Quand la science devient pseudo-science – Urmie Ray

De plus en plus, la recherche est devenue une affaire de machines colossales exigeant un financement colossal dans une poignée de sites colossaux.  Donc elle est basée sur des expériences ponctuelles qui ne sont pas reproductibles à volonté, ne serait-ce qu’en raison de l’infrastructure nécessaire.  Cette dépendance excessive à l’égard de la technologie nous fait oublier que les processus créés artificiellement dans les laboratoires peuvent très bien ne pas correspondre à leurs équivalents réels.

Lire la suite

Le match Amérique-Asie vu par le mage Abellio en 1960 – Nicolas Bonnal

L’égoïsme universel émane de la race anglo-américaine. Partant de là, l’égoïsme couvrira toute la Terre. Toutes les inventions qui recouvrent la Terre d’un réseau d’égoïsme viennent d’Angleterre et d’Amérique. A partir de là-bas donc, toute la Terre sera recouverte d’une toile d’égoïsme, de mal. Mais une petite colonie se formera à l’est comme la semence d’une vie nouvelle pour l’avenir. La culture anglo-américaine consume la culture de l’Europe […] mais la race elle-même va à sa ruine. Elle porte en elle la disposition à être la race du Mal.

Lire la suite

Youssef Hindi et Rachid Achachi sont sur Ondes de choc TV : Géopolitique de l’Apocalypse

Guerre eschatologique, apocalypse, messianisme, antéchrist, des termes mystérieux, comme tout droit sortis d’un passé lointain, un passé révolu et sombre… un passé aux antipodes de la modernité et de la “mondialisation heureuse”. Pourtant tout ceci est bien d’actualité et permet d’expliquer en détail ce que les outils modernes ne permettent pas. C’est-à-dire les grandes idéologies à l’œuvre dans ce monde et les agendas cachés qui déterminent la géopolitique internationale.

Lire la suite

Bertrand de Jouvenel et la démocratie totalitaire- Nicolas Bonnal

Comment se fait-il qu’en termes de tyrannie, règles, lois, guerres et conquêtes (coloniales ou autres), la démocratie puisse tout se permettre ? Réponse : le droit de vote. Bitru supporte tout depuis qu’on lui a donné le droit de vote – à commencer par la conscription et la guerre ad mortem contre les « tyrans ».

Lire la suite

Globalisme, démographie politique, transhumanisme et biopolitique : entretien avec P-A Plaquevent

Géopolitique Profonde recevait Pierre-Antoine Plaquevent pour évoquer :
-la gouvernance globale, la vaccination et le contrôle des naissances
-l’urgence climatique, la décroissance démographique et la planification familiale
-l’impérialisme économique et la stratégie dépopulationniste globale.

Lire la suite

Changement d’état de la matière en haute finance globalisée : de l’état « Titanic » à l’état « Radeau de la Méduse »

Préparez-vous car, quelle que soit la position sociale et économique de chacun, demain ne ressemblera pas à hier… Pour le meilleur si les populations réagissent en s’opposant ; Pour le pire esclavagisme si les populations acceptent sans broncher l’avenir qui leur est promis par les grands argentiers de ce monde…

Lire la suite

Syndrome du Titanic : Ernst Junger et la culture de la panique – Nicolas Bonnal

Il est de fait que les progrès de l’automatisme et ceux de la peur sont très étroitement liés, en ce que l’homme, pour prix d’allègements techniques, limite sa capacité de décision. Il y gagne toutes sortes de commodités. Mais, en contrepartie, la perte de sa liberté ne peut que s’aggraver. La personne n’est plus dans la société comme un arbre dans la forêt ; elle ressemble au passager d’un navire rapide, qui porte le nom de Titanic, ou encore de Léviathan. Tant que le ciel demeure serein et la vue agréable, il ne remarque guère l’état de moindre liberté dans lequel il est tombé. Au contraire : l’optimisme éclate, la conscience d’une toute-puissance que procure la vitesse. Tout change lorsqu’on signale des îles qui crachent des flammes, ou des icebergs. Alors, ce n’est pas seulement la technique qui passe du confort à d’autres domaines : le manque de liberté se fait sentir, soit que triomphent les pouvoirs élémentaires, soit que des solitaires, ayant gardé leur force, exercent une autorité absolue. 

Lire la suite

Jean-Luc Godard et le crépuscule des dieux – Nicolas Bonnal

Godard pour moi n’a existé que dans les années soixante, au temps de la splendeur de Bardot, de Belmondo, de Marina Vlady. On vit à l’heure de la Conquête du cool décrit par Frank, et Godard incarne à la fois une révolte formelle – qui a totalement disparu depuis du cinéma – et politique, une révolte proche dans l’esprit de celle des situationnistes. En quelques films il remet en cause la réalité de la France bourgeoise, consumériste et gaulliste – et ne propose rien. Quand il va proposer quelque chose (la Chine maoïste, les BBlack panthers, etc.), il va sombrer.

Lire la suite

De Macron à Mitterrand : remarques sur la dictature pérenne du parti socialiste en France – Nicolas Bonnal

Quelques analystes de papier-mâché vantaient la disparition du parti socialiste en France. En réalité il est puissant comme jamais, en France, en Allemagne ou en Amérique. Car le parti socialiste ou la social-démocratie est le parti de la Fin des Temps, le parti de l’Etat omniprésent et forcené, et de la guerre éternelle. Le PS en France comme le SPD en Allemagne ou le parti démocrate en Amérique constituent aussi l’armature de l’État profond de ces malheureux pays et il semble qu’ils agissent comme une tunique de Nessus dont on ne puisse jamais se débarrasser. C’est que la masse des cancres vote pour eux et que la droite crève.

Lire la suite