Retour sur le discours historique de Vladimir Poutine – Alexandre Douguine

Vues : 2357

Abonnez-vous au canal Telegram Strategika pour ne rien rater de notre actualité

Pour nous soutenir commandez le livre : “Globalisme et dépopulation” édité par Strategika

source : geopolitika.ru

Le 30 septembre 2022 a marqué un tournant historique. Ce jour-là, tous les événements récents, déjà d’une importance considérable, ont atteint leur point culminant. Le 30 septembre, tout était important : non seulement ce qui a été dit, ce qui a été fait, ce qui a été signé, mais aussi comment cela a été formulé, avec quelle expression du visage et avec quelle voix cela a été prononcé. Tout compte fait, c’était un tournant. Pas une routine, pas la continuation d’une tendance, mais un nouveau départ. Dans le platonisme, il existe un terme important, “epistrophê”, qui signifie en grec “changement brusque de direction”, “changement de ligne”, “changement de cap” et, dans son sens le plus sublime, “grand retour à la source”. Le 30 septembre 2022 a été un moment capital – dans la politique russe, dans le conflit ukrainien, dans l’histoire du monde.

L’acceptation de quatre nouvelles entités – la RPD, la RPL et les régions de Kherson et de Zaporozhye – au sein de la Russie après des référendums populaires est devenue quelque chose de bien plus important que la réunification de la Russie avec la Crimée. Il est désormais clair pour tout le monde que Moscou est allé jusqu’à remettre en cause les accords de Belovezh (auxquels Poutine a fait allusion dans son discours historique), ce qui signifie que nous nous dirigeons vers une révision de toute l’histoire post-soviétique de la Russie et donc du monde.

Le discours du président a explicitement codifié les concepts clés : “Grande Russie”, “civilisation-pays”, printemps russe, “mission de libération”, multipolarisme, “véritable souveraineté stratégique”, “voie du développement souverain”, mouvement anticolonial, rejet radical de l’hégémonie occidentale et des prétentions d’un ordre mondial unipolaire. Poutine a déchaîné ses attaques contre l’ensemble de l’ordre mondial occidentalo-centré, qu’il a assimilé à un système néocolonial raciste, à l’impérialisme agonisant et à l’apartheid.

Les masques sont tombés. La Russie, à un nouveau tournant de son existence historique, est entrée dans une dure confrontation avec l’Occident collectif.

Cette fois, la confrontation englobe pratiquement toutes les dimensions :

  • Géopolitique (la puissance terrestre, Land Power, riposte à la puissance maritime, Sea Power, dans la bataille pour le Rimland, après une ère de retraites et de défaites) ;
  • civilisationnel (la Russie, en tant que civilisation particulière et séparée, se rebelle contre la civilisation de l’Occident post-moderne collectif, lui dénie le droit d’être unique, universelle, obligatoire, et reconnaît le droit des autres civilisations à leur propre identité et indépendance)
  • économique (les relations économiques entre la Russie et l’Occident s’effondrent rapidement, et l’affaiblissement du North Stream par les Anglo-Saxons est la touche finale de ce divorce économique)
  • culturelle (la Russie ne jure que par les valeurs traditionnelles, l’homme, son droit à l’existence, la foi, la famille normale, la liberté et la justice, et rejette l’individualisme, le post-humanisme, la culture de l’abolition, les LGBT, le féminisme, la légalisation de la perversion et le satanisme ouvert de l’Occident) ;
  • Militaire (en Ukraine et maintenant aux frontières occidentales de la Russie elle-même, une confrontation militaire féroce a lieu dans laquelle l’ennemi est de facto, mais pas de jure, l’OTAN, qui arme et supervise les nazis ukrainiens).

Tout ceci est explicitement et littéralement contenu dans le discours du Président lors de la signature du traité d’adhésion des 4 nouvelles entités à la Russie. Ce discours est la trame d’une véritable idéologie, qui culmine dans les mots du philosophe Ivan Ilyin – un serment d’allégeance à la Russie, à l’Idée russe.

Bien sûr, c’est encore loin d’être une victoire, mais c’est une consolidation très claire et cohérente des principaux facteurs qui feront de cette victoire une réalité. Vous ne pouvez gagner la bataille qu’en y entrant et en étant pleinement conscient de ce qui se passe – les risques, les enjeux, les ressources, les options. C’est exactement ce qui a été fait le 30 septembre. En Russie, la période difficile des demi-sommeils, des compromis, des euphémismes, des formules simplifiées et des illusions résiduelles sur la véritable nature de l’Occident moderne est terminée.

Le discours historique de Poutine a été précédé d’une série de mesures d’une importance fondamentale. Chacun d’entre eux était une condition préalable à l’ensemble du contexte des événements du 30 septembre.

Après notre récente retraite à Kharkiv et la percée de l’AFU, les dirigeants ont pris des mesures claires et sans équivoque :

  • La tenue de référendums dans les 4 régions sur l’adhésion à la Russie (nécessaire pour l’enracinement complet et irréversible de ces régions dans le cadre politique et juridique de la Russie) ;
  • L’annonce d’une mobilisation partielle en Russie même (comme condition pour le renforcement numérique et qualitatif de l’armée russe en difficulté) ;
  • l’introduction dans la législation de dispositions relatives à la désertion (qui éliminent le problème des 500 réfractaires au contrat), le renforcement des responsabilités en cas de perturbation de l’ordre de défense et la clarification des concepts de “loi martiale” et de “temps de guerre”.
  • Dans le même temps, les forces anglo-saxonnes ont fait exploser le gazoduc Nord Stream dans le but de couper définitivement l’Europe continentale (en particulier l’Allemagne) de la Russie. En Italie, pendant ce temps, une coalition de droite antimondialisation a remporté les élections – pas très amicale, mais tactiquement utile à la Russie.

L’acte même d’unir les terres et le discours de Poutine lors de la cérémonie ont ajouté une dimension cruciale à ces étapes techniques tout à fait nécessaires et au contexte international. En réalité, le Président a proclamé une idéologie – une idéologie russe, qui incorporait organiquement les principes d’orthodoxie et les confessions traditionnelles des peuples de Russie, les idées des slavophiles, des eurasiens, et la loyauté envers les actes héroïques du peuple soviétique. Il est maintenant très clair qui est en guerre, avec qui et pourquoi il est en guerre.

Il est important de noter que l’Ukraine a juste été évoquée dans son discours. Poutine a principalement attaqué l’Occident collectif, les élites libérales du monde, le mondialisme et le racisme, l’hégémonie mondiale et la volonté injuste et vicieuse du système occidental de maintenir un monde unipolaire. L’Ukraine n’est pas un sujet, mais seulement un outil cyniquement construit, saturé d’idéologie nazie russophobe, pour combattre la Russie. L’Ukraine n’est pas un pays, mais un territoire dans la bataille de la civilisation, et le choix de ses quatre anciennes régions montre clairement de quel côté se trouve le peuple ukrainien. Ils sont du côté de notre civilisation russe slave orientale commune, et il n’y a aucune ambiguïté ici. Toute avancée en direction de l’Ouest sur ce territoire signifiera la libération de nouvelles couches de notre population indigène, la libération de l’hégémonie occidentale et de ses mandataires pervers et sanguinaires. La lutte contre le régime de Kiev s’apparente à une opération antiterroriste, mais il ne sert à rien de parler aux terroristes eux-mêmes : nous devons nous occuper de leurs véritables maîtres. C’est ce dont parlait Poutine dans son discours.

En octobre 2022, la Russie est entrée dans une nouvelle ère, celle de l’Idée. Tout ce que nous avions seulement deviné, supposé et espéré est maintenant appelé par son nom. La Russie est une civilisation dont le code de base est la Tradition. S’y oppose une autre civilisation, dont le code est l’anti-tradition, la déshumanisation de l’homme, le mensonge, l’agression, l’exploitation des pays et des peuples, le néo-colonialisme, la terreur et le mal. Dans le même temps, l’Occident collectif revendique aussi l’universalité de son modèle, ne laissant à personne le droit de choisir autrement. On peut choisir l’un plutôt que l’autre. Quiconque n’est pas d’accord est immédiatement affublé de terribles étiquettes : “fasciste”, “agent de Poutine” ou simplement “russe”. La russophobie aujourd’hui est aussi une idéologie, une idéologie mondialiste occidentale, qui pue la haine envers son contraire, le bon et le mauvais. Être russe, être avec la Russie, signifie être du côté de la Vérité.

Cette dimension idéologique nous fait porter un regard nouveau sur l’opposition libérale en Russie, sur les actes terroristes tentés en Russie par des réseaux et des groupes pro-occidentaux et, le plus souvent, techniquement dirigés par Kiev, et sur la tentative honteuse des conscrits et des personnes simplement effrayées de fuir le pays à un moment critique et crucial. Il ne s’agit pas seulement d’une peur pour sa propre peau ou d’un libre choix de sa voie, mais d’une défection du côté du mal global. C’est un acte de Judas, un crime moral – envers soi-même en premier lieu, envers son âme, mais aussi envers la nation, l’État, les ancêtres, les descendants, l’histoire. Ce qui importe, ce n’est pas ce qu’une personne donnée ressent à l’égard du régime politique de la Russie d’aujourd’hui (la critique et la méfiance peuvent être présentes), mais ce qu’elle ressent à l’égard d’elle-même, de sa patrie, de sa civilisation et de sa culture.

Fuir ou ne pas fuir, trahir ou ne pas trahir est un choix existentiel. Le destin de Judas est triste : il n’a pas pu faire face à son crime et s’est étranglé. Des multitudes de jeunes gens fuyant la Russie ont hélas suivi son terrible chemin, qui ne suscite que mépris et dégoût. Et vice versa : ceux qui ont non seulement accepté la mobilisation, mais se sont portés volontaires, à la lumière nouvelle des cataclysmes historiques, accomplissent un véritable exploit moral, spirituel, religieux. C’est le chemin de la loyauté et de l’honneur, le chemin qui mène à la lumière et à la sainteté. Il s’agit également d’une “epistrophê”, d’un retour à son essence, à sa nature spirituelle intérieure.

Dans ce contexte, les questions techniques de la campagne militaire passent au second plan. Aujourd’hui, les territoires de la RPD et de Zaporozhye appartiennent à la Russie, et la libération des zones encore occupées par l’ennemi est une affaire nationale. En pratique, cependant, cela ne peut être réalisé sans libérer le reste des terres de Novorossi – de Kharkov à Odessa ; alors la même question se posera pour l’Ukraine centrale et aussi l’Ukraine occidentale. Mais ceci est encore au-delà de l’horizon. Il est maintenant crucial d’arrêter les tentatives des nazis de Kiev de mener une contre-offensive.

Bien sûr, des conclusions doivent être tirées après la précédente percée de l’AFU sur le front de Kharkiv, et elles le seront certainement, mais maintenant le facteur idéologique se fera également sentir dans la campagne militaire. La guerre avec l’Occident prend une toute autre dimension. Il s’agit d’un combat spirituel entre le Bien et le Mal, et lorsqu’un guerrier le réalise au plus profond de son âme, il se bat d’une manière différente, et la société se tourne vers l’arrière, travaille pour la victoire, donne toutes ses forces, et vit dans le même souffle que les héros qui défendent sa liberté. C’est la loi de la guerre sacrée, car cette guerre est devenue définitivement sacrée.

Il n’y a pas lieu d’être euphorique. Nous devons comprendre la profondeur de la responsabilité historico-métaphysique qui incombe à chacun d’entre nous. Pas seulement sur l’État, mais sur le peuple, sur chaque personne.

Mais la chose la plus importante s’est produite : tout a finalement acquis un sens ; cela signifie que tous les inconcevables sacrifices angoissants du passé et, hélas, de l’avenir, ne sont pas et ne seront pas vains.

Revoir le discours intégral :

2 pensées sur “Retour sur le discours historique de Vladimir Poutine – Alexandre Douguine

  • 7 octobre 2022 à 1 h 42 min
    Permalink

    Pourquoi V.V. Poutine oblige-t-il à la vaccination anti covid ? Soit il ne savait pas soit il est complice . Contre toute forme de mondialisme uni ou multi mais pour une communauté humaine émancipée .
    Poutine n’est pas le sauveur , l’Histoire avance ses pions. Humilité , patience et méthode .

    Répondre
    • 15 octobre 2022 à 2 h 25 min
      Permalink

      L’avenir nous dira s’il fait partie du plan mondialiste. Pour ma part tout me donne à penser que non. Le Covid existe mais n’est pas ce danger mortel qu’on nous a fait croire. Le vaccin russe est un vaccin traditionnel pas un machin Arn. Poutine a abandonné la campagne anti covid, les russes s’en foutent du covid et Poutine rembourse toutes les amendes que les russes ont reçues du temps du covid. Je crois qu’il s’est aussi laissé emporter par la politique de la peur de mondialistes sionistes occidentaux et qu’il a foutu tout ça à la poubelle, il a d’autres chats plus importants à fouetter.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *