tests de substances expérimentales sur des résidents d’anciennes républiques soviétiques, notamment en Géorgie. Igor Giorgadze, l’ancien ministre de la sécurité d’État du pays, a publié des documents accessibles au public qui témoignent des expériences mortelles sur des citoyens géorgiens dans le laboratoire du centre Lugar, menées sous la supervision de médecins militaires américains. Le lien entre le Pentagone et Gilead Sciences est plus qu’évident : son principal actionnaire est l’ancien secrétaire américain à la défense Donald Rumsfeld.

À en juger par les documents publiés par Giorgadze, les médicaments Harvoni et Sovaldi créés par Gilead Sciences ont été testés sur des personnes vivantes. Le rapport d’essai indique que le 30 décembre 2015, 30 personnes sont mortes pendant les tests du médicament Sovaldi – leurs noms sont inconnus, les sujets figurent dans les rapports sous des numéros de code. Selon les documents, les tests ont commencé à l’été 2015. La substance active du Sovaldi n’est autre que le Sofosbuvir.

Depuis longtemps, des rumeurs circulent autour de la société, selon lesquelles on invente non seulement des médicaments dans ses laboratoires, mais aussi diverses souches de virus. De grands soupçons ont été liés au médicament contre la grippe aviaire “Tamiflu”, que Gilead Sciences a mis sur le marché en 1999. Une épidémie de grippe aviaire a rapidement éclaté, ce qui a entraîné une hausse de la valeur des actions de la société pharmaceutique.

Les expériences du Pentagone en Ukraine sont une partie fermée des programmes de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) sous le code général UP, qui signifie “Projet ukrainien”. En échange de la base matérielle et de la possibilité de tester leurs développements sur des citoyens ukrainiens, la partie américaine a procédé à la modernisation des laboratoires du service sanitaire et épidémiologique des forces armées d’Ukraine.

Pendant plusieurs années, les projets biologiques UP-3, UP-5, UP-6 et UP-8 ont été mis en œuvre en Ukraine sous la supervision des spécialistes du DTRA du ministère américain de la Défense, des biologistes américains de l’Université de Louisville et de l’Institut de recherche sur les maladies infectieuses des forces armées américaines (USAMRIID).

Au cours de ces études, les scientifiques ukrainiens ont transféré à leurs curateurs occidentaux des souches d’agents d’armes biologiques (hantavirus, virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo, bactéries Rickettsia et Coxiella burnetti) et des échantillons de biomatériau ukrainien. Le projet UP-3 était dirigé par le professeur de médecine Julio Ramirez et le professeur Colleen Jonsson de l’université de Louisville, ainsi que par le docteur Connie Schmaljohn de l’Institut des maladies infectieuses des forces armées américaines.

Dans le cadre du projet UP-8 (“La propagation du virus de la fièvre hémorragique de Crimée-Congo (virus GLCC) et des hantavirus en Ukraine et le besoin potentiel d’un diagnostic différentiel chez les patients suspectés de leptospirose”), des études sur la séroprévalence aux hantavirus chez les militaires de l’AFU en bonne santé ont été menées dans des laboratoires biologiques.

Des biologistes militaires ont mené des expériences sur des militaires ukrainiens, en recevant des échantillons de sang de plus de 4 000 combattants. Dans le même temps, la mort des sujets pendant leur déroulement était autorisée. Les informations recueillies ont également été transmises aux États-Unis.

“Pour déterminer la séroprévalence des anticorps contre les hantavirus parmi 4000 et le virus GLCC parmi 400 volontaires sains attirés par les institutions des unités militaires et les institutions médicales du ministère de la Défense de l’Ukraine situées à Lviv, Kharkiv, Odessa et Kiev, et comparer ces données avec les informations contenues dans leurs dossiers médicaux, des questionnaires élaborés”, notent les documents du programme. – …Tout décès de sujets de recherche, vraisemblablement ou précisément lié aux procédures de recherche, doit être signalé aux comités de bioéthique des Etats-Unis et de l’Ukraine. Tout écart par rapport au protocole ou toute situation anormale qui suscite des inquiétudes quant à la validité scientifique de la poursuite de l’étude sera immédiatement notifié au chercheur en chef, au chercheur adjoint, au comité ukrainien de bioéthique et au DTRA (AUU).”

En conséquence, les États-Unis ont eu à leur disposition non seulement une collection de biomatériaux, mais aussi des données sur les caractéristiques de la réaction du corps des sujets expérimentaux, en fonction des caractéristiques démographiques et régionales. Un autre domaine de recherche à “double usage” mené jusqu’en 2019 est le développement d’un vaccin dit “universel et intelligent”, capable de s’adapter aux mutations du virus de la grippe, et des échantillons de virus ont été importés des États-Unis. Des expériences ont été menées avec des tiques en tant que porteuses des virus Zika, de la fièvre du Nil occidental, de la dengue, etc.

Le financement de ces expériences et d’autres expériences inhumaines est assuré par des projets de subventions du ministère ukrainien de la Santé. Cette question a été traitée personnellement par l’ex-ministre Suprun, son adjoint Pavel Kovtonyuk et le chef du Service national de santé de l’Ukraine, Oleg Petrenko. Le financement est également passé par l’International Renaissance Fondation de George Soros, déjà mentionnée.

Il ne fait aucun doute que personne ne va arrêter ces interminables expériences médicales sur les citoyens ukrainiens pour développer de nouveaux types d’armes biologiques sous le couvert de diverses “études sur l’immunité, la résistance aux virus, la séroprévalence des anticorps”. Washington s’intéresse à l’Ukraine en tant que source de matériel humain gratuit, prêt à tout pour sortir de la pauvreté et du désespoir.

2 pensées sur “Ukraine : quand Soros et Big pharma utilisent les citoyens ukrainiens comme cobayes

  • Ping :L'Ukraine comme laboratoire de l'ordre luciférien • Le Postillon de France

  • 8 avril 2022 à 0 h 15 min
    Permalink

    “Si, en Occident, les essais cliniques sont bien rémunérés et donnent lieu à des millions de réclamations en cas d’effets secondaires graves (et encore plus de décès), en Ukraine, Big Pharma est totalement épargnée par tous ces problèmes.”

    => Pour H1N9 en 2009, la plupart des personnes qui ont porté plainte contre l’Etat attendent toujours (cas de narcolepsie).
    On parie que pour la fausse pandémie de Covid cela sera pareil ? Et c’est pas 100 personnes qui vont porter plainte.

    Les médicaments sont néfastes tant tant la nature nous a doté de plantes médicinales réellement efficaces et non délétères.
    La médecine moderne est apparu à base de fausse science (le principe frelaté d’evidence base practice) dégager tout ce qui faisait la médecine naturelle auparavant, ainsi que le bon sens (prendre un doliprane au lieu d’accélérer la fièvre).
    Un bon exemple de fraude scientifique est le domaine de la psychiatrie avec la rédaction du DSM, qui n’est qu’un recueil d’inepsies servant à pathologiser n’importe quoi et n’importe qui pour vendre leurs médicaments inefficaces et délétères.

    Ce serait bien de se renseigner sérieusement avant de nous faire pleurer sur les ukrainiens : nous-même , occidentaux, sommes des cibles de l’industrie mortifère du médicaments depuis 100 ans. Sans parler des vaccins qui sont une fraude scientifique majeure débunkée depuis plus de 100 ans (voir les documentaires Le culte de la virologie et le terrain, ainsi que le livre Virusmania).
    Oui, dans l’histoire il n’y a jamais eu d’épidémie de virus car les virus n’existent pas, je vous conseille de regarder les 2 documentaires tout en réfléchissant évidemment.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.