Géopolitique de la mer Noire et contrôle des voies navigables stratégiques par la Russie : Le détroit de Kertch et la mer d’Azov

Historiquement, le détroit de Kertch, en Crimée orientale, a joué un rôle stratégique. Il constitue une porte maritime étroite qui relie la mer Noire, via la mer d’Azov, aux principales voies navigables de Russie, notamment le Don et la Volga. Il assure également le transit maritime de la mer Noire vers Moscou sans oublier la route maritime stratégique entre la mer Caspienne (via le canal Don-Volga) vers la mer Noire et la Méditerranée.

Lire la suite

Est-ce que l’éclatement de l’OTAN est possible ?

L’Otan ne permettra pas à Kiev de rejoindre l’Alliance de l’Atlantique Nord avant la fin de l’opération spéciale russe sur son territoire, écrit le New York Times. « Parce que l’Alliance adhère au principe de défense collective, il est extrêmement peu probable qu’elle accepte un pays prenant part aux hostilités dans ses rangs », ont suggéré Andrew Kramer et Dan Bilefsky. L’entrée de l’Otan dans le conflit conduira à une grande guerre, dont les participants seront soudainement 30 États qui ne le veulent pas. Par conséquent, l’aide à Kiev, par ses alliés occidentaux, doit être considérée comme l’action de pays individuels et non de l’ensemble de l’Alliance de l’Atlantique Nord.

Lire la suite

Qui a intérêt à briser les gazoducs de la Russie vers l’Europe?

Quant au sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2 allant de la Russie à l’Allemagne, c’est le président Biden en personne qui a indiqué qui l’a effectué quand il déclare dans une interview: “Il n’y aura plus de Nord Stream. Nous mettrons fin à ce projet. Je vous promets que nous sommes en mesure de le faire”. Et c’est confirmé par le fait que, le jour même où a été saboté le gazoduc Nord Stream, a été ouvert le gazoduc alternatif, le Baltic Pipe, qui transporte le gaz de la Norvège vers la Pologne et les pays limitrophes à travers le Danemark. La guerre des gazoducs fait partie de la stratégie avec laquelle les USA et l’OTAN veulent briser tout rapport de l’Europe avec la Russie et faire de l’Europe la première ligne de la guerre contre la Russie.

Lire la suite

Guerre sans contact, manipulation du potentiel contestataire, les leçons du Kosovo appliquées à l’Ukraine

Aujourd’hui, alors que la partition de l’Ukraine est raisonnablement le seul mode de résolution possible du conflit, deux forces s’y opposent, d’une part, la frange ultranationaliste, que l’on peut identifier au « potentiel contestataire de la population »  et d’autre part, les Etats-Unis, « principal investisseur de la guerre sans contact » qu’elle mène plusieurs décennies en Ukraine.

Lire la suite

Comment les USA et les Britanniques ont détruit Dresde et Hiroshima afin d’intimider l’URSS

le bombardement de Dresde et d’autres villes allemandes, qui étaient censées entrer dans la zone d’occupation soviétique après la guerre, n’a pas été effectué à des fins militaires (destruction des installations militaires, dommages à l’armée ennemie), mais plutôt «pour montrer à l’Union soviétique ce qui arriverait à l’Armée rouge si un conflit éclatait entre les pays occidentaux et l’URSS. “

Lire la suite

Évolutions attendues des grands équilibres économiques mondiaux en 2022 – Dominique Delawarde

Alors que l’Europe vacille au bord d’une profonde récession, la situation économique de la Russie s’améliore. Les indicateurs de Goldman Sachs montrent que l’activité en Russie est légèrement supérieure à celle des principaux pays européens. En termes de dollars, les importations mensuelles de marchandises en Russie sont maintenant presque supérieures à la moyenne de l’année dernière. Les nouvelles prévisions publiées par le FMI le 11 octobre montrent une amélioration des perspectives économiques pour la Russie cette année

Lire la suite

Le conflit Ukraine-Russie et la rivalité géopolitique franco-allemande

Tous savaient que la marche de l’Ukraine vers l’OTAN était un casus belli[1] pour la Russie depuis la guerre en Géorgie (2008). Or les Etats-Unis n’ont jamais envisagé de négocier sur cet aspect et ont poussé au conflit afin de provoquer une guerre d’attrition contre la Russie. L’UE est ainsi otanisée et l’autonomie stratégique européenne, préférence française, est de facto diminuée, et l’Europe atlantiste, option allemande pour les questions géostratégiques, est renforcée. Toutefois l’Allemagne comme puissance économique en alliance énergétique avec la Russie est aussi affaiblie.

Lire la suite

Et si l’objectif russe n’était pas de vaincre l’Ukraine, mais de vaincre l’Occident ? par Dominique Delawarde

Comme tout observateur intéressé par l’opération spéciale en Ukraine, je me suis interrogé à de multiples reprises sur le comportement général de l’Armée Russe, sur sa retenue, sur ses actions ou parfois son inaction, sur la placidité et le calme affichés par la gouvernance russe face à l’hystérie des gouvernances et des médias des pays membres de l’OTAN. J’ai donc cherché de nouvelles clefs pour tenter de comprendre les événements et leur donner du sens. Le texte d’un blogueur russe, m’a interpellé hier parce qu’il correspondait assez bien au cheminement de mes réflexions.

Lire la suite