L’Italie sera-t-elle le grain de sable dans la machine de « guerre permanente » de l’Otan ?

Alors que le Parlement avait auparavant approuvé la décision de Draghi sur l’envoi d’armes, le groupe de députés s’y opposant, initialement minuscule, est devenu majoritaire en quelques jours. A l’origine, seuls la gauche radicale et de petits groupes au sein du M5S (Mouvement cinq étoiles), de la Lega et du Parti démocrate (PD) lui-même s’opposaient à cette décision. Cependant, depuis les déclarations du pape contre « les aboiements de l’Otan à la porte de la Russie », la situation a radicalement changé. Le M5S, dirigé par l’ancien Premier ministre Giuseppe Conte, et la Lega, dirigée par Matteo Salvini, sont désormais publiquement opposés à de nouvelles livraisons d’armes et favorables à une négociation de paix. L’opposition au sein du PD, dirigée par l’ancien ministre Graziano Delrio, a pris de l’ampleur au point que la direction du PD, pro-Otan, a changé de camp, sans doute dépassés par les événements.

Lire la suite

Pologne / Otan / UE / Russie : la politique étrangère du PiS

Jusqu’aujourd’hui, le PiS demeure le parti polonais présentant la ligne la plus « américanophile ». Selon l’ancien Ministre de la Défense Antoni Macierewicz, c’est précisément une des raisons expliquant les succès électoraux de ce parti. Selon lui, « les Polonais recherchent un sentiment de sécurité et le seul parti qui explique clairement et sans rougir l’importance d’une collaboration étroite avec l’OTAN et donc de fait avec les États-Unis, c’est le PiS.

Lire la suite

20 preuves qu’une pénurie alimentaire va bientôt toucher le monde entier

Une pénurie alimentaire mondiale a commencé, et elle ne fera que s’aggraver dans les mois à venir. Prévenez vos amis afin qu’ils aient la possibilité de se préparer. Les choses changent en ce moment à un rythme exponentiel et nos contemporains doivent comprendre que nous ne reviendrons pas à une situation normale. Cette crise est provoquée et non subie, comme le disait cette semaine Michel Edouard Leclerc : elle est due « à la spéculation » et non à la guerre en Ukraine. Elle servira sans doute de prétexte au deal suivant : aide alimentaire contre vaccin.

Lire la suite

Différence de leadership des armées de Russie et de l’OTAN sur le front ukrainien

Cette opération était spéciale parce que l’essentiel des opérations au sol allaient se dérouler dans un pays frère et dans des zones dans lesquelles une partie importante de la population n’était pas hostile à la Russie (le Donbass). Il ne s’agissait donc pas d’une opération classique de haute intensité face à un ennemi irréductible, il s’agissait d’une opération dans laquelle la technique du rouleau compresseur russe, écrasant les forces, les infrastructures et les populations adverses par l’artillerie (comme en Allemagne lors de la 2ème guerre mondiale) était impossible à envisager. Cette opération était spéciale parce qu’il s’agissait davantage, dans le Donbass, d’une opération de libération d’une population amie, otage des bataillons de représailles ukro-nazis, et martyrisée depuis 8 ans, opération dans laquelle les populations et l’infrastructure civiles devaient être épargnées autant qu’il était possible.

Lire la suite

L’embargo américain contre la Russie “oublie” l’uranium

Le fait même que les sanctions sur les exportations d’uranium n’aient pas encore été imposées par la Russie indique qu’une étape importante vers le chaos dans les relations bilatérales n’a pas encore été franchie. Et c’est une bonne nouvelle : un cas rare d’interdépendance industrielle et commerciale capable d’endiguer le chaos géopolitique. Mais on ne sait pas combien de temps cela va durer, dans une phase d’escalade continue.

Lire la suite

Xi Jinping confine les habitants de Shanghai et cela n’est pas une mesure sanitaire

La médiatisation volontaire des excès du confinement de Shanghai a pour but de choquer. Pendant qu’elle provoque la stupeur des victimes chinoises et de l’Occident, les problèmes internes de succession à la tête du pays se déroulent tranquillement (si on peut dire). La « clique » qui domine Shanghai doit être réduite au silence pour laisser Xi Jinping être réélu (à vie ?). De plus, cette médiatisation détourne l’attention de la politique extérieure : un partage du monde à la Klaus Schwab. Taïwan pourrait succéder à l’Ukraine comme lieu de conflit, avec le risque de guerre mondiale que cela impliquerait.

Lire la suite

La guerre en Ukraine et le crépuscule de l’Occident

Je pensais pour ce qui me concerne que l’Europe, après avoir pris sa part au cours des siècles passés à une semblable hypocrisie, avait désormais pour vocation et destin de remettre l’Occident sur le droit chemin, seule voie susceptible d’assurer, dans le nouveau monde qui émerge, la pérennité de notre civilisation, mieux encore, d’en favoriser la renaissance et, pour cela de se dégager de l’emprise de son avatar d’outre-Atlantique.

Lire la suite

“L’Europe est un champ de bataille entre deux visions du monde” – Entretien avec Daria Platonova

Je pense qu’il est nécessaire de réaliser que le système de propagande médiatique vise à renforcer l’influence américaine sur le continent européen. D’ailleurs, on en parle souvent en Italie. Il est très important de comprendre qu’aujourd’hui le régime de Kiev est le bastion avancé d’une idéologie mondialiste destructrice avec des idées de xénophobie, de haine radicale et de tyrannie.

Lire la suite

Zakharova dénonce la présence de « mercenaires israéliens » aux côtés du bataillon néonazi Azov

L’incident diplomatique entre la Russie et Israël vire au bras de fer. Alors que Tel-Aviv avait dénoncé en début de semaine les propos de Sergueï Lavrov évoquant des origines juives supposées de Hitler et que Moscou avait répondu en accusant Israël de soutenir le « régime néonazi de Kiev », la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères a cette fois-ci évoqué la présence de « mercenaires israéliens » sur place.

Lire la suite

Deux généraux italiens récusent le bellicisme: « Ce n’est pas notre guerre, arrêtons de suivre les États-Unis ! »

« La guerre a commencé avec l’intervention de la Russie, qui ne fait pas partie de l’OTAN, en Ukraine, qui ne fait pas davantage partie de l’OTAN : c’est un affrontement entre deux pays européens qui n’ont rien à voir avec l’OTAN et rien à voir avec l’Italie. Je ne pense pas que nous puissions discuter de neutralité ou d’autre chose ».

Lire la suite